Littérature générale

  • Florence, Italie. Un couple de collectionneurs décide de vendre un mystérieux tableau dont il a hérité. Persuadés de détenir une oeuvre de Caravage, les époux placent tous leurs espoirs en Sarah, experte en peinture de la Renaissance, afin de réaliser un projet culturel d'ampleur. L'impatience des collectionneurs, les enjeux financiers et les rivalités inhérentes au monde de l'art déstabilisent Sarah, qui doit également dissimuler ses sentiments naissants et incontrôlés envers Lucas, l'argentier du couple. Peu à peu, la découverte de l'oeuvre laisse place à des révélations sur l'histoire mystérieuse de la famille. Caravage aurait-il dissimulé un message dans ce tableau inconnu aux yeux de tous ?
    L'ombre de Caravage dépeint une histoire fictive et intrigante sur les secrets des grands peintres, l'ambition des experts et les méthodes pour valider l'authenticité d'une oeuvre, dans un paysage florentin séduisant.

  • "Face à la succession d'épreuves et d'obstacles qui ont jalonné sa vie, Sandrine de Montmort n'a jamais perdu son goût irrépressible de la vie. Aujourd'hui riche de ses blessures et des leçons qu'elle a su en tirer - cultiver la pensée positive, la confiance et l'estime de soi, apprendre à se préserver, garder sa curiosité intacte, considérer l'argent comme « l'art des gens » - , elle livre le fruit de ses expériences et de ses rencontres dans un récit lumineux, hommage à celles et ceux qui ont croisé sa route.

    Quel sens donner à nos expériences ? Où trouver la lumière après avoir vécu un drame ? Comment apprendre à traverser les épreuves ? Comment les transformer en matière à réfléchir, à guérir ?

    De la reconstruction à la guérison : Sandrine de Montmort offre ici son histoire en toute sincérité, comme une apologie de la résilience et un fabuleux voyage vers la voie de la sagesse.

    Le témoignage d'un éveil spirituel, ou comment transformer nos fêlures en une force."

  • "C'était donc décidé, j'allais la rechercher. Mais réellement cette fois-ci, pour la revoir. Pas pour rêver ou me contenter d'une apparition chimérique. J'avais mieux à faire cette fois que de m'acharner sur ma
    mémoire ou de tenter de m'introduire par effraction dans un passé révolu. Quarante ans après, submergé par ses souvenirs, un homme se lance à la recherche de la jeune fille qui fut son premier amour.
    L'entreprise est désespérée, semée d'embûches et de désillusions. Luttant tout autant pour sonder sa mémoire défaillante que pour surmonter les nombreux obstacles qu'il trouve sur son chemin, Antoine se pose également de nombreuses questions : faut-il à tout prix s'attacher au passé ? Peut-on sans en payer le prix tenter de modifier ce que le sort nous a réservé ? Est-on maître de son existence ? L'enquête se double vite d'une quête personnelle, et ce qu'il trouvera au terme de sa recherche bouleversera sa vie."

  • "Durant trente-quatre ans, Patrick Merly a été surveillant de l'administration pénitentiaire. Autrement dit : un gardien de prison, un « maton ».
    De son premier stage à Fleury-Mérogis jusqu'aux Baumettes à Marseille, en passant par la prison de la Santé à Paris, Patrick Merly raconte, sans fard, son parcours et ce métier si particulier. Comment gérer des hommes et des femmes dans un endroit déshumanisé ? Comment gérer sa propre peur devant la violence de certains détenus ? Comment se préserver de la noirceur du quotidien ? À qui en parler à l'extérieur pour ne pas sombrer ?

    Porté par l'amitié de Marc La Mola, ancien flic de la BAC de Marseille, il livre un témoignage puissant pour « hurler ce qui se déroule derrière ces grands murs », et dire, malgré tout, la lente reconstruction d'un homme qui n'aura jamais perdu son humanité et gardé, chevillé au corps, le goût intense de la liberté.

  • Février 2023. Après une première épidémie et la catastrophe économique qui s'ensuivit, les événements se sont emballés. Alors que la pandémie n'est pas encore enrayée, le coup de grâce est encore venu de Chine. Lorsque, après son dernier Congrès, il est devenu clair que le parti communiste chinois réorientait violemment ses capitaux pour satisfaire la demande intérieure, la panique s'est installée à nouveau. Cette réplique du séisme a été très violente, avec un nouveau cortège de chômage et de misère. La rue, partout, et la planète internet, se sont alors enflammées contre l'incurie des dirigeants.
    Charles-Henri a été naguère un homme puissant, à la fois industriel et financier, proche du monde politique. Avec d'autres responsables, des insurgés l'ont mis en procès pour son rôle dans la crise. Le procès qui s'annonce va mettre en cause toute une génération.

  • David Mizrahi, juif, et Aïcha Qarawi, musulmane, vivent en Égypte, dans la ville cosmopolite d'Alexandrie des années 1950. Les interdits communautaires et religieux empêchent alors un juif et une musulmane de s'unir et de s'aimer, mais les sentiments s'invitent dans la bande des gamins alexandrins. Au moment où la guerre entre l'Égypte et Israël éclate, en 1956, les membres de la famille de David sont obligés de fuir secrètement en Israël et les deux amoureux s'en trouvent brutalement séparés. Quinze ans plus tard, Aïcha convainc Henri Zilberg, diplomate suisse en poste pour les Nations Unies au Moyen-Orient, de devenir son messager secret afin de renouer un lien avec David.

