Le Cherche-Midi

  • New YorcoeurJe n'ai jamais ressenti une émotion aussi forte ailleurs. Manhattan est une dope.Depuis la première minute, quand j'ai atterri à JFK en 1981. Coup de foudre sur la skyline.New York n'est pas une ville tendre, c'est une ville de béton et de brique, de glace et d'acier, une ville dure, une ville d'efficacité et d'utilité pour survivre, une ville qui ne tient pas compte des petites misères et qui reste inflexible. Et pourtant, New York trouve un équilibre grâce à sa beauté moderne.Vivre à New York : un rêve devenu réalité pour CharlElie. Si loin de la France, Big Apple et ses habitants l'inspirent, le surprennent, et parfois lui jouent de mauvais tours... La ville s'amuse de lui tout autant qu'il s'amuse d'elle. CharlElie la peint et la dépeint, la met en musique, y prend ses marques.
    Jusqu'à ce que l'émerveillement et la frénésie des premières années s'estompent. Et s'il était temps de revenir ?

  • Meurtres en Alabama.

    Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d'une fillette noire est retrouvé. La police s'en préoccupe de loin. Mais voilà que d'autres petites filles noires disparaissent...
    Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d'enquêter pour le père de la première victime.
    Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s'interroge : " Les petites filles, ça disparaît pas comme ça... "
    Deux êtres que tout oppose. A priori.

    Sous des airs de polar américain, Alabama 1963 est avant tout une plongée captivante dans les États-Unis des années 1960, sur fond de ségrégation, de Ku Klux Klan et d'assassinat de Kennedy.
    Rentrée littéraire 2020

  • Le dit du vivant

    Denis Drummond

    Je suis le Vivant. Le dernier d'entre nous. Quand j'aurai terminé mon ouvrage, je quitterai ce monde, laissant une trace secrète dans un repli du temps.Un séisme au Japon met au jour une vaste sépulture. Sandra Blake, paléogénéticienne, se rend sur les lieux, avec Tom, son petit garçon, autiste.
    La datation du site archéologique plonge la communauté internationale dans la stupeur. Une civilisation jusqu'alors inconnue se révèle peu à peu, et met à bas toutes les connaissances acquises. Sandra et l'équipe de recherche qu'elle a constituée sont prises dans un suspense scientifique qui les dépasse...
    Construit en six parties, comme une séquence d'ADN - réunissant récits, journaux, chroniques, articles de presse et correspondances -, ce roman-monde est écrit à la manière d'une odyssée.

  • Écrit entre Les Trois Mousquetaires et Le Comte de Monte Cristo, un formidable roman d'Alexandre Dumas enfin tiré de l'oubli.
    À la mort du roi Louis XIV, son neveu, Philippe d'Orléans, est nommé régent du royaume de France. Tout en continuant à mener une vie frivole, il gouverne le pays avec son âme damnée, le machiavélique abbé Dubois - comme, en son temps, Louis XIII l'avait fait avec le cardinal Richelieu.
    Lorsque le récit commence, le Régent fait sortir du couvent breton, où elle est enfermée depuis son plus jeune âge, sa fille cachée et illégitime, Hélène de Chaverny. Amoureuse du jeune chevalier Gaston de Chanlay, celle-ci ignore qu'il est mêlé à une conspiration, initiée par la noblesse bretonne, visant à assassiner le Régent. Dubois, dont les espions sont partout, compte bien mettre à profit cette situation pour assouvir ses ambitions personnelles.
    On retrouve dans ce roman, écrit avec la collaboration d'Auguste Maquet, tous les ingrédients qui ont fait le succès des chefs-d'oeuvre de Dumas : une description vive de la France de l'époque, son pouvoir, ses révoltes, ses complots. Après d'Artagnan le Gascon, c'est au tour de Chanlay le Breton de se retrouver bien malgré lui au milieu de l'échiquier politique. Avec le Régent et Dubois, Dumas nous offre un duo fascinant qui, à l'ombre de la raison d'État, pactise ou s'affronte selon les circonstances. Sans conteste un très grand cru qui se savoure avec délice.

  • Paris-Beyrouth

    Jacques Weber

    Vertige de l'amour et de la guerre.

