Belfond

  • Baiser ou faire des films

    Chris Kraus

    • Belfond
    • 21 Janvier 2021

    Après le choc de La Fabrique des salauds, Chris Kraus nous revient avec un roman plein d'une fantaisie grinçante. Écrit sous la forme d'un journal posthume, un texte puissant et drôle, qui continue d'explorer ces familles hantées par les fantômes nazis, sur fond d'hommage à la Beat Generation.
    Jonas n'a pas trente ans quand il débarque à New York pour vivre son rêve de cinéma. Au gré de rencontres déjantées, le jeune Allemand découvre, fasciné, un milieu où flottent encore les ombres de Kerouac et de Ginsberg. Reste à trouver un sujet pour son film d'études. Fiction porno-expérimentale ? Documentaire sur le pouvoir érotique des lobes d'oreilles ?
    Jonas semble passer volontairement à côté du sujet qui s'imposerait pourtant : l'histoire de sa famille. À New York, en effet, vit sa " tante " Paula, qui fut un temps très proche de son grand-père, pendant la Seconde Guerre mondiale, à Riga. Même si Jonas ne veut rien entendre, Paula a beaucoup à dire sur cet homme complexe, ce nazi sanguinaire qui l'a pourtant sauvée, elle, la Juive.
    Et tandis que Jonas répète à l'envi " Je ne tournerai pas de film à la con sur les nazis ! ", la belle Nele va entrer dans sa vie...
    Â

  • Apeirogon

    Colum Mccann

    • Belfond
    • 27 Août 2020

    Rentrée littéraire 2020Apeirogon, n.m. : figure géométrique au nombre infini de côtés.
    Rami Elhanan est israélien, fils d'un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n'a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
    Tous deux ont perdu une fille. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
    Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l'envie de sauver des vies.
    Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.
    Afin de restituer cette tragédie immense, de rendre hommage à l'histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une oeuvre totale à la forme inédite ; une exploration tout à la fois historique, politique, philosophique, religieuse, musicale, cinématographique et géographique d'un conflit infini. Porté par la grâce d'une écriture, flirtant avec la poésie et la non-fiction, un roman protéiforme qui nous engage à comprendre, à échanger et, peut-être, à entrevoir un nouvel avenir.

  • Il n'y a pas d'hommes libres sans animaux libres.
    Ils ne se connaissent pas et pourtant, en cette journée caniculaire de septembre 1916 dans une petite ville du Sud des États-Unis, ils assistent parmi la foule au même effroyable spectacle : l'exécution par pendaison d'une éléphante de cirque, Mary, coupable d'avoir tué un homme. Cette vision bouleversera la vie d'Arabella, de Kid et de Jeremy.
    De l'Amérique qui entre en guerre au Paris tourbillonnant des années 1920, des champs de bataille de l'Est de la France aux cabarets de jazz, des pistes de cirque jusqu'au Kenya dissolu des colons anglais, ces trois êtres devenus inséparables vont se lancer sur la trace des éléphants au cours d'une prodigieuse expédition de sauvetage.
    /> Dans cette éblouissante saga, une jeunesse ivre d'amour et de nature livre son plus beau combat pour la liberté des animaux et celle des hommes.

  • Okuribi

    Hiroki Takahashi

    • Belfond
    • 1 Octobre 2020

    Par le lauréat du prestigieux prix Akutagawa, un roman impressionnant dans la lignée de Battle Royale. Entre lyrisme et violence, une oeuvre glaçante et hypnotique sur la psyché adolescente, dans un Japon inattendu, loin des clichés.
    Au début, Ayumu a cru à des jeux innocents. Des moqueries, des mises au défi, des vols de babioles dans les magasins. D'autant que, pour lui, l'étranger venu de la grande ville, c'était un bon moyen de s'intégrer parmi ses nouveaux camarades dans ce petit lycée de province.
    Et puis Ayumu a commencé à remarquer. Les humiliations, les punitions, les coups, tous dirigés vers le doux Minoru.
    Alors Ayumu s'est interrogé : que faire ? Intervenir ? Fermer les yeux ? Risquer de se mettre les autres à dos ? Ne rien faire ?
    Et l'Okuribi est arrivé, la fête des Morts. Et tout a basculé...
    prix Akutagawa

