• Mufti

    Yves Azéroual

    La traque palpitante du grand Mufti de Jérusalem - sympathisant des nazis - dans les méandres de l'histoire et de la mémoire." Le 27 juin 2017, lors d'une vente aux enchères, à Jérusalem, six photographies inédites montrant le Grand Mufti al-Husseini vers 1943, visitant les camps de ses alliés nazis, ont été adjugées 12 300 dollars. Les six photographies le montrent, accompagné d'un certain nombre de hauts fonctionnaires nazis en uniformes, et de fonctionnaires du gouvernement, habillés en civil. "
    Ce bref article attire l'attention du journaliste français Yirhiel Azriel. Il décide aussitôt de se lancer sur les traces de ces photographies car un détail le frappe : pourquoi les plus élémentaires références historiques concernant ce sulfureux personnage sont-elles quasi absentes ?
    De l'Empire ottoman à la Palestine mandataire, du génocide arménien aux pogroms de Hébron, de l'Irak insurrectionnel au coeur du Berlin nazifié, de la Suisse désespérément neutre à la France d'après-guerre soucieuse de ménager les populations musulmanes de son empire colonial, une longue traque à travers l'histoire et la mémoire met au jour des épisodes inédits, sinistres et parfois rocambolesques de l'existence de ce personnage énigmatique et rusé, adulé par les uns et haï par d'autres.
    Un thriller historique riche en rebondissements.

  • Le Paris interlope des Trente Glorieuses sert de décor à ce roman où se mêlent enquête policière, guerre des gangs, intrigues familiales et amours licencieuses.Faubourg Montmartre s'inspire de personnages réels : les frères Zemour, surnommés les " Z " par le Milieu. Cinq frères d'une famille juive d'Algérie dont la carrière criminelle a défrayé la chronique durant les années 1960, 70 et 80.
    L'aîné, Roland, s'installe à Paris, après-guerre. Proxénète, il est tué en 1947. Les quatre autres - Théodore, William, Gilbert et Edgard - débarquent en France et décident de le venger.
    Comme leur aîné, ils succomberont à ce terrible virus qui fait tant de ravage chez les voyous : le flingage. Les " Z " n'hésitent pas à distribuer leur bonne parole à coups de 11,43.
    Dans leur ascension criminelle, ils sont rejoints par une femme, Catherine L., qui les secondera sans états d'âme jusqu'au point de rupture.
    De Sétif au Faubourg Montmartre, en passant par Rome, Tel-Aviv, Montréal, Kaboul, les " Z " pratiquent avec frénésie l'escroquerie, le proxénétisme, les jeux, le racket. Ils frayent dans le monde de la nuit, de l'art, et de la drogue. Bien entendu, ils dérangent et viennent semer le trouble dans le Milieu tenu par les caïds de la communauté juive pied-noir de Paris, les barons corses des cercles de jeux, la pègre israélienne, les redoutables mafias italiennes.
    À leurs trousses, l'inspecteur Chavin, fin limier du 36 quai des Orfèvres, consacrera toute sa carrière à les faire tomber.
    Le Paris interlope des Trente Glorieuses sert de décor à ce roman où se mêlent enquête policière, guerre des gangs, intrigues familiales et amours licencieuses.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Je suis né en septembre 1952 dans une prison sans barreaux : le ghetto juif de Damas. » Ainsi commence, dévoilé pour la première fois, le récit haletant des souffrances et des espoirs d'un groupe humain pris en otage : la communauté juive de Syrie. De Damas à Beyrouth, de Jérusalem à Paris, des humiliations et des tortures à la délivrance et au bonheur, c'est un témoignage exceptionnel contre l'injustice et la haine, plein de suspense et d'émotion. Quand la main droite n'est pas blessée, la liberté est au bout du chemin...

  • Saviez-vous qu'il y a, depuis la création de l'Etat hébreu, davantage de réfugiés juifs contraints de quitter les pays arabes que de Palestiniens partis de chez eux ? Que l'idée d'un Etat juif est bien antérieure à la Shoah ? Que Jérusalem n'est pas citée dans le Coran comme une ville sainte ? Que le grand mufti de Jérusalem avait, avant-guerre, fait alliance avec Hitler en vue d'éliminer leur ennemi « commun » ? Qu'il existe des « murs » de protection dans d'autres pays, y compris démocratiques, comme aux Etats-Unis, en Irlande ou en Hollande ? Qu'Arafat apparaît, dans le classement Forbes des fortunes mondiales, au sixième rang dans la catégorie « rois, reines et dictateurs » ? Que l'arabe est la deuxième langue officielle en Israël ? Que les Palestiniens n'ont pendant très longtemps jamais réclamé d'Etat, tant leur espoir avoué était la disparition d'Israël ? Que les massacres de Sabra et Chatila furent commis par des phalangistes libanais chrétiens ? ...
    L'auteur, sur la base d'une enquête rigoureuse et du rappel des seuls faits historiques, dénonce les contrevérités que colportent trop souvent la presse et la diplomatie sur le conflit israélo-palestinien. Dans le concert d'imprécations qui condamne le régime de Sharon et parfois l'Etat d'Israël en tant que tel, ce livre tente de faire entendre la voix de la raison.

empty