    Jacques Weber triomphe dans Cyrano, à Mogador. Soudain, il perd sa voix. Perdre sa voix, n'est-ce que " dans la tête ", comme lui répètent les médecins ?
    Il se voit alors proposer deux mois de tournage au Liban, en pleine guerre. Il faudrait quitter Christine et leur petit garçon... Ne serait-ce pas fou, inconscient, improbable ?
    Christine l'accompagne finalement, à Beyrouth, où la mort est un bruit persistant. Le café blanc, la danse des mouchoirs, le parfum du jasmin, n'ont très vite plus rien de pittoresque ; il faut s'habituer aux grondements de la montagne, aux tirs en rafales, aux joutes avec des kalachnikovs.
    La survie s'installe dans les chairs du couple. Le " rat dans la gorge " est bien petit face à l'urgence de vivre.
    Rentrée littéraire 2020

  • Révélations inédites - et illustrées - sur l'identité de la Castafiore !

    Tintinophile averti, Albert Algoud a lu et relu chaque album du héros d'Hergé. La Castafiore n'a donc aucun secret pour lui.
    Jusqu'au jour où, face au Sceptre d'Ottokar, il se met à douter : et si la Castafiore n'était pas ce qu'elle semblait être ? Il se lance dans une enquête, dont il publie les premiers résultats en 2006. Mais la Castafiore n'avait pas livré tous ses mystères...
    Dans cette biographie humoristique et amoureuse, Albert Algoud retrace le parcours personnel, musical et historique d'une icône queer qui a côtoyé les plus grands, de Lawrence d'Arabie à Lou Reed en passant par Joséphine Baker et le général de Gaulle. Des péripéties qu'Alain Bouldouyre illustre avec légèreté et poésie.

  • La réalité est plus fragile qu'on ne croit.

    Molly participe à des fouilles dans une ancienne station-service. Elle déterre un jour des objets dont la nature perturbe sa conception d'un univers logique, comme cette Bible où Dieu est au féminin. Chez elle, Molly doit affronter une situation tout aussi perturbante : son mari a dû se rendre à l'étranger pour donner un concert, la laissant seule avec leurs deux enfants en bas âge. Mais voilà qu'un soir elle entend des bruits de pas dans le salon...
    Un intrus surgit alors dans sa vie, un intrus très particulier, puisqu'il s'agit... d'elle-même ! Une Molly identique, à une différence près : cette Molly-là a perdu ses deux enfants dans un attentat sur son lieu de travail. Débordée par son rôle de mère, Molly se retrouve confrontée à une femme qui veut récupérer ses enfants à tout prix. Les deux Molly sont-elles les deux facettes d'une même femme au bord de l'effondrement, ou la trame de l'Univers s'est-elle vraiment déchirée ? Deux mères presque semblables peuvent-elles cohabiter...
    Avec ce roman palpitant, Helen Phillips réussit un tour de force : traiter le lien maternel dans ce qu'il a de plus concret tout en créant un climat haletant, ponctué de rebondissements aussi ingénieux que troublants.
    "La Femme intérieure est un des romans les plus nécessaires de l'année : dérangeant, effroyablement lucide sur la maternité et l'amour, débordant d'inventivité. "
    The Guardian

    " La Femme intérieure est une profonde méditation sur la nature de la réalité, un examen intrépide du statut de parent, et avant tout un thriller, d'une incroyable originalité, par une de nos écrivaines les plus douées. "
    Emily St. John Mandel
    Rentrée littéraire 2020

  • Tout ira bien

    Damian Barr

    Un roman qui va changer votre façon de voir le monde.

    1901. Afrique du Sud. Une guerre sans merci oppose l'armée britannique et les premiers colons. Sarah van der Watt et son fils sont emmenés de force dans un camp de détention. La dernière chose que voit Sarah, tandis que les soldats anglais mettent le feu à leur ferme, est sa précieuse bibliothèque réduite en cendres. À leur arrivée au camp, le commandant se veut rassurant. C'est pour leur sécurité que les habitants ont été regroupés, on leur assure que " tout ira bien ". Dans les faits, c'est la naissance du premier camp de concentration de l'histoire...
    2010. Willem, 16 ans, ne veut qu'une chose dans la vie, rester seul avec ses livres et son chien, et demande qu'on lui fiche la paix. Inquiets pour lui, sa mère et son beau-père l'envoient au camp " Aube Nouvelle ", où on accueille des garçons pour en faire des hommes. Virils. Ici, lui assure-t-on, " tout ira bien ".
    Ce qui lie ces deux drames ? Il faudra se plonger dans ces pages bouleversantes, vibrantes de colère et d'espoir, pour le découvrir.
    Tout ira bien, dont le Guardian a loué " la sagesse et l'infinie poésie ", célèbre les forces de ténacité et de résilience de l'esprit humain, dans un monde où l'histoire se répète, le plus souvent pour le pire.
    " Un premier roman plein de sagesse et de compassion... Poignant ! "
    The Guardian

