Amalthée

  • L'éveil

    Ria Monavit

    «Nous sommes dans une partie du monde appelée zone expérimentale céleste, indétectable jusque-là par l'humanité, sauf depuis l'Abandon Nous sommes dans les apparts de Dieu si vous préférez»
    Si vous pouviez changer le monde, que feriez-vous ?
    Depuis l'Abandon, des humains «élus» sont appelés à intégrer l'espace céleste pour pallier la mort de Dieu. Car l'équilibre de l'humanité et la balance des choix doivent être contrôlés.
    Lili Lou est l'une de ces élus. Amnésique, elle se retrouve projetée dans la Zone Expérimentale Céleste où résident d'autres élus et une équipe scientifique. Privée de tout et confrontée à des rêves troublants de réalisme qui lui renvoient des souvenirs de sa vie d'avant, elle devra survivre et accomplir sa Mission. Mais son individualité et son caractère de battante auront du mal à se conformer à ces nouvelles règles
    Un débat intérieur sur l'humanité et les possibilités de la rendre meilleure s'engage alors. Tout en initiant une quête identitaire personnelle, Lili Lou arrivera-t-elle à trouver l'altruisme nécessaire pour maintenir l'équilibre de l'humanité ?


    Écrivain, voilà un challenge auquel Ria Monavit n'avait pas pensé. Car si c'est vrai que l'on a plusieurs vies, il n'était peut-être pas prévu plusieurs vies dans une seule ! Et pourtant l'auteure se construit à travers ses multiples aspirations et ses rôles de Maman et de Femme ! Lectrice boulimique, elle livre le premier tome d'une saga passionnante, un mélange de réalité et d'interrogations personnelles sur LA question, «qu'est-ce que je fais là ?».

  • «Écrire, c'est respirer ; respirer, c'est vivre ; vivre, c'est aimer ; aimer, c'est donner du sens à l'univers»

    Augustin Decommynes, historien de l'art, entre dans la dernière étape de son existence. Veuf, père d'une fille qu'il aime plus que tout, il voit petit à petit sa mémoire se voiler puis s'effacer. Souffrant de la maladie d'Alzheimer mais encore lucide, il décide d'user de ses dernières forces pour coucher sur le papier ses rencontres au féminin.
    Mais il ne considère pas cette matière comme un vulgaire tableau de chasse. Pour lui, la vie lui a offert une sorte d'herbier dont il a patiemment conservé les traces sensuelles et oniriques sur fond de balades au sein des oeuvres des plus grands artistes de tous les temps.
    Car si Augustin a croqué l'existence à pleines dents, c'est qu'il est frappé d'une autre pathologie, singulière et orpheline bien que profondément régénératrice : il a le coeur qui chatouille !

    Un roman mosaïque touchant qui célèbre l'Amour et l'Art.

  • «Elle n'a pas quitté les toiles des yeux depuis qu'il les a posées sur l'établi. Elle garde le silence. Elle n'aime pas, pense-t-il.
    Écoutez, finit-elle par articuler péniblement, je suis tellement touchée et sidérée par ces portraits.
    Vous les avez connus probablement ?
    Oui.
    Ne me dites pas que c'est eux, j'aurai peine à vous croire.
    Peu importe ce que vous croyez, ils ont surgi des limbes avec la vérité de ce qui faisait leur essence.
    Comment étaient leurs visages ?
    La matérialité n'a pas d'importance, ce qui compte est bien plus subtil et c'est là dans leurs yeux.
    Vous les aimez donc ?»

    Un homme roule vers un coin de campagne dont il ignore tout. Que cherche-t-il à fuir ?
    À travers cette histoire pleine d'humanité et de tendresse, le lecteur découvre qu'il n'est jamais trop tard pour réaliser ses rêves.


    Camille Nicole Cardera a grandi à la campagne où elle a porté très tôt en elle le désir d'écrire. Le souvenir d'un professeur de Français au collège qui corrigeait les copies mot à mot lui a donné le goût du mot juste. Après une année d'hypokhâgne et des études de Lettres Modernes puis de graphologie, elle est devenue graphologue. Elle a participé pendant de nombreuses années à un atelier d'écriture. Avec les doigts du vent est son second roman.

