FeniXX réédition numérique (Opales)

  • Ce titre énigmatique - après plus de trois siècles, les musicologues ne l'ont toujours pas expliqué - est celui de la plus célèbre des pièces pour clavecin de François Couperin. Il désigne ici les limites inconscientes, qui enferment le narrateur de ce récit dans une relation conjugale non satisfaisante, d'où il ne parviendra à s'échapper que par une transgression de la loi, ce qui le fera tomber sous le joug plus étroit encore de la prison. Le troisième livre de Jean Malzac. Son premier roman après deux recueils de nouvelles, dont l'un obtint le prix Charles Brisset en 1993. « Les personnages de Jean Malzac sont ainsi faits, qu'en dépit de leur démence et parce qu'ils s'expriment à la première personne, ils semblent parler au lecteur depuis un au-delà à la fois proche et terrifiant. Même lorsqu'ils appartiennent à une existence improbable ou mystérieuse, qu'ils ont l'air de surgir du néant, leurs paroles résonnent en nous de façon déchirante. » Sophie Avon, Sud-Ouest dimanche.

  • Ce titre énigmatique - après plus de trois siècles, les musicologues ne l'ont toujours pas expliqué - est celui de la plus célèbre des pièces pour clavecin de François Couperin. Il désigne ici les limites inconscientes, qui enferment le narrateur de ce récit dans une relation conjugale non satisfaisante, d'où il ne parviendra à s'échapper que par une transgression de la loi, ce qui le fera tomber sous le joug plus étroit encore de la prison. Le troisième livre de Jean Malzac. Son premier roman après deux recueils de nouvelles, dont l'un obtint le prix Charles Brisset en 1993. « Les personnages de Jean Malzac sont ainsi faits, qu'en dépit de leur démence et parce qu'ils s'expriment à la première personne, ils semblent parler au lecteur depuis un au-delà à la fois proche et terrifiant. Même lorsqu'ils appartiennent à une existence improbable ou mystérieuse, qu'ils ont l'air de surgir du néant, leurs paroles résonnent en nous de façon déchirante. » Sophie Avon, Sud-Ouest dimanche.

empty