• étonnant Moyen Âge

    Jean Verdon

    • Perrin
    • 15 Avril 2021

    Un moyen Age hors des sentiers battus. 50 histoires qui refont l'Histoire.
    Le Moyen Age a longtemps été considéré comme une période sombre, violente, ignare, bien différente de la lumineuse Renaissance. Heureusement, de nombreux spécialistes se sont efforcés de détruite cette image. En s'inspirant de leurs travaux, jean Verdon restitue le vrai visage du Moyen Age, époque étonnante pour nos contemporains, tant par sa spécificité que par sa créativité et, parfois, par sa modernité. Pour ce faire, il présente une cinquantaine de faits, d'événements, de réalités qui ne peuvent que nous surprendre. En voici quelques exemples.
    - La campagne se prolonge dans la ville, au point qu'à Paris un cochon fait tomber le cheval du fils aîné du roi Louis VI qui trouve la mort dans cet accident !
    - Les rapports sexuels entre époux, les seuls que tolèrent les clercs, sont limités à un nombre réduit de jours, et uniquement pour procréer - selon certains ils entraînent pourtant un péché, et la violation de cet interdit aurait d'ailleurs pour conséquence la mise au monde d'enfants infirmes...
    - L'Eglise, de nos jours unique et très hiérarchisée, voit coexister à la fin du XIVe siècle et au début du XVe trois papes, plus exactement deux papes et un antipape, d'où des années d'anarchie et de désordres.
    - Le cimetière médiéval ne ressemble pas au cimetière contemporain. Outre qu'il est réservé aux fidèles chrétiens, il ne sépare pas toujours les vivants et les morts. Aux derniers siècles du Moyen Age, nombreuses sont d'ailleurs les interdictions faites aux habitants d'y résider, faire du commerce, tenir des réunions, danser ou jouer...
    - Alors que la vie est bien plus courte que de nos jours, les voyages peuvent durer des mois, voire des années. Et si le commun des mortels voit toute sa vie bornée à un horizon restreint, les gouvernants passent leur temps à voyager, n'hésitant pas à franchir les continents.
    - Les Anglais appartenant aux classes les plus élevées, dont on dit qu'ils détestaient les Français, parlent pourtant la langue de ces derniers durant plusieurs siècles après la conquête de leur pays, en 1066, par Guillaume, duc de Normandie.
    Autant d'étrangetés, parmi beaucoup d'autres, qui donnent à voir un autre Moyen Age, bien loin des poncifs véhiculés.

  • Une vision d'ensemble de la vie des hommes et des femmes du Moyen Age, des invasions barbares à la Renaissance.Entre " Naître " et " Mourir ", les vingt-deux chapitres de ce livre - appelé à devenir un classique - scandent l'existence des hommes et des femmes du Moyen-Âge.
    L'on découvre ainsi qu'on ne se marie pas par amour et que les futurs époux, surtout la femme, n'ont pas leur mot à dire. La sexualité tient pourtant une place importante au sein du couple et certains textes, connus des milieux cultivés, attestent même l'existence d'un art érotique. L'éducation, quant à elle, est décrite à la fois sur le plan religieux, pratique et intellectuel, et les anecdotes décrivent de façon plaisante la vie des étudiants dont Villon est l'un des représentants les moins recommandables.
    Les quantités de nourriture et de vin exagérées - aspects essentiels du quotidien - impressionnent assurément nos contemporains fervents de diététique, de même que la vie de ceux qui prient, qui combattent et qui travaillent, ces paysans qui sont l'essentiel de la population. La religion, naturellement, structure cette société et impose à tout homme de préparer sa mort - ce qui n'empêche pas de profiter des instants de loisir bien plus fréquents qu'on ne l'imagine. Jean Verdon brosse avec
    maestra un panorama sans équivalent, riche et foisonnant.