  • «Chaque camp avait ses traîtres []. Et la mort accomplissait son sale boulot et apprivoisait les survivants, comme si tout ce qu'ils vivaient était normal. Je vivais, moi aussi, comme tous les Algérois, au rythme des explosions et des concerts de casseroles.»
    Qu'allons-nous devenir ? Comme le jeune Jacques, l'Algérie est en proie à mille interrogations en ce printemps 1962. Au fil de rencontres inattendues, indigènes contre colons, deux terrorismes s'affrontent. L'inquiétude grandit et l'Histoire avance. L'histoire de Jacques aussi
    Jeune enseignant à l'université, pied-noir d'origine espagnole, il se voit sollicité de toutes parts, par ses amis musulmans d'un côté, par ses compatriotes pieds-noirs de l'autre, et au milieu du chaos par son histoire d'amour avec Noura.
    Et pourquoi accepter la déchirure de ce pays ? Se laisser mener par l'un ou l'autre camp ? Pourquoi chacun de nous n'y aurait-il pas sa place ? Jacques trouvera une accroche à ses rêveries visionnaires : l'avenir aurait bien pu se dessiner autrement.
    Un roman uchronique passionnant sur
    la liberté individuelle, la justice l'identité !
    Et si tout avait été différent ?

    Né à Constantine d'une famille pied-noire d'origine espagnole, Jean-Pierre Bénéjam a travaillé à l'université d'Alger et de Paris avant d'être nommé recteur de l'Académie de la Réunion puis de Nantes. Mathématicien, spécialiste de logique mathématique et de ses applications à l'intelligence artificielle, il est également passionné d'Histoire et de langues. Écrivant depuis toujours, l'auteur publie aujourd'hui son premier roman. Un printemps 1962 à Alger est un hommage à cette Algérie dont il n'a jamais pu se séparer et délivre un message de paix profond et sincère.

  • Née un 1ermai, Muguette (ça ne s'invente pas !) est une jeune femme de trente-cinq ans au caractère bien trempé. Encore célibataire, elle travaille dans une agence immobilière en Nouvelle-Aquitaine. C'est là qu'elle rencontre Jasmin de la Rochefleurie, le nouveau directeur des Impôts ! Le coup de foudre est immédiat et réciproque ! Est-ce parce qu'ils portent tous les deux un prénom de fleur ?
    Petit-fils d'une famille de viticulteurs, Jasmin habite dans un grand domaine entouré de ses parents, sa soeur et ses grands-parents. Muguette, qui n'est pas connue pour sa diplomatie, devra pourtant tout tenter pour se faire accepter, surtout du patriarche Louis de la Rochefleurie qui règne d'une main de maître sur le domaine.
    Mais Muguette et Jasmin sont-ils réellement faits l'un pour l'autre ?
    Entre rires et larmes, entre jalousie, découvertes
    de paternité et liens familiaux, Mug nous entraîne
    dans une course endiablée pour trouver l'amour,
    à sa manière ! Un roman coloré et feel-good sur
    les hauts et les bas d'une relation amoureuse !

  • Le cahier vert

    Hélène Dumas

    « Puis revenant à la réalité, elle laisse vagabonder ses pensées. Elle voyage en direction d'une nouvelle vie. Le chemin sera encore long mais cela n'a pas d'importance. Elle fera tout pour l'atteindre, elle veut en être capable. Elle doit se faire confiance. »

    En route pour ce qui aurait dû être son premier jour en entreprise, Paulette descend du train. Une idée l'obsède : Cette destination n'est pas la sienne.
    Laissant son passé derrière elle, elle reprend ses études et devient enseignante. Debout devant sa classe, elle regarde entrer un par un ces jeunes adolescents, ses premiers élèves. Comment va-t-elle leur apporter ce dont elle est convaincue : une meilleure connaissance de soi afin d'être mieux préparé pour trouver son propre chemin dans le monde des adultes ?
    Ni psychiatre, ni psychologue, elle va essayer, en dehors du programme scolaire, de leur passer ses messages avec l'aide de son Cahier vert ; un carnet précieux où elle note tous les passages importants relevés au fil de ses lectures et de ses années passées à rechercher des réponses à ses questionnements.

    La vie n'est-elle qu'une fatalité ? Existe-t-il un mode d'emploi pour vivre et s'épanouir ? Un roman de développement personnel touchant qui encourage l'enseignement de la psychologie à l'école et nous donne les clés pour avancer !

    Hélène Dumas n'a jamais pu résister à l'envie de connaître, de comprendre le comportement humain. Elle a eu envie de s'exprimer par l'écriture. Son héroïne Paulette est ainsi née en écoutant et en suivant son intuition. Sa mission : aider les enfants et les adolescents à se découvrir afin qu'ils s'épargnent ces souffrances qui parfois nous rongent tout au long de notre existence. Paulette a réalisé son rêve !