    " On tremble pour chacun des protagonistes. Aussi haletant que déchirant ! "
    Maggie O'Farrell
    Rentrée littéraire 2020

  • Une enfance volée : grandir dans l'ombre de la scientologie

    " J'ai perdu 10 kilos en deux mois. J'ai vieilli, j'ai l'air triste, épuisé, exsangue, et bien sûr, il m'est impossible de ne pas penser, me découvrant dans cet état de décrépitude, aux prisonniers des camps de déportés. Je ne suis plus moi. J'ai peur de mourir. Mais je ne mourrai pas. J'aurai, pendant quasiment quatre ans, l'apparence, l'épaisseur d'une esquisse, d'un crayonné hâtif. Un corps vidé entièrement de sa substance, comme déserté de vie. "

    Dans ce témoignage exclusif et glaçant, Lucas Le Gall raconte son enfance et sa jeunesse passées au sein de la scientologie.
    Enrôlé à l'âge de 10 ans, il s'évade le jour de sa majorité du très secret siège mondial d'un mouvement observé par les autorités françaises pour ses dérives sectaires, après avoir été d'abord promu officier de haut rang alors qu'il n'était qu'adolescent, puis avoir été dégradé et torturé. L'auteur retrace la trajectoire hors norme d'une enfance volée et d'une ascension fulgurante au sein d'une mouvance dont les pratiques sont dénoncées régulièrement en France et dans le monde.

  • Et l'occupé devint l'occupant.

    Septembre 1945. René Valenton, officier du Renseignement, quitte Londres après huit ans de bons et loyaux services pour être affecté dans la Zone d'Occupation Française en Allemagne (ZOF, capitale Baden-Baden). Il assiste à l'étonnant retournement qui voit les Français occuper un pays dont ils viennent de subir le joug. Une Allemagne dévastée jouxte une France exsangue. Pour les Allemands, c'est un amer destin de servir un maître qui a faim. Pour les Français, c'est tantôt une parenthèse enchantée, tantôt un panier de crabes. Valenton vit le quotidien de l'Allemagne " année zéro " : certains se vengent des Boches, d'autres se vengent de la vie. Tous découvrent que l'après-guerre, ce n'est pas la paix retrouvée. Violence, combines et trafics, traque ou recyclage de nazis, jeux politiciens et règlements de comptes, survie et amours interdites, conflits entre Alliés et prémisses de la Guerre froide : la ZOF est une étrange planète. Valenton y croise des salauds et des gens formidables, parmi lesquels Edgar Morin.

  • De sang et d'encre

    Rachel Kadish

    " Un écrivain béni, avec un sens de la nuance et de la narration qui n'a d'égal que son penchant pour la passion. " Toni Morrison

    2017, Londres. Professeur d'université proche de la retraite, Helen Watt est contactée par un ancien élève afin de venir étudier des documents en hébreu récemment découverts dans une maison du XVIIe siècle. Très vite, elle est intriguée par l'auteur de ces manuscrits, un certain " Aleph ", dont elle va vouloir déterminer l'identité.
    1660, Amsterdam. Ester Velasquez est une femme d'une intelligence et d'une culture exceptionnelles. Secrétaire bien-aimée d'un rabbin aveugle fuyant l'Inquisition espagnole, elle le suit à travers l'Europe et jusqu'à Londres, au moment où la ville est touchée par la peste.
    /> Récit à la construction étourdissante, louvoyant entre les lieux et les époques, De sang et d'encre est aussi une brillante méditation sur la religion, la philosophie, et la place de la femme dans l'Histoire.

  • En vert et contre tout.
    Denis Pommier est vigneron près de Chablis, en Bourgogne. Depuis 2008, il a remisé pesticides et glyphosate. Deux ans plus tard, son cru décroche le titre de " meilleur chardonnay du monde ".
    Sa conversion au bio est un succès.
    Il ne s'imagine pas alors à quel point sa décision de renouer avec la nature sera éprouvante pour lui, pour son épouse Isabelle, ses enfants et le domaine. Gel, grêle, mildiou, canicule... À partir du millésime de 2016, les éléments se déchaînent et mettent en péril son engagement. Au prix d'énormes sacrifices, il fait face, sans renoncer à son label bio.
    En retraçant une année de travail dans les vignes - de la taille aux vendanges - à travers l'histoire de Denis Pommier, ce livre dresse le portrait puissant et sensible d'un vigneron et fait entrer le lecteur dans le quotidien et les coulisses de la viticulture. Il révèle aussi le travail et les difficultés parfois amères que contient une bouteille de vin bio.