  • Comment le chrétien du Moyen Age vit-il sa foi ?De leur baptême, qui les lave du péché originel, à leur mort, terme naturel de la vie terrestre et chemin vers Dieu, les chrétiens du Moyen Âge - ceux du moins qui s'évertuent à vivre comme tels - mènent de bout en bout leur existence obnubilés par l'idée de gagner leur salut au Ciel. Ils s'attachent dès lors à respecter les enseignements de l'Église : prier Dieu chaque jour, assister à la messe, communier à Pâques, faire l'aumône aux pauvres, ne pas s'adonner à la violence... afin d'obtenir le pardon de leurs fautes. Leur vie est tout entière scandée par les célébrations religieuses, vécues dans l'église de leur village, auprès de leur curé dont les prônes tiennent lieu d'instructions.
    Jean Verdon nous fait partager le quotidien de ces hommes et femmes du Moyen Âge qui, tiraillés entre les tentations de ce monde et la crainte du châtiment divin, s'efforcent de vivre, ou tout au moins de mourir, en " bons chrétiens ".

  • Enfin, la réhabilitation grand public du Moyen Age.
    Malgré certains travaux novateurs, le Moyen Age continue d'être considéré comme une période barbare, marquée par la violence, le famine et la peste. Entre l'Antiquité et la Renaissance, la nuit planterait sur dix siècles d'histoire occidentale. Pour dissiper cette vision caricaturale, l'auteur met en regard les bons comme les mauvais cotés de l'existence des contemporains de Charlemagne, de Saint Louis ou des Médicis. En dix chapitres portant notamment sur l'alimentation, la médecine, les femmes, l'intolérance, les plaisirs ou la mort, il brosse un tableau nuancé et vivant, qui rend la civilisation médiévale profondément attachant et la restitue dans toute sa vérité.Professeur honoraire d'histoire du Moyen Age à l'université de Limages, Jean Verdon a publié de plusieurs ouvrages chez Perrin, dont deux couronnés par l'Académie française, tous centrés sur différentes aspects du Moyen Age.

  • Du haut en bas de l'échelle sociale, à la ville comme à la campagne, l'homme médiéval pratique une foule de distractions. Les nobles chassent, assistent aux fêtes de cour ou aux tour-nois, lisent, font de la musique, festoient. Les autres, paysans, bourgeois et même prêtres, participent à d'innombrables fêtes dont l'Église cherche à limiter les «débordements» et à codifier les résurgences païennes. Tous boivent ferme, pratiquent le sport et les jeux de société, fréquentent les bains publics... La synthèse riche et colorée de Jean Verdon, jamais entreprise jusqu'à présent, nous montre une civilisa-tion qui sait compenser la dureté et la brutalité du quotidien par une imagination, une santé mentale, un débordement de vie difficilement imaginables aujourd'hui. Dans la mesure où la connaissance des loisirs est une composante fondamentale de l'histoire des attitudes devant la vie, son travail constitue un livre majeur.

  • Au Moyen Âge, ce sont essentiellement des hommes, et particulièrement des clercs soucieux en principe d'éviter les contacts avec le sexe faible, qui parlent des femmes. Ces sources définissent un idéal sans indiquer en quoi consiste la réalité. Les documents s'intéressent, surtout pour le haut Moyen Âge, à deux catégories de femmes, les moniales qui se sont consacrées à Dieu et les grandes dames qui manifestent des qualités viriles. Il faut attendre les derniers siècles de cette période pour qu'apparaissent vraiment des femmes de basse condition, en particulier dans les lettres de rémission. L'histoire de la femme au Moyen Âge comporte de nombreuses spécificités et Jean Verdon ne manque pas ici de mettre en valeur une thématique riche, allant des invasions barbares aux grandes découvertes. Jean Verdon, professeur d'histoire du Moyen Âge à l'Université de Limoges, est l'auteur de nombreux ouvrages : Les Loisirs au Moyen Âge (1980) ; Isabeau de Bavière (1981) ; Les Françaises pendant la guerre de Cent Ans (1991 - couronné par l'Académie Française) ; Voyager au Moyen Âge (1998) ou encore Les Femmes en l'An Mille (1999).