  • «C'était son havre de paix et de souvenirs, sa mer et ses vagues à lui. Plus important encore, c'était la présence perpétuelle de ses parents et de leurs merveilleux moments. Souvent, malgré l'humidité du bord de mer, il laissait la fenêtre ouverte toute la nuit simplement pour entendre le bruit des vagues et respirer l'odeur de varech. En plus, tout un pan de vie amoureuse y est présent.»

    Jeune diplômé, Robert sourit à son avenir. Il ne sait pas encore qu'il vivra l'amour, la tendresse, la volupté, l'amitié, la richesse, le désarroi, les larmes, l'angoisse et la punition silencieuse de son dernier monde.
    Criminaliste ambitieux et chevronné dans les années 1970, il revisite une vie où s'entremêlent de sombres histoires de sexe, d'amour et d'argent et accepte de mettre sa moralité à rude épreuve. Toujours accompagné de ses amis d'université avocats eux aussi, Robert découvre alors le monde des puissants, un univers d'affaires réservé aux initiés
    Entre Québec, Montréal, Vancouver et Boston,
    découvrez le destin de cinq amis de 1970 à 2013,
    leurs aventures, leurs succès, leurs amours,
    leurs déceptions et leurs rêves.


    Avocat pendant près de quarante ans, Jean Gilbert est un passionné de littérature. Il nous livre son premier roman, Un phare dans le brouillard, l'histoire de Robert et de ses amis dans les années 1970.

  • Comptines de la nuit

    Thierry Dogat

    «Pourquoi une réponse toujours,
    Pourquoi justifier souvent,
    Simplement penser chaque jour,
    Puis espérer bien longtemps.

    La liberté c'est être,
    La vérité ce n'est pas paraître,
    Aimer reste le plus beau,
    Personne ne nous prendra ce cadeau.»

    À travers des poèmes miroirs du quotidien, Thierry Dogat nous livre un recueil accessible sur l'amour, le temps, la famille, la vie tout simplement. Parfois léger, parfois dramatique, chaque texte reflète des moments de réalité avec sincérité.

    Né en Moselle, Thierry Dogat écrit de la poésie depuis son plus jeune âge. Il aborde dans ses textes la vie au quotidien, l'amour des proches, les bons et les mauvais moments. Comptines de la nuit est son premier ouvrage, un recueil qu'il partage avec plaisir avec ses lecteurs.

  • «Il mena une très grande activité en participant aux campagnes pour la paix dans le monde, contre les guerres coloniales et pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, pour une société plus juste et plus humaine. Je garde de Louis le souvenir d'un homme de conviction, très respectueux des opinions de chacun. Il avait foi en l'homme, avec un dévouement pour tous et notamment pour les humbles.»
    Préface de Robert Veyret
    Enfant pauvre d'une famille venue d'Italie, Louis Scarpellini a traversé le XXesiècle. Il connaît, lors de la première moitié de sa vie, les drames de l'Histoire : les privations pendant la guerre de 14-18, la grande crise économique des années 30 puis sa captivité pendant cinq longues années en Prusse Orientale dans le camp de prisonnier le plus à l'est du Reich.
    Après sa libération, il reprend une vie de travailleur et de militant, passionné par un combat qu'il se fait un devoir de mener. Son idéal : une humanité plus juste, plus honnête, plus belle. Animé par sa foi militante, il ne baisse jamais les bras ni abandonne malgré les trahisons et les pertes.
    Sans haine ni rancoeur, le témoignage d'un siècle
    de douleurs avec une résilience à toute épreuve.


    Louis Scarpellini est né le 22avril 1910 à Moirans de parents immigrés italiens originaires de Toscane. Décédé en août2000, il laisse de nombreux documents sur sa vie d'homme, de militant et de prisonnier de guerre. C'est son petit-fils Fabrice qui réunit toutes les pièces afin d'écrire une biographie la plus fidèle possible à l'histoire vécue par son grand-père mais aussi à la personnalité du personnage, passionné de mécanique et de technologie, militant engagé et pacifiste convaincu.

  • Poétique existentielle

    Olivier Lechat

    Les poèmes qui composent ce recueil d'Olivier Lechat expriment son amour profond pour la vie et la poésie, intimement mêlées.

    Qu'ils soient lyriques dans le sens noble du terme ou plus abrupts dans leur expression, on y retrouve ce même élan de solidarité à l'égard des plus démunis, ce cri d'amour qui traverse l'univers entier et cette ferveur, sève nourricière de cette poétique existentielle qui fait vibrer toutes les cordes de la lyre et toutes les fibres du coeur !