  • L'heure des spécialistes

    Barbara Zoeke

    • Belfond
    • 3 Septembre 2020

    Rentrée littéraire 2020Dans le sillage de La Fabrique des salauds, de Chris Kraus, un roman terrible et poignant, qui explore un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale - la mise en place du programme Aktion T4 - et redonne souffle à des êtres fragiles, cabossés par l'existence et broyés par l'Histoire.
    Voilà longtemps que les meurtriers de masse ne se reconnaissent plus à l'oeil nu. Ils n'ont plus besoin de vigueur physique, ils ont maintenant des armes qui passent inaperçues : gaz toxiques, injections, comprimés. [...] Tuer est devenu le métier d'experts bien formés. Des spécialistes de la maladie, de la mise à mort. Allemagne, 1940.
    Au sanatorium de Wittenau, Max Koenig, éminent professeur d'université, se voit décliner mais refuse de perdre espoir. Porté par l'amour de sa femme et de sa fille, il croit encore que les médecins sauront soigner ce Mal noir qui le ronge et reste sourd aux avertissements de ses amis qui le supplient de quitter le pays.
    Car ce que Max Koenig ne veut pas voir, c'est que, pour lui comme pour tous les autres malades, handicapés, inadaptés, incurables, fous, les spécialistes du Reich ont un projet...
    Bruder-Grimm-Preiz 2017

  • À la mort de son grand-père, Alexander Leander, comte de Donagh, devient l'unique héritier de l'immense fortune familiale. À 35 ans, il est un aristocrate accompli et l'un des avocats d'affaires les plus recherchés de la City. Tandis que son idylle avec Dimitri, danseur étoile, nourrit les pages people des magazines, Alexander s'éprend en secret de Mark, son jeune associé. Mark forme un couple heureux avec la douce Joyce. Pourquoi céderait-il à un improbable coup de coeur ?
    À travers les confessions de Dimitri, de Joyce et de Mark se dévoilent la personnalité complexe d'Alexander et les ressorts de la passion qu'il éprouve pour ce dernier. Jusqu'à ce qu'Alexander décide de réunir ses proches à Noël, afin de faire entendre sa propre voix...
    Dans ce roman polyphonique aux frontières de l'intime, Françoise Bourdin explore tous les points de vue de la passion amoureuse dans un décor londonien moderne et foisonnant.

  • La race des orphelins

    Oscar Lalo

    • Belfond
    • 20 Août 2020

    Rentrée littéraire 2020
    " J'ai longtemps rêvé que l'histoire de ma naissance exhibe ses entrailles. Quelle que soit l'odeur qui en surgisse. La pire des puanteurs, c'est le silence. "
    Je m'appelle Hildegard Müller. Ceci est mon journal.
    Je m'appelle Hildegard Müller. En fait, je crois que je ne m'appelle pas.
    J'ai soixante-seize ans. Je sais à peine lire et écrire. Je devais être la gloire de l'humanité. J'en suis la lie.

    Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l'homme engagé pour écrire son journal comprend que sa vie est irracontable, mais vraie.
    J'ai besoin, avant de mourir, de dire à mes enfants d'où ils viennent, même s'ils viennent de nulle part.

    Oscar Lalo poursuit son hommage à la mémoire gênante, ignorée, insultée parfois, toujours inaccessible. Il nous plonge ici dans la solitude et la clandestinité d'un des secrets les mieux gardés de la Seconde Guerre mondiale.

  • Rentrée littéraire 2020
    " Est-ce que, sur la table de chirurgie, mon père ressent le chaud, le froid ? Allez savoir. Dans la salle d'attente, ma mère porte sa chemise saharienne et le soleil blanc tape doucement sur les fenêtres. L'air est doux. Un air qui n'a rien à voir avec la mort, les drames. Ici, ce n'est pas un drame. C'est autre chose qui se passe. "
    Dans cette salle, Charlie, quinze ans, patiente avec sa mère. Bientôt, son père sortira du bloc. Elle s'appellera Alice. Durant ce temps suspendu, Charlie se souvient des deux dernières années d'une vie de famille terrassée. Deux années de métamorphose, d'émoi et de rejet, de grands doutes et de petites euphories. Deux années sismiques que Charlie cherche à comprendre à jamais. Tandis que les longues minutes s'écoulent, nerveuses, avant l'arrivée d'Alice, Charlie raconte la transition de son père. Sans rien cacher de ce parcours plus monumental qu'un voyage dans l'espace, depuis le jour de Pâques où son père s'est révélée. Où, pour Charlie, la terre s'est mise à trembler.
    Julien Dufresne-Lamy signe un cinquième roman doux et audacieux, profondément juste, sur la transidentité et la famille. La bouleversante histoire d'amour d'un clan uni qui apprend le courage d'être soi.

