• Dans Le lumineux destin d'Alexandra David-Néel, j'ai voulu, surtout, respecter le rythme de ce destin galopant. C'est d'ailleurs l'un des secrets de cette vitalité alexandrine qui tient du prodige : Mme David-Néel ne s'est jamais arrêtée. Comment en aurait-elle eu le temps ? Elle s'incarna, en une seule existence, en tant de personnages : anarchiste, bourgeoise, bouddhiste, cantatrice, orientaliste, exploratrice (elle fut la première Parisienne à pénétrer à Lhassa, en 1924), journaliste, écrivain... Comment aurait-elle pu perdre un instant, alors que sa vie, sa vraie vie selon ses plus profonds désirs, ne commença qu'à quarante-trois ans ? Quelle leçon de patience et d'endurance ! Bondissant sans cesse en avant, sans cesse en mouvement, même quand on la croit immobilisée à sa table de travail, celle qui, centenaire, faisait, à l'étonnement de son entourage, renouveler son passeport, n'a consenti à se reposer qu'en consentant à mourir, en 1969. Et encore, rien ne prouve que la mort, pour Alexandra, soit un repos éternel !

  • Chère George Sand

    Jean Chalon

    George Sand n'est que passions multiples et contra-dictoires : passion du travail et passion du plaisir qu'elle nomme pudiquement « un embrasement céleste ». Passion pour son fils, Maurice, et passion pour ses amants qu'elle considère comme autant d'enfants. Passion pour la liberté et passion pour l'esclavage. Passion des voyages qui l'entraînent en Italie ou en Espagne, et passion pour son refuge de Nohant. Passion pour les idées et pour les hommes, et, parfois, pour les femmes, quand cette femme, comme une Marie Dorval, incarne en sa personne le théâtre romantique.
    Séduisante comme Natalie Barney, intrépide comme Alexandra David-Néel, cousine par alliance de ma chère Marie-Antoinette, George Sand avait tout pour me devenir également chère, et elle l'est devenue depuis que j'ai lu, en 1964, le premier volume de sa Correspondance éditée par Georges Lubin. Vingt-quatre ont suivi, et, de ces lettres, naissent des évidences qui détruisent bien des légendes !

  • Grande épistolière, poète, auteur de pièces de théâtre dont une remarquable Jeanne d'Arc accomplissant, peintre de fleurs, sainte Thérèse de Lisieux est, comme le fait remarquer dédaigneusement l'une de ses compagnes du carmel, "une artiste". C'est surtout ce que l'on appellerait aujourd'hui une marginale, qui, pendant toute sa brève existence -Thérèse Martin naît à Alençon en janvier 1873 et meurt à Lisieux en septembre 1897-, sera sans cesse montrée du doigt. Sa beauté, son hypersensibilité en font d'emblée une femme à part. A l'Abbaye où elle est écolière comme au carmel où elle est considérée comme une incapable, Thérèse paie cher sa différence, qu'elle explique ainsi : "Mon excuse, c'est que je suis une enfant".
    Grâce au ciel, elle gardera toujours l'esprit d'enfance dans lequel elle puisera l'inspiration de sa fameuse "petite voie" et sa volonté déclarée de devenir une sainte en menant une vie d'amour.
    Cette fille de feu aurait du vivre en Espagne, du temps de Thérèse d'Avila et Jean de la Croix, qu'elle rejoint dans leurs plus sublimes élans. En son époque ravagée par la peur du péché mortel et la terreur de la damnation éternelle, Thérèse apporte l'apaisement d'un espoir en l'infinie miséricorde de Dieu...
    Jean Chalon Couverture : Thérèse en 1888 ©cerf, loose, 1991

  • La vie de ma chère Natalie Barney est une suite ininterrompue de grandes amours. Car la séduction, la vraie, ignore les méfaits de l'âge. Et depuis sa naissance, le 31 octobre 1872, Natalie n'a pas cessé de séduire et de faire naître les oeuvres les plus

  • Les bonheurs défendus

    Jean Chalon

    Qu'est-ce qu'on peut faire quand on ne fait pas l'amour ? Rien. Isis délaisse donc ses études pour se consacrer à l'amour et à Amour, son frère. Jeune provinciale venue conquérir Paris, Isis se contente d'être la proie bien¬heureuse de pharmaciens pensifs et velus, de bouchers sereins et chauves, et de tant d'autres corps de métier. Ce