  • L'homme d'aujourd'hui a domestiqué la nuit grâce à l'électricité. Mais qu'en est-il de la vie de l'homme médiéval à la ville ou à la campagne, quand l'obscurité règne du coucher au lever du soleil ? Riche en anecdotes, cet ouvrage raconte ce qui se passe la nuit, au temps où seule la chandelle lutte contre l'obscurité. La nuit, on craint le diable, les brigands, les revenants, les sorcières et les loups-garous. Rixes, homicides, conspirations, adultères et viols ne sont pas rares. Le travail nocturne, bien qu'interdit, existe. On se distrait : il y a les veillées, les chahuts, les feux de joie, les tavernes et les fêtes qui ne s'achèvent qu'avec le jour. L'auteur décrit aussi le lit, la chambre, les vêtements de nuit, le sommeil et les remèdes contre l'insomnie, les rêves. Mais la nuit est surtout propice à la spiritualité : il est recommandé de prier tard le soir, quand tout est calme ; les règles monastiques comportent des cérémonies nocturnes et une mystique de la ténèbre affirme qu'il faut traverser la nuit (nuit des sens, nuit de l'esprit) pour atteindre la lumière, Dieu.

  • Au travers de la vie des Françaises, de toutes conditions, pendant la guerre de Cent Ans, c'est un tableau des moeurs de la société française, au cours de plus d'un siècle de notre histoire, que dresse Jean Verdon, historien reconnu du Moyen Âge. Servantes ou maîtresses ? Apparemment, les contemporains de la guerre de Cent Ans regardent les femmes avec les yeux de leurs ancêtres... et de nombre de leurs descendants. Bien fragiles paraissent les voix des paysannes de Montaillou, ou celle de Christine de Pisan. Tenir la maison, faire des enfants, telle doit être la tâche des femmes. D'ailleurs, ne sont-elles pas des êtres inférieurs ? Ni l'amour courtois, jeu aristocratique, ni le culte de Marie, vierge mère, qui risque de déprécier la sexualité conjugale, ne peuvent enrayer ce courant. De la naissance à la mort, les femmes se trouvent placées sous l'autorité masculine. Jeunes, elles dépendent de leur père. Épouses, elles doivent obéissance à leur mari. [...] Guerre étrangère et civile, peste, dépression économique jalonnent le XIV siècle et une partie du XV. La violence soldatesque et, plus encore, villageoise familiale, s'exerce aux dépens des femmes. Bien des veuves sans ressources mènent une triste existence. Voilà pourquoi, entre autres raisons, on rencontre tant de marginales, particulièrement des prostituées, encore qu'on assigne alors à celles-ci un rôle social : détourner des épouses le désir des mâles célibataires, lutter contre l'homosexualité. Sombre tableau, bien éloigné de certaines visions édéniques, mais que Jean Verdon tempère. Ne peut-on se demander, en effet, si la misogynie n'était pas, en partie, le reflet de la crainte d'une domination féminine au sein du foyer ? Si on la craignait, n'était-ce pas parce qu'elle était assez répandue ? Et, n'oublions pas, que cette époque voit coexister Jeanne d'Arc et Colette de Corbie, réformatrice des clarisses, sans parler d'Agnès Sorel, la belle maîtresse de Charles VII.

  • Alors que, depuis quelques décennies, la condition féminine connaît de profonds changements, quels en étaient les principaux caractères il y a mille ans ? Des femmes exercent alors une influence politique importante, dirigent des fiefs, voire des États, aussi bien en France - en particulier dans les régions méridionales - et en Allemagne, que dans la lointaine Byzance. Certaines composent des ouvrages littéraires, telle cette nonne allemande qui écrit des pièces, à la manière du poète latin Térence. Certes, les femmes dont parlent les documents de l'époque sont des aristocrates, ou des moniales, par conséquent une infime minorité. Mais, pour l'immense majorité des femmes anonymes, l'archéologie vient au secours des textes et l'on devine que la femme moyenne de l'an mille joue un rôle capital inhérent à sa nature. C'est elle qui permet au foyer d'exister. L'auteur pose la question de savoir si les femmes occupent, dans la réalité, une situation vraiment subordonnée, puis il étudie les fonctions d'épouse et de mère que remplissent la plupart d'entre elles, quand elles ne se consacrent pas à Dieu. Toutes interviennent de diverses façons dans la société de leur temps. En fait, si rien, en droit, ne privilégiait ni ne protégeait les femmes de l'an mille, et si elles ne songeaient à revendiquer quoi que ce soit, elles jouaient, dans la réalité quotidienne, un rôle qui n'était guère différent des femmes de l'an 2000.