    Impossible de céder au sentiment de répétition tant la variété des registres du dire, qui sont aussi ceux du vivre, est manifeste. Le lecteur y puisera force et espoir. Il se laissera surprendre par la beauté des vers et des rythmes.»

    Julien Miavril

  • «Marcher en cumulant les instants dans la durée, c'est être attentif au présent et à l'imprévu, observer les détails tout en faisant corps avec le paysage, écouter les notes de la mélodie du bonheur, ressentir dans chacune de ses cellules la vibration de l'ensemble de son être, embrasser l'infiniment petit et l'infiniment grand en même temps.»

    Comme une langue abritée à l'embouchure du fleuve St-Laurent, la Gaspésie se cache artistiquement entre des lèvres lléennes et des mâchoires incisives. Elle fait bonne figure devant les touristes en période estivale, flatte leurs goûts par des mets ayant la classe des grands, expose sa créativité aux multiples facettes, propose des activités sportives et culturelles pour occuper le temps suspendu et festif dans une ambiance artificielle. Mais que cache cette façade ?
    Pour Isabelle Lacharme, il fallait prendre le temps de le comprendre au rythme de ses pas sur le Sentier International des Appalaches (SIA), entre Forillon et Matapédia. En 2006, 40 jours à parcourir plus de 650km, avec un sac à dos et des chaussures de montagne, une tente et des cartes du sentier. Entre mers et montagnes, lacs et forêts, l'aventure commence à la recherche de la Bretagne de ses ancêtres.
    Un récit nomade qui dévoile une Gaspésie envoûtante et poétique.


    Française émigrée au Canada, Isabelle Lacharme se sent «nomade un jour, nomade toujours». Enfant, elle fugue en faisant le mur de l'école. Adolescente, elle part explorer d'autres jardins et pays. Adulte, elle prend le chemin des randonnées de plus en plus longues. Après le tour de la Bretagne par le GR-34 et la traversée des Alpes par le GR-5, elle traverse la Gaspésie au Québec par le SIA. Auteur de Voyage initiatique autour de la Bretagne (Éditions Amalthée, 2013), elle livre avec 40 jours de marche sur le Sentier International des Appalaches en Gaspésie une recherche de ressemblance et de divergence entre l'ancien monde et le nouveau monde, entre la Bretagne et la Gaspésie au rythme de ses pas.

  • «C'est vrai, on croisera, sur notre chemin pendant le voyage, des êtres qui embarqueront, d'autres qui fileront au fil du temps. Ceux qui nous tatouent de leur nom et ceux qui nous le feront oublier.»

    À quoi bon pleurer la mort
    Quand on sait que la terre est un abri
    À quoi bon pleurer la vie
    Quand on ne vit que sous la peur


    Jeune Canadienne d'origine algérienne, Ikene Rezika tombe rapidement amoureuse de la langue française. Partie vivre quelques années à Tours, elle a immédiatement été saisie par l'accueil chaleureux de la région. Grande passionnée, elle a puisé dans chacun de ses voyages une inestimable inspiration qu'elle a couchée sur papier pour fournir ce tout premier ouvrage aux Éditions Amalthée.

  • «Karim tu étais fait de ce balancement, de ce combat perpétuel à l'intérieur de toi entre la joie et la souffrance, l'exaltation et le découragement, l'amour et la destruction. À la fin puisqu'il faut bien qu'il y ait un vainqueur et bien, c'est ta part d'ombre qui l'a emporté sur ta lumière. À la fin, de guerre lasse et à bout de forces, ce sont tes démons qui ont gagné.»

    Sous la forme d'un journal intime et poétique, Catherine Sigal rend un hommage touchant à son ami Karim. Elle raconte l'amour, la tendresse tout autant que la perte, la douleur, l'absence. En guerre contre les démons de ce jeune homme souffrant de psychose maniaco-dépressive, elle reste le témoin de sa fragilité jusqu'à sa mort à l'âge de 36 ans.


    Psychologue clinicienne et psychothérapeute, Catherine Sigal travaille en libéral à Toulouse. Écoutante bénévole à la Porte Ouverte pendant ses études, elle a participé plus récemment à des groupes de paroles pour l'association Revivre France. Avec pudeur et bienveillance, elle dévoile dans son premier récit son amitié avec Karim, jeune homme trop intense, qui évoque pour elle «les purs» dont parle Christian Bobin : «Un jour on sort du paradis et on voit ce qu'est le monde, un palais pour les menteurs, un désert pour les purs.»