  • Poison florilegium

    Annalena Mcafee

    • Belfond
    • 3 Septembre 2020

    Rentrée littéraire 2020Aux frontières du thriller et de la satire sur le monde de l'art et ses excès, ce roman porté par une écriture à la fois subtile et brillante dresse aussi le portrait bouleversant d'une femme au bord du gouffre.
    À la fin des années 1970, Eve Laing, jeune peintre talentueuse, débarque à New York avec la ferme intention de devenir la prochaine Andy Warhol. Débordante d'énergie, elle fréquente les soirées enfiévrées du Lower East Side et les concerts punk, découvre les drogues, les amitiés intenses et l'amour libre.
    Des décennies plus tard, il ne reste plus grand-chose de cette folle liberté et de ce chaos créatif. À presque soixante ans, Eve s'ennuie dans sa belle maison londonienne auprès de son mari Kristof et de son petit-fils. Bien décidée à prouver au monde qu'elle est toujours une grande artiste, elle se lance dans son ultime chef-d'oeuvre, une peinture monumentale intitulée
    Poison Florilegium.
    Aidée par son nouvel assistant Luka, un jeune homme à la beauté troublante et au comportement presque trop parfait, Eve retrouve enfin l'exaltation du processus créatif et se sent revivre. Mais, de plus en plus obsédée par son travail, elle ne va pas tarder à perdre pied...

  • L'accro du shopping est de retour, confrontée à la plus risquée des fêtes de famille : Noël. Tendre, drôle, une comédie pile dans l'air du temps.
    Notre accro préférée est dans tous ses états : cette année, Noël se fera chez elle !
    Et la pression monte encore quand Becky comprend qu'elle va devoir composer avec un entourage exigeant. Ses parents, nouveaux retraités tendance hipsters, rechignent à l'idée de passer les fêtes loin de leur quartier branché ; sa demi-soeur Jess ne voit aucun intérêt à ces célébrations superficielles et consuméristes et exige un menu vegan ; même son mari Luke a l'air plus préoccupé par les demandes très pressantes d'une certaine Nadine pour de curieuses affaires financières que par la course aux cadeaux.
    Un rude challenge, mais impossible n'est pas Becky !
    Décidée à recréer coûte que coûte la magie de Noël, Becky va faire de cette fête un événement inoubliable. Pour le pire, et surtout pour le meilleur...

  • Rentrée littéraire 2020
    " Pourvu qu'elle ait essayé, au moins une fois, pour de vrai. "
    Le monde d'Anastasia s'est effondré.
    À 29 ans, elle avait l'argent, la stabilité, le prestige. Hier encore, elle exerçait de hautes fonctions dans une grande entreprise. Une conquérante, Anastasia. Toujours en avance sur son monde. Même pour son cancer du sein.
    Pour la première fois de sa vie, la voilà limitée. Pourtant, la maladie n'est pas le sujet de son histoire. Plutôt un point de départ, un détonateur. Un accélérateur. Un catalyseur.
    Anastasia devient une déviante, celle par qui tout commence, capable d'attirer dans son sillage deux déviantes en germe, Iris et Lolita. Ensemble, elles vont prendre goût au saccage de leurs courtes existences et s'autoriser à déployer leurs rêves.
    À elles trois, elles incarnent une jeunesse qui refuse de se laisser abîmer, une vocation en marche et, surtout, la possibilité de nouvelles trajectoires.
    D'une écriture vibrante et incarnée, Capucine Delattre nous entraîne dans l'étonnante odyssée de trois jeunes femmes et signe, à 19 ans, un premier roman à réveiller les vivants.