  • Un regard inédit sur le Moyen-Âge.
    Intrigues, complots, trahisons foisonnent dans les archives du Moyen Age. Le " livre noir " et néanmoins réjouissant que nous déroule ici Jean Verdon n'est pas glorieux ! Tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. Au fil des pages, l'historien reconstitue l'univers dans lequel se tissent des situations parfois extrêmes, tendues jusqu'à la mort. Toutes les catégories sociales sont touchées : les membres des cours princières, les clercs lettrés, le bourgeois, le boucher... La détresse, le ressentiment peuvent inspirer le pire et le milieu familial reste le cadre idéal pour passer à l'acte : l'infi délité conjugale ou la jalousie sont monnaie courante au tribunal avec ou sans morts d'hommes. Mais les coulisses du pouvoir sont pavées de bien mauvaises intentions et de Frédégonde à Louis XI, bien peu n'ont pas cédé à leurs emportements... L'esprit de vengeance n'est pas propre au monde occidental. En Orient, à Byzance, on ne s'embarrasse guère de scrupules. Si parfois le pardon est accordé, bien plus souvent un terrible châtiment attend celui qui est pris ! Anecdotes tirées de la grande histoire ou faits divers illustrent tour à tour la panoplie de ces intrigues et autres complots dont la contemporanéité ne laisse pas de nous surprendre.Jean Verdon poursuit avec ce nouvel ouvrage son histoire insolite du Moyen Age à travers le quotidien des hommes et femmes, célèbres ou pas, laïcs ou religieux. Sa longue familiarité avec l'époque médiévale lui inspire ici une fresque haute en couleur, particulièrement vivante.

  • Sans la lumière, la vie serait impossible. Mais qu'est-ce que ce phénomène ? Un sujet en or pour aborder la science sans s'en rendre compte. 15 questions essentielles permettent de décrypter, sous un angle technique, ce fait naturel si évident et pourtant très complexe. À ces questions adaptées aux enfants, des réponses courtes et simples, soutenues par des illustrations claires et précises. Pour aider à la compréhension du sujet, des activités ludiques et faciles à mettre en place (construction d'un périscope ou d'un théâtre d'ombres, réalisation d'un arc-en-ciel ou d'une toupie colorée...).

  • Cet ouvrage rassemble, en un seul volume, la présentation de deux tests projectifs majeurs, le Rorschach et le TAT.
    Il présente précisément et de manière approfondie, pour l'un et pour l'autre, la méthode de cotation, l'analyse et l'interprétation des données recueillies lors de la passation de ces tests par des patients. Tout en respectant leur singularité et en consacrant des développements substantiels à ces deux tests, il détaille les étapes essentielles de leur analyse différentielle et de leurs apports complémentaires.
     

  • Que deviennent les liens d'affection, de filiation et d'amour lorsque l'on vieillit ? Comment se transforment les dynamiques conjugale, familiale et intergénérationnelle ?
    Place dans la société, rapport au corps, vie collective en institution, vie solitaire dans l'immensité des villes ou des campagnes désertées... sont autant de lieux de mise à l'épreuve de la capacité à créer le lien à soi, le lien aux autres.
    À divers carrefours qui entrecroisent la société, le corps et la psyché, les éclairages théoriques et les rencontres cliniques, cet ouvrage interroge les forces et les fragilités du lien à l'épreuve de la vieillesse. Sont ainsi explorés les liens à soi et à l'autre, les dangers des replis mélancoliques et des attaques de soi et des autres, les aléas du travail de renoncement et les passions affectives, la tendresse, la violence et l'inventivité. Avec en toile de fond, la difficulté de vivre et l'envie de vivre toujours et encore.