  • «Le monde est rond et tourne rond, CQFD. Chez moi il tourne aussi, mais pas forcément dans la rondeur. Il est plutôt du genre à rouler très vite, se prendre les quatre coins de la pièce et vouloir les défoncer, traverser hors des passages cloutés, bugger par interférences, avant de finir par faire la foire dans la spirale de l'infini. Et quand y en a plus, y en a encore, puisqu'il recommence.»
    Comment faire pour vivre dans une société
    qui a du mal à accepter la différence ?
    Longtemps, Jennifer Ulman a caché sa différence et ses difficultés à comprendre le monde qui l'entoure derrière le masque du «tout va bien». Sentiment de ne pas appartenir à cette planète, d'être une étrangère, solitude permanente Pour survivre, elle a dû créer un univers où elle est acceptée comme elle, un monde où elle peut clamer haut et fort : oui, je suis différente, je suis autiste asperger, et alors ?
    Avec sincérité et humour, elle nous dévoile son quotidien de femme et de mère. Elle raconte ses obstacles, ses réussites et affronte la vie avec le sourire pour faire de sa différence une force, une inspiration. Car oui, on peut être autiste asperger avec des troubles de l'attention doublés d'hyperactivité et être heureux dans sa vie !
    Témoignage touchant et plus que jamais nécessaire,
    « Dans la lune » donne une voix à l'autisme féminin encore
    trop souvent méconnu et prône une tolérance bienveillante.


    Née en 1983 dans la Drôme, Jennifer Ulman est passionnée très tôt par l'écriture. Après une scolarité et un début de vie active compliqués, elle ouvre son entreprise dans l'accompagnement des personnes handicapées. Mère de deux enfants, elle pose des mots sur sa différence lorsque ses filles sont elles-mêmes diagnostiquées autistes. L'écriture de Dans la lune s'impose alors pour partager son quotidien et aider les personnes en souffrance.

  • Réalisé par un tout jeune peintre flamand, «Mademoiselle Hilde» se dévoile comme bien plus qu'un simple tableau. Véritable symbole de la rencontre et de la complicité entre les peintres flamands et la fameuse Ligue Hanséatique du nord de l'Europe, elle nous entraîne dans un XVesiècle tout puissant à qui rien ne résiste.

    Mais c'est aussi la rencontre fusionnelle d'un peintre et de sa muse qui fait se rejoindre ces deux mondes fascinants, les villes marchandes de la mer du Nord et de la mer Baltique d'un côté, les artistes Primitifs Flamands de l'autre. En résulte une échappée riche de Tallin (Estonie) à Bruges, en passant par Riga, Gdansk, Rostock, Lübeck et même Dijon et Venise.

    Découvrez une fresque historique passionnante entre la fin de la guerre de cent ans et la découverte de l'Amérique, dans un monde promoteur de la culture et fier de ses bâtisseurs !


    Auteur de plusieurs romans dont sa trilogie La pinasse mauve sur le Bassin d'Arcachon et Suger de Saint-Denis, L'Apôtre de la Lumière qui a reçu le Prix Fulbert Chartres en 2019, Jean-Pierre Castelain nous livre ici un voyage saisissant dans le XVesiècle. Construite sur la rencontre de la Ligue hanséatique et du monde des peintres flamands, l'idée de Mademoiselle Hilde est née dès 1995 à l'époque où il travaillait avec les pays de l'est, particulièrement avec certains ports hanséatiques comme Gdansk, Hambourg, Brême et Bruges.

  • «Mais est-ce que des souvenirs peuvent être couchés ? C'est vivant, ça bouge Certains, surtout les anciens, je les sens dans ma chair, surtout les odeurs [] Voilà, j'ouvre ce cahier L'angoisse L'angoisse de se livrer, de se mettre à nu, de déterrer les morts.»

    Sur les conseils de la psychologue de la maison de retraite, MmeBertaux commence la rédaction de ses mémoires. Puisant dans des souvenirs parfois fuyants, parfois gravés dans sa chair, elle mêle son ressenti quotidien à sa vie passée comme exploitante avicole à Houdan. Elle, la résidente acariâtre se livre à coeur ouvert. Mais derrière cette apparente banalité, se cachent des blessures encore à vif, des drames qu'on ne peut oublier.

    Un premier roman bouleversant sur les tragédies de la vie.


    Psychologue, Christine Davoust-Graffard travaille depuis 25 ans dans plusieurs structures (E.S.A.T., foyer de vie) pour personnes en situation de handicap. Elle est l'auteur d'un premier livre, Les Mémoires d'Orgeville, qui rapporte l'histoire des travailleurs handicapés et des professionnels au sein d'un établissement d'Évreux. Elle poursuit son travail d'écriture avec Écritures automatiques, un premier roman touchant.

empty