  • Quelques battements de coeur

    Emily Elgar

    • Belfond
    • 5 Novembre 2020

    Après Une présence dans la nuit, Emily Elgar livre un roman à énigme addictif, inspiré de faits réels, qui explore la complexité des relations mère-fille, l'emprise familiale et la puissance dévastatrice de l'instinct grégaire.
    La petite ville d'Ashford, en Cornouailles, est sous le choc : qui a pu assassiner Meg Nichols, mère célibataire et courageuse aimée de tous ? Pire encore, quel monstre a pu kidnapper Grace, sa fille lourdement handicapée, sans même emporter les médicaments qui maintiennent l'adolescente en vie ?
    Alors que tout le village cherche la jeune fille, que la police se lance à la poursuite du père, réputé violent, Jon Katrin, journaliste local, s'interroge : quelque chose ne colle pas dans l'histoire de cette famille, mais quoi ? Aidé de Cara, l'amie d'enfance de Grace, Jon va peu à peu découvrir les drames, les mensonges et les inavouables secrets de cette mère et de sa fille, que chacun pensait exemplaires.
    Car, à bien y regarder, qui connaissait vraiment les Nichols ?

  • En 2020, le féminisme est Vintage ! Dix ans après L'Invitation à la valse, Olivia a divorcé, mûri, quand son chemin recroise celui de son premier amour. Cèderont-ils à leur passion commune ? Dans ce second volet des aventures d'Olivia Curtis, l'émotion, l'invitation à l'amour, les vertiges de la liberté sont toujours là, mais avec une tonalité plus grave, plus profonde.
    En effet, pourquoi faire tant d'histoires ? Une petite fêlure, un malentendu regrettable, oublié maintenant. Il ne faut rien exagérer. Avec une douce insistance, il répétait : -; Nos gentils petits déjeuners, ils me manqueraient, savez-vous... Et à moi donc ! Ils étaient charmants. -; Et nos promenades... Ah ! oui, nos promenades... elles étaient charmantes. Pourquoi pas un déjeuner, une promenade, par-ci, par-là, discrètement, quand il en aurait envie ? Tout cela était charmant. Londres, 1930. Dans le train qui la ramène chez ses parents, Olivia Curtis reconnaît immédiatement Rollo Spencer, frère de sa camarade d'enfance Marigold, mais elle hésite à lui adresser la parole. Le riche fils de Lord Spencer a épousé la brillante Nicole, elle-même s'est mariée avec Ivor puis l'a quitté en dépit de la réprobation muette des siens et vit maintenant seule à Londres dans une situation financière précaire.
    C'est Rollo qui fait les premiers pas, qui renoue avec entrain les liens d'autrefois -; et Olivia se laisse reprendre par la fascination qu'exerçait naguère sur elle la famille Spencer. Alors que Rollo souhaite la revoir, alors qu'il dit l'aimer, comment pourrait-elle résister ? Elle sait bien pourtant que rien d'autre n'est possible entre eux que la clandestinité, les coups de téléphone en cachette, les chambres d'hôtels anonymes...
    Malgré tout ça, elle se lance. Avec lucidité mais avec aussi cet espoir fou de voir ses rêves de jeunesse se réaliser et l'amour s'offrir à elle.

  • En 2020, le féminisme est vintage ! Olivia Curtis, jeune anglaise de dix-sept ans, s'apprête à assister son tout premier bal chez Lord et Lady Spencer. A mi-chemin entre Downton Abbey et les comédies douces-amères de Nancy Mitford, un roman d'apprentissage, drôle et poignant, par l'une des plus belles plumes de la littérature anglaise Tout à coup le paisible fox-trot changea d'allure, saisi d'un transport convulsif : " Connaissez-vous John Peel ? "... triste, gai, endiablé... Oh ! tous ces pieds qui galopent, quel vacarme ! Et ces cris ! Plus vite. Plus vite. Little Compton, 1920. Olivia Curtis, tout juste dix-sept ans, est folle de joie. Elle et sa soeur Kate sont invitées à leur premier bal chez Lord et Lady Spencer, les parents de sa grande amie Marigold. Entre les robes à essayer, les carnets de bal à remplir et l'excitation générale, les préparatifs sont frénétiques et joyeux. Très vite pourtant, les deux soeurs déchantent : leur mère leur a dégoté comme chaperon un aspirant pasteur aussi ennuyeux qu'empoté. Mais il en faut plus pour décourager la jeune et timide Olivia, bien décidée à entrer dans la danse...
    A la fois drôle et poignant, un roman d'apprentissage sur le passage à l'âge adulte. Un portrait de (jeune) femme lumineux et inoubliable.