  • Les femmes et les hommes ne sont pas inertes face à leur vieillissement, lequel s'impose pourtant à eux de façon contraignante. Vieillir engage en effet un travail psychique intense qui mobilise les fragilités de chacun, au risque de la souffrance, et parfois de la pathologie, mais aussi ses ressources et ses potentialités de changement.
    En explorant les principaux aspects d'une aventure marquée par l'intranquillité et aussi communément partagée qu'éminemment subjective, cet ouvrage montre comment la confrontation à la finitude, à la moindre capacité, ne fait pas en soi de la vieillesse un temps de soumission, mais un temps de compromis, de construction et d'invention pour vivre encore et, parfois, se rencontrer enfin. À lire également en Que sais-je ?...
    /> La psychogériatrie, Jean-Claude Montfort
    La maladie d'Alzheimer, Denis Brouillet et Arielle Syssau

  • Décidément, ce n'est pas encore cette fois que la pauvre Madeleine parviendra à convaincre son mari, Dave Gurney, l'un des plus brillants inspecteurs du NYPD, de profiter de sa retraite et de s'adonner aux plaisirs du jardinage.
    Lorsque son ancien collègue Jack Hardwick, renvoyé de la police pour l'avoir rencardé dans une affaire, vient lui demander de l'aider à prouver l'innocence de sa cliente, ses vieux démons le reprennent et Gurney se lance à corps perdu dans l'enquête. Non content de percer les irrégularités de l'investigation, l'ancien flic va traquer une vérité qui s'avère plus choquante qu'elle le laissait présager.
    Accusée d'avoir tiré sur son mari, Carl, un homme politique charismatique et anti-mafia, alors qu'il prononçait quelques mots en mémoire de sa défunte mère, Kate Spalter fait une coupable idéale. Pourtant, la famille ne tarde pas à se déchirer dans des querelles d'héritage, et bientôt apparaît un homme dont l'allure d'enfant lui a valu l'étrange surnom de Peter Pan...

  • « Pendant dix ans, je me suis endormi dans la paix de ma justice et de mon message au monde. Forcez-moi à reprendre les armes et le prix sera terrible. Arrêtez ce que vous êtes en train de faire. Arrêtez tout de suite où il y aura à nouveau du sang, encore plus de sang. Vous êtes prévenus. Ne troublez pas ma paix. »Dix ans après sa terrible série d'assassinats, le « Bon Berger » se réveille lorsqu'une journaliste entreprend une série documentaire pour tenter de percer le mystère de son « manifeste ». Pour tout le monde, l'affaire était classée...
    Pour tout le monde, sauf pour l'ex-enquêteur vedette du New York Police Department, Dave Gurney, qui est persuadé que le FBI et ses profilers se sont trompés.
    Menacé de toutes parts, abandonné par ses amis, Gurney sait qu'il doit affronter le plus terrible des prédateurs, un serial killer qui reprend du service...

  • L'actualité récente en France relative à la moralité publique et, d'une manière plus générale, aux formes de participation démocratique des citoyens aux prises de décisions a souligné la pertinence d'une équation fondamentale en sciences politiques, celle qui articule État et éthique du service public. C'est bien le service public « à la française » qui se trouve ainsi mis en question. En Méditerranée, les différents contextes offrent un observatoire privilégié de cette articulation et permettent de l'interroger à nouveaux frais : héritages coloniaux, construction des États, recomposition des sociétés civiles peuvent contribuer à éclairer les problématiques actuelles du service public dans cet espace et à mettre en lumière les pratiques de gouvernance qu'il sous-tend dans les sociétés méditerranéennes contemporaines. L'idée originelle de cet ouvrage a ainsi été de faire se rencontrer différentes disciplines issues des sciences humaines et sociales afin de penser ensemble le service public en Méditerranée, une thématique dont l'histoire est encore en grande partie à faire, à (re)composer, au sens d'un renouvellement méthodologique susceptible de faire émerger de nouveaux objets et de les saisir dans toute leur complexité.