  • Enfin la suite de l'anthologie la plus hilarante !Après le succès du premier tome, Alain Bouteiller poursuit son oeuvre de salubrité publique : réunir la crème de la crème des histoires vraiment drôles. Avec un esprit décapant, ces nouvelles histoires ne respectent rien, sauf le rire !
    Extraits :Un type demande à une vieille dame :- Si vous aviez le choix, que choisiriez-vous : Parkinson ou Alzheimer ?- Parkinson, répondit la vieille sans hésiter.Parce que j'aime mieux renverser la moitié de mon vin que d'oublier où j'ai rangé la bouteille.Un type demande son chemin :S'il vous plaît, pour aller au cimetière, où dois-je prendre le bus ?L'autre : En pleine gueule !- Chérie qu'est-ce que tu veux pour Noël ?- Divorcer !- Ah, je ne pensais pas dépenser autant !La gynéco à sa patiente :Voulez-vous que le père du bébé soit présent pendant l'accouchement ?La femme : non, car il ne s'entend pas très bien avec mon mari.

  • " car il est dit que l'on comprend / le monde à l'instant de mourir / et que le passé le présent / se transforment en avenir " Jean-Claude Pirotte j'irai partout où me rappelle
    ma mémoire du fond des temps
    j'ai des souvenirs à la pelle
    et les prochains je les attends
    Le ciel se couvreCe livre est fait pour durer toute une vie. Dès l'instant où vous l'ouvrirez, vous ne pourrez plus vous en séparer. Vous le lirez d'une traite - une histoire en 5 000 poèmes, une " série " en 40 épisodes (40 recueils) -, ou bien vous prendrez l'habitude de l'ouvrir au hasard, et vous tomberez sur un poème destiné spécialement à cet instant de votre vie.
    Si vous lisez un poème par jour, il vous faudra plus de treize ans. Mais vous ne lirez pas un poème par jour, vous tournerez page après page pour vite découvrir la suite, vous serez envoûté, troublé, bouleversé souvent, empli d'un indicible bonheur d'accompagner Jean-Claude Pirotte pendant les deux dernières années de sa vie.
    Sylvie Doizelet

  • Dis adieu à ton corps

    Negzzia

    Condamnée au fouet en Iran, à la rue en France : le combat pour la liberté d'une femme.

    " Je marche longtemps, jusqu'à l'entrée d'un parking. Je soulève ma valise et descends les escaliers. La lumière m'agresse, la musique est assourdissante. Je m'assieds derrière un véhicule, mon sac à mains sur les genoux, la couverture sur les épaules. Personne ne m'a vue. J'appuie ma tête contre le mur derrière moi et ferme les yeux.
    J'éclate en sanglots. Comment en suis-je arrivée là ? "

    J'ai 29 ans, je suis iranienne. Mannequin et photographe dans mon pays, j'ai dû fuir Téhéran : la police religieuse punit l'atteinte à la pudeur d'au minimum 148 coups de fouet. Autant dire une condamnation à mort.
    Je conçois mon métier comme un art, alors j'ai fait de mon corps une oeuvre. J'ai révélé mes tatouages et ma nudité devant les objectifs et sur les réseaux sociaux, dans le milieu underground iranien.
    Traquée par la " Police de la vertu ", menacée du fouet des mollahs, j'ai tout laissé derrière moi - ma famille, mes amis, ma jeunesse. À mon arrivée à Paris, j'ai caressé l'espoir d'exercer ma profession librement. Mais ici je ne suis qu'une réfugiée et, pendant des mois, j'ai mené un long combat pour obtenir l'asile politique.
    Des podiums à la rue, je n'ai cessé de me battre pour la liberté.

  • C'est l'histoire d'Antoine, véritable héros de cette épopée, racontée par Fabienne Legrand, sa mère.