  • Annibale

    Dominique Frétard

    " Un misanthrope affamé des autres, tel est Annibale avec un e final car il est italien. "
    Annibale est un peintre italien qui n'aime ni les peintres ni la peinture. Il a élu domicile en Espagne, à Mineras, petit village du désert andalou, et il y a construit sa maison sur le sable, face à la mer. C'était en 1962, l'année où un célèbre tournage hollywoodien a eu lieu dans la région. Le film s'appelait
    Lawrence d'Arabie.
    Pendant quarante ans, Annibale fait de sa maison une oeuvre d'art qu'il ouvre, selon son humeur, aux visiteurs. Quand il rencontre en 1999 Deva la Française, de trente ans sa cadette, Annibale a renoncé à l'amour et au sexe. Avec elle, il vivra un réveil physique total. Quant à Deva, elle explore un monde nouveau et reconstitue le puzzle captivant de cet homme inclassable, qui est tout sauf un vieillard.
    D'une écriture sensuelle et extrêmement libre,
    Annibale nous dévoile la mécanique d'un homme, artiste absolu, indissociable de son village de Mineras, et nous plonge, de la guerre civile à aujourd'hui, dans une Espagne " or et rouge, sang et mort " devenue terre d'accueil du cinéma étranger en pleine dictature.

  • Créer une collection pour faire parler les grands photographes, était une double gageure : on n'explique pas l'originalité d'un regard, ni la manière d'ouvrir les yeux sur le monde, en retenant l'essentiel dans l'image que l'on vole, le temps d'un instant. Agathe Gaillard est, aujourd'hui, la première à relever le défi. Son privilège est d'avoir à la fois décrit l'itinéraire artistique de Kertesz et raconté, de façon romanesque, l'aventure professionnelle et humaine de ce géant de la photo, que la célébrité américaine n'a jamais empêché d'oublier qu'il fut, d'abord, reconnu et aimé en France.

  • Chacun d'entre nous met infiniment plus de soin à découvrir son conjoint, que son patron. Pourtant, on passe autant de temps - sinon plus - avec le second qu'avec le premier. Il ne suffit donc plus de repérer l'entreprise où l'on souhaite faire carrière. Il est indispensable d'avoir autopsié son futur patron. En dévoilant quelques-uns de ses « secrets de fabrication », Marc Lamy, chasseur de têtes reconnu par ses pairs, se propose de vous aider à rencontrer le patron idéal. Vous devrez non seulement disposer d'une stratégie, mais aussi maîtriser la technique appropriée. Parmi les moyens à mettre en oeuvre : l'autocritique (« connais-toi toi-même »), la définition du profil de la cible (itinéraire, secteur d'activité, âge), la localisation de l'oiseau rare (où ? quand ? comment ?), l'art de l'entretien (rendre l'autre plus intelligent), les réseaux à utiliser avant et pendant une carrière, etc. Mieux encore : ce livre peut vous permettre de négocier le contrat du siècle (salaire + intéressement + primes + stock options + voiture de fonction !) et, pourquoi pas, de vous reconvertir sur le tard en PDG heureux !