  • Une jeune femme a été retrouvée décapitée le jour même de son mariage, dans la somptueuse propriété des Ashton. Tout accuse le jardinier mexicain, un certain Hector Flores, qui demeure introuvable depuis. L'inspecteur Gurney, appelé en dernier recours par la mère de la victime pour retrouver le meurtrier, s'aperçoit bientôt que la mariée n'avait rien d'une oie blanche... et que ses rapports avec son fiancé, Scott Ashton,  jeune et brillant psychiatre, fondateur d'un institut pour enfants "difficiles", sont plus complexes qu'il n'y paraît à première vue.
    Gurney ne tarde pas à se rendre compte que rien, dans cette histoire, n'est conforme aux apparences. Et quand il retrouve, déposée chez lui en son absence, une poupée décapitée, il comprend très vite aussi qu'il risque lui-même d'être la prochaine victime. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que son enquête va le mener bien au-delà du meurtre - dans la toile inextricable d'un ennemi terrifiant, tentaculaire et, surtout, très patient.
    Après son premier roman et coup de maître 658, Verdon persiste, signe et monte encore le niveau d'un cran. De son ouverture saisissante jusqu'à son finale stupéfiant, N'ouvre pas les yeux est un chef-d'oeuvre du genre, servi par une intringue au cordeau et des personnages tourmentés que les lecteurs retrouveront avec bonheur ou découvriront avec frissons. John Verdon s'impose définitivement dans la cour des grands du thriller.

  • L'amour, la paix, la joie, l'exaltation d'un simple fait n'a pas de place dans les jeux de pouvoir. Des esprits gravés au fer rouge, des nerfs d'acier, des épées frappées. L'honneur, la paix, la trahison, la guerre. C'est de cela que sort le monde.

  • La mort aurait dû être un état de calme. Aurait pu être. Mais alors que le monde s'ouvre à nouveau à leurs yeux qu'ils pensaient à jamais clos, les tempêtes hurlent. Les hommes se déchirent. Les terres de paix des larges royaumes du centre se fissurent. Les hommes rugissent. L'équilibre des frontières de tous les mondes se fait fébrile. Et hommes comme bêtes en pâlissent. Aucune des choses mises en route ne pourra être arrêtée. Tous le savent. Qu'ils soient humains, elfes, dieux ou créatures magiques, sensibles, taciturnes, amoureux, ou blessés. Et lancés dans une quête effrénée aux quatre coins de ce large monde, tous savent qu'ils devront livrer batailles, à l'extérieur comme à l'intérieur d'eux-mêmes afin de protéger ce qu'ils chérissent.

  • John Verdon returns with Shut Your Eyes Tight, the second book by in the David Gurney series.Once a cop. Always a cop . . .
    Ex-NYPD detective Dave Gurney is supposed to be retired. But people with problems keep knocking on his door. Like the police, for instance, who are baffled by a gruesome murder they just can't seem to solve.A young bride has been killed in the middle of her own wedding reception. The prime suspect - her new husband's Mexican gardener - is missing. As is the murder weapon - likely a machete - used to decapitate the bride.The police have drawn a blank. It's as if the killer has vanished into thin air. But when Gurney begins his investigations, he finds that a baffling murder is just the latest of many sadistic crimes committed by an individual who'll do anything to avoid capture.Following the success of Think of a Number, John Verdon's stunning follow-up novel, Shut Your Eyes Tight is just as scintillating. Fans of Tess Gerritsen and James Hayman will love this series. Praise for John Verdon:
    'The best thriller I've read in a long, long time' Tess Gerritsen
    'Wow! Totally absorbing, brilliantly written. The best book I've read this year' The Sun
    John Verdon, a former Manhattan advertising executive, lives with his wife on a small hilltop in upstate New York. His first two Dave Gurney novels are Think of a Number and Shut Your Eyes Tight.

  • In this latest novel from bestselling author John Verdon, ingenious puzzle solver Dave Gurney puts under the magnifying glass a notorious serial murder case – one whose motives have been enshrined as law-enforcement dogma - and discovers that everyone has it wrong.
    The most decorated homicide detective in NYPD history, Dave Gurney is still trying to adjust to his life of quasi-retirement in upstate New York when a young woman who is producing a documentary on a notorious murder spree seeks his counsel. Soon after, Gurney begins feeling threatened: a razor-sharp hunting arrow lands in his yard, and he narrowly escapes serious injury in a booby-trapped basement. As things grow more bizarre, he finds himself reexamining the case of The Good Shepherd, which ten years before involved a series of roadside shootings and a rage-against-the-rich manifesto. The killings ceased, and a cult of analysis grew up around the case with a consensus opinion that no one would dream of challenging -- no one, that is, but Dave Gurney.
    Mocked even by some who’d been his supporters in previous investigations, Dave realizes that the killer is too clever to ever be found. The only gambit that may make sense is also the most dangerous – to make himself a target and get the killer to come to him.
    To survive, Gurney must rely on three allies: his beloved wife Madeleine, impressively intuitive and a beacon of light in the gathering darkness; his de-facto investigative “partner” Jack Hardwick, always ready to spit in authority’s face but wily when it counts; and his son Kyle, who has come back into Gurney’s life with surprising force, love and loyalty.
    Displaying all the hallmarks for which the Dave Gurney series is lauded -- well-etched characters, deft black humor, and ingenious deduction that ends in a climactic showdown – Let the Devil Sleep is something more: a reminder of the power of self-belief in a world that contains too little of it.
    From the Hardcover edition.