    Antoine, dix-sept ans, mon p'tit con, mon trouduc, mon bout d'moi, mon fils.
    Cette nuit d'août 2014, mon p'tit couillon n'est pas frais.
    Fièvre, vomissements, douleurs au thorax. Un diagnostic farfelu de gastro est posé par un clown aux urgences qui jure avoir fait médecine. On aurait envie de rire avec lui mais c'est la glissade vertigineuse dans le coma, la confusion, et l'alunissage miraculeux en réanimation. Le verdict tombe, méningite foudroyante d'un type improbable, W135, on aimerait que ça soit de la science-fiction mais le pronostic vital est engagé, c'est moche.
    Dans ma tête, une phrase se met en boucle : " ça n'est pas possible ! ". Alors je fais ce que j'ai toujours fait quand j'ai peur, je ris, et parfois, les autres, autour rient avec moi. Dans la débandade, pendant qu'Antoine l'indestructible joue au yoyo entre la vie et la mort, on se mobilise. La guerre des nerfs s'installe. La résistance s'organise, une chaîne de solidarité se déploie dans l'amour et l'humour et, au travers des réseaux sociaux, l'espoir vient s'appeler " Kourrage Antoine ".

  • Le roman des " égarés ".

    Le petit garçon ne voulait pas de l'école. L'école ne voulait pas de lui. C'était le temps déraisonnable des terrains vagues, du rêve et de la violence. Nanterre, 1971.
    Un jour de décembre, c'est le choc. L'envie d'apprendre revient avec la lumière d'un tableau de Van Gogh, découvert, main dans la main de sa grande soeur, au musée de l'Orangerie. Il reste sidéré devant Les Roulottes. L'échappée belle, la liberté, la fuite, dans une simple toile. Qui lui sauve la mise.
    Et le petit garçon a laissé les terrains vagues. La renaissance après l'obscurité.
    Ce roman est l'histoire bouleversante de cette renaissance. Parce que rien n'est perdu. Jamais.
    Rentrée littéraire 2020


  • Un avocat face à ses doutes et à la vérité.

    Juin 1984. Dans un pavillon de la banlieue parisienne, Martine tue son mari d'un coup de fusil.
    Simon Fogel, brillant avocat pénaliste, accepte de la défendre. Dans le dossier de cette mère de famille sans passé judiciaire qui veut protéger son fils Nicolas, âgé de six ans, il découvre le calvaire d'une femme battue et soumise aux caprices sexuels sordides de son époux violent.
    Les policiers bouclent rapidement le dossier. Des aveux, une coupable, un mobile. Une affaire si facile et banale en apparence, dans laquelle l'avocat peut plaider les circonstances atténuantes. Mais y a-t-il des affaires faciles ?

  • " Albert Meslay, je ne vous connaissais pas. J'ai honte." Raymond Devos
    ALBERT MESLAY, L'AGITÉ DU GLOBAL.
    L'Albertmondialiste embrasse une période qui va du Big Bang à la fin du monde...
    Albert Meslay s'impose sans pitreries inutiles. Ses seules contradictions sont verbales. Nul cynisme chez ce cinoque, oeil sombre et moustache de morse, qui donne son avis sur tout. Sur la retraite, les dangers du cyclisme, la littérature érotique celte ou les biocarburants : " On nous oblige à conduire à jeun des bagnoles bourrées. "
    Meslay feint d'emmêler le sens des mots pour mieux affoler la boussole du cartésianisme et faire de chaque spectateur un Albert ego.
    " Dans Je délocalise, il jongle constamment avec l'absurde, l'autodérision et le second degré. Et le public se tord. "

    Albert Algoud


  • Les échecs des winners.

    Pourquoi les gens célèbres donnent-ils toujours l'impression d'être invincibles ? Se sont-ils déjà plantés lamentablement ? À quelles occasions ont-ils posé le genou à terre, et surtout, comment ont-ils trouvé l'inspiration pour rebondir ?
    L'argent, le renom et le succès font vite oublier les déconvenues. Pourtant, tous les " gagnants " ont un jour courbé l'échine (échec scolaire, entrepreneurial, familial ; trahison, abandon, abus de confiance, etc.). Une vie sans embûche n'existe pas.
    Quentin Périnel a traqué les revers et les déceptions qui ont perturbé pendant quelques jours ou quelques années l'omnipotence de ces Thierry Marx, Michel-Édouard Leclerc, Gérard Jugnot, Teddy Riner, Fleur Pellerin, Mercedes Erra, Frédéric Beigbeder, Stéphane Bern, Maurice Lévy, Sophie Lacoste, Erik Orsenna, Marc Simoncini, Philippe Starck, Jacques Attali, Philippe Labro...
    Un " road-trip " atypique et littéraire à la recherche des échecs des winners !

empty