  • Fréhel, née Marguerite Boulc'h à Paris. Un destin entre le sublime et la souillure. Comme pour faire pleurer Margot, elle pousse la goualante à cinq ans, sur le pavé de Paris. Quand elle épouse Robert Hollard, en 1906, à l'âge de quinze ans, Fréhel est enceinte. L'enfant, un garçon, délaissé par sa nourrice, mourra de faim. Vendeuse de cosmétiques, pigiste de la gambette dans les music-halls de renommée incertaine, elle se met à chanter. On l'écoute. On la protège. La Belle Otéro s'entiche d'elle. Fréhel, de tous les abordages, chante Jean Lorrain, Montéhus, Francis Carco. Fréhel, qui aime Maurice Chevalier jusqu'à l'autodestruction. Fréhel dérape, triomphe, s'évade vers les colonnes du Bosphore, avant de se perdre dans l'opium et la cocaïne. Mais la force de Fréhel, est de toujours remonter des abîmes, pour mieux souffrir de vivre. Elle revient au détour d'une guerre incertaine, méconnaissable, caricature d'elle-même. Mais le cinéma la fixe dans toute son émotion, dans toute sa vérité. Déformée, vieillie, elle reprend le chemin de la scène. En 1951, elle meurt : elle vient de fêter son soixantième anniversaire dans une chambre d'hôtel de la rue Lepic. Bien plus qu'une chanteuse, Fréhel a été une des rares artistes à vivre son répertoire : les fortifs, le peuple, les filles perdues, la faim et toutes les ivresses.

  • Au coeur de la Namibie, par 52° à l'ombre, une jeune femme regarde s'éloigner la Jeep qui vient de la déposer. Désormais, elle aura pour seule compagnie les chevaux sauvages d'un désert impitoyable. Dès l'adolescence, cette Aixoise de bonne famille, écuyère émérite et musicienne, ne reconnut plus au monde de limites qu'elle ne saurait franchir. Ainsi passa-t-elle d'une enfance et d'une jeunesse choyées, aux rudes sentiers de l'aventure, ainsi parcourut-elle la planète pour parvenir enfin là où vit, oublié de la civilisation, un troupeau de chevaux sauvages que nul n'a jamais approchés. Pour s'en faire accepter, pour apprendre à les connaître, Jacqueline a passé plusieurs mois parmi eux, seule, avec une petite tente pour tout abri contre les rigueurs et les dangers du désert. Mais il en faudrait davantage pour effrayer l'étonnante et frêle Jacqueline Ripart, qui semble ignorer le sens du mot peur. Aujourd'hui, après s'être arrêtée le temps de mettre la dernière main à ses « carnets de voyage », écrits sur le terrain, elle n'attend plus que la première occasion de repartir sur les chemins de la liberté. Décidément, le monde lui appartient ! Ou plutôt, comme elle le dirait, elle appartient au monde...

  • 1936 : en Espagne, le soulèvement franquiste contre la République précipite le mouvement révolutionnaire de masse. Mais, au nom du pacte de non-intervention, ni la France du Front populaire, ni les démocraties occidentales n'acceptent d'aider le gouvernement républicain. Celui-ci doit se tourner vers la Russie. C'est le début du chantage aux armes, qui permettra au P.C. espagnol minoritaire et au N.K.V.D. soviétique, de s'emparer peu à peu du pouvoir et d'éliminer les différentes oppositions de gauche : poumistes, anarchistes, socialistes, républicains. Ce livre est l'histoire de la liquidation du P.O.U.M. (Parti marxiste anti-stalinien) et, au-delà, l'histoire de la liquidation de la révolution espagnole. Acteur et témoin de la première heure, militant internationaliste de toujours, Julian Gorkin passa dix-huit mois dans les tchékas communistes de Valence, de Madrid et de Barcelone. Il devait, par la suite, échapper à cinq attentats staliniens au Mexique. Dans Les Communistes contre la révolution espagnole, il démontre l'engrenage totalitaire qui, en Espagne comme ailleurs, choisit de liquider une révolution qui risquait de lui échapper, sans cesser pour autant d'en appeler au socialisme, et de chanter L'Internationale. Bouleversant les idées reçues de l'histoire officelle - réécrite après coup -, les révélations de Julian Gorkin feront l'effet d'une bombe. Et ce n'est pas un des moindres mérites de ce livre que de retrouver, quarante ans après les procès de Barcelone, une inquiétante actualité politique à l'heure où les partis communistes occidentaux inventent un nouveau langage couvrant la même stratégie.

  • Créer une collection pour faire parler les grands photographes, était une double gageure : on n'explique pas l'originalité d'un regard, ni la manière d'ouvrir les yeux sur le monde, en retenant l'essentiel dans l'image que l'on vole, le temps d'un instant. Agathe Gaillard est, aujourd'hui, la première à relever le défi. Son privilège est d'avoir à la fois décrit l'itinéraire artistique de Kertesz et raconté, de façon romanesque, l'aventure professionnelle et humaine de ce géant de la photo, que la célébrité américaine n'a jamais empêché d'oublier qu'il fut, d'abord, reconnu et aimé en France.