    Hymne à la tolérance, à la laïcité et à l'amour, Le Testament d'Alexandrie nous plonge dans l'histoire et l'actualité politique et secrète du conflit israélo-arabe des années 1950 à nos jours. Et si le mariage mixte, jusquelà interdit dans le monde arabe et en Israël, constituait la véritable clef pour établir des passerelles entre les communautés et construire la paix durable entre les peuples ?

  • Que pouvait donc bien faire Josiane Tercheneau, discrète épouse de l'influent industriel de FluxiNova, retrouvé sans vie dans l'atelier d'un modeste artiste-peintre ? Pour le commissaire Joubert, le mystère est de taille : pas de sévices, ni de blessures apparentes. Seules demeurent les traces d'une séance de pose abandonnée à la hâte: coupelles, palettes et pinceaux éparpillés, tandis que chiffons et bouteilles entourent un chevalet étrangement vide de toute toile.

    Avec un brin d'humour et d'audace, Françoise d'Origny se joue des codes du genre dans ce roman noir, délicieusement glaçant, où plane l'ombre faustienne d'un pacte diabolique entre l'artiste et son modèle.

  • Une nuit d'automne, les habitants d'un charmant village se trouvent confrontés à un drame aussi terrible qu'inattendu. Dès lors ce joli cadre champêtre va devenir malgré lui le théâtre de lourdes révélations. Par la bouche et les yeux d'un mystérieux narrateur, le lecteur se voit entraîné au fin fond de cette campagne secouée par les secrets bien gardés de ses habitants. Chacun tisse sa toile et très vite la vie de tous se mêle et s'entremêle. Un couple se déchire, un ado à l'esprit fragile et pervers fait les quatre cents coups, un paysan aux moeurs inavouables se confronte à un capitaine de gendarmerie, un jeune veuf solitaire, ivre du matin au soir, devient pour tous ou presque la cible parfaite...

  • épiphanie

    Peggy Beyer

    «On ne fait jamais son deuil d'une mère, je crois. On la porte en soi comme elle nous a porté. On enfante de sa mort, dans un corps recréé, visité par ce que l'on a cru percevoir au moment de son départ.
    Tout s'entremêle, tout est lié.
    Commencer par la fin me donne envie de te redonner vie, comme une conteuse le ferait à partir de ce qu'elle a entendu, reçu, avec mes mots, mon histoire, ce que tu m'as raconté, ce que tu as omis, ce qui m'a échappé et ce qui me reste de ton passage.»

    Un premier livre tout en pudeur, adressé aux mères toujours trop tôt disparues.

  • "Je suis Andalous. Il était une fois, à Córdoba, une synagogue en briques rouges qui fut agrandie et convertie en mezquita avant d'être transformée en cathédrale sans toutefois être modifiée. Les habitants de mon pays ont la chance d'être à la fois chrétiens, de religion musulmane et de confession juive. Cordoue est à l'origine de l'humanité, a concentré une bonne partie des croyances de la planète et confère de ce fait à ses habitants une particularité, un secret. Je vous ai invités ce soir dans l'intention de vous en parler. Accepteriez-vous de le partager ?"

  • "I'am Andalusian. Once upon a time, in Cordoba, there was a red brick synagogue that was enlarged and converted into a mezquita, before being transformed, without any modification, into a cathedral. The people of my region have the good fortune to be Christian, Muslim and Jewish. Cordoba is at the origin of humanity, a place where many of the planet's beliefs converge, and as a result it gives its people
    a distinctive characteristic, a secret. I have invited you here this evening with the intention of telling you about it. Do you agree to share in it?"

  • « À nous, parents inquiets et ignorants, la recherche fébrile dans les dictionnaires médicaux, le décryptage impossible des graphiques d'électro-encéphalogrammes et l'interprétation plus que hasardeuse des
    bilans biologiques. Le regard froid et technique des médecins blasés, leur arrogance expérimentée, hautaine et fuyante. De l'autre côté, la maladresse et l'extrême compassion des amis et de la famille n'arrangeaient rien. Leur compassion maladroite et pesante nous hérissait, on s'empêchait de les repousser avec brusquerie, ce n'était pas le moment de parler ou de partager, c'était juste le moment de comprendre et de se battre. C'était le moment de crier en silence. »

    Un jour, en rentrant de vacances, Alexandre, 8 ans, fait une crise. Panique générale. La vie bien ordonnée de sa mère s'effondre. Qu'importe le chemin retrace le combat à contre-courant d'une mère et de son fils. Diagnostiqué épileptique, Alexandre sera un petit garçon fragile et sensible, puis un jeune homme en proie à de lourdes addictions qui lui feront connaître les tourments de la rue et la violence de l'enfermement psychiatrique. Sa mère sera présente à chaque instant. Sans jamais céder au désespoir ni au fatalisme, Martine Magnin livre un témoignage poignant et sincère sur l'amour d'une mère face à un enfant en dérive.

empty