  • When he was the NYPD’s top homicide investigator, Dave Gurney was never comfortable with the label the press gave him: super detective. He was simply a man who, when faced with a puzzle, wanted to know. He was called to the investigative hunt by the presumptuous arrogance of murderers – by their smug belief that they could kill without leaving a trace. There was always a trace, Gurney believed.
    Except what if one day there wasn’t?
    Dave Gurney, a few months past the Mellery case that pulled him out of retirement and then nearly killed him, is trying once again to adjust to his country house’s bucolic rhythms when he receives a call about a case so seductively bewildering that the thought of not looking into it seems unimaginable--even if his beloved wife, Madeleine, would rather he do anything but.
    The facts of what has occurred are horrible: a blushing bride, newly wed to an eminent psychiatrist and just minutes from hearing her congratulatory toast, is found decapitated, her head apparently severed by a machete. Though police investigators believe that a Mexican gardener killed the young woman in a fit of jealous fury, the victim’s mother--a chilly high-society beauty--is having none of it. Reluctantly drawn in, Dave is quickly buffeted by a series of revelations that transform the bizarrely monstrous into the monstrously bizarre.
    Underneath it all may exist one of the darkest ciminal schemes imaginable. And as Gurney begins deciphering its grotesque outlines, some of his most cherished assumptions about himself are challenged, causing him to stare into an abyss so deep that it threatens to swallow not just him but Madeleine, too.
    Desperate to protect Madeleine and bring an end to the madness, Gurney ultimately discovers that the killer has left a trace after all. Unfortunately, the revelation may come too late to save his own life.
    With Shut Your Eyes Tight, John Verdon delivers on the promise of his internationally bestselling debut, Think of a Number, creating a portrait of evil let loose across generations that is as rife with moments of touching humanity as it is with spellbinding images of perversity.

  • An extraordinary fiction debut, Think of a Number is an exquisitely plotted novel of suspense that grows relentlessly darker and more frightening as its pace accelerates, forcing its deeply troubled characters to moments of startling self-revelation.
    Arriving in the mail over a period of weeks are taunting letters that end with a simple declaration, “Think of any number…picture it…now see how well I know your secrets.” Amazingly, those who comply find that the letter writer has predicted their random choice exactly. For Dave Gurney, just retired as the NYPD’s top homicide investigator and forging a new life with his wife, Madeleine, in upstate New York, the letters are oddities that begin as a diverting puzzle but quickly ignite a massive serial murder investigation.
    What police are confronted with is a completely baffling killer, one who is fond of rhymes filled with threats and warnings, whose attention to detail is unprecedented, and who has an uncanny knack for disappearing into thin air. Even more disturbing, the scale of his ambition seems to widen as events unfold.
    Brought in as an investigative consultant, Dave Gurney soon accomplishes deductive breakthroughs that leave local police in awe. Yet, even as he matches wits with his seemingly clairvoyant opponent, Gurney’s tragedy-marred past rises up to haunt him, his marriage approaches a dangerous precipice, and finally, a dark, cold fear builds that he’s met an adversary who can’t be stopped.
    In the end, fighting to keep his bearings amid a whirlwind of menace and destruction, Gurney sees the truth of what he’s become – what we all become when guilty memories fester – and how his wife Madeleine’s clear-eyed advice may be the only answer that makes sense.
    A work that defies easy labels -- at once a propulsive masterpiece of suspense and an absorbing immersion in the lives of characters so real we seem to hear their heartbeats – Think of a Number is a novel you’ll not soon forget.
    From the Hardcover edition.

empty