  • Chacun d'entre nous met infiniment plus de soin à découvrir son conjoint, que son patron. Pourtant, on passe autant de temps - sinon plus - avec le second qu'avec le premier. Il ne suffit donc plus de repérer l'entreprise où l'on souhaite faire carrière. Il est indispensable d'avoir autopsié son futur patron. En dévoilant quelques-uns de ses « secrets de fabrication », Marc Lamy, chasseur de têtes reconnu par ses pairs, se propose de vous aider à rencontrer le patron idéal. Vous devrez non seulement disposer d'une stratégie, mais aussi maîtriser la technique appropriée. Parmi les moyens à mettre en oeuvre : l'autocritique (« connais-toi toi-même »), la définition du profil de la cible (itinéraire, secteur d'activité, âge), la localisation de l'oiseau rare (où ? quand ? comment ?), l'art de l'entretien (rendre l'autre plus intelligent), les réseaux à utiliser avant et pendant une carrière, etc. Mieux encore : ce livre peut vous permettre de négocier le contrat du siècle (salaire + intéressement + primes + stock options + voiture de fonction !) et, pourquoi pas, de vous reconvertir sur le tard en PDG heureux !

  • Fréhel, née Marguerite Boulc'h à Paris. Un destin entre le sublime et la souillure. Comme pour faire pleurer Margot, elle pousse la goualante à cinq ans, sur le pavé de Paris. Quand elle épouse Robert Hollard, en 1906, à l'âge de quinze ans, Fréhel est enceinte. L'enfant, un garçon, délaissé par sa nourrice, mourra de faim. Vendeuse de cosmétiques, pigiste de la gambette dans les music-halls de renommée incertaine, elle se met à chanter. On l'écoute. On la protège. La Belle Otéro s'entiche d'elle. Fréhel, de tous les abordages, chante Jean Lorrain, Montéhus, Francis Carco. Fréhel, qui aime Maurice Chevalier jusqu'à l'autodestruction. Fréhel dérape, triomphe, s'évade vers les colonnes du Bosphore, avant de se perdre dans l'opium et la cocaïne. Mais la force de Fréhel, est de toujours remonter des abîmes, pour mieux souffrir de vivre. Elle revient au détour d'une guerre incertaine, méconnaissable, caricature d'elle-même. Mais le cinéma la fixe dans toute son émotion, dans toute sa vérité. Déformée, vieillie, elle reprend le chemin de la scène. En 1951, elle meurt : elle vient de fêter son soixantième anniversaire dans une chambre d'hôtel de la rue Lepic. Bien plus qu'une chanteuse, Fréhel a été une des rares artistes à vivre son répertoire : les fortifs, le peuple, les filles perdues, la faim et toutes les ivresses.

  • Au coeur de la Namibie, par 52° à l'ombre, une jeune femme regarde s'éloigner la Jeep qui vient de la déposer. Désormais, elle aura pour seule compagnie les chevaux sauvages d'un désert impitoyable. Dès l'adolescence, cette Aixoise de bonne famille, écuyère émérite et musicienne, ne reconnut plus au monde de limites qu'elle ne saurait franchir. Ainsi passa-t-elle d'une enfance et d'une jeunesse choyées, aux rudes sentiers de l'aventure, ainsi parcourut-elle la planète pour parvenir enfin là où vit, oublié de la civilisation, un troupeau de chevaux sauvages que nul n'a jamais approchés. Pour s'en faire accepter, pour apprendre à les connaître, Jacqueline a passé plusieurs mois parmi eux, seule, avec une petite tente pour tout abri contre les rigueurs et les dangers du désert. Mais il en faudrait davantage pour effrayer l'étonnante et frêle Jacqueline Ripart, qui semble ignorer le sens du mot peur. Aujourd'hui, après s'être arrêtée le temps de mettre la dernière main à ses « carnets de voyage », écrits sur le terrain, elle n'attend plus que la première occasion de repartir sur les chemins de la liberté. Décidément, le monde lui appartient ! Ou plutôt, comme elle le dirait, elle appartient au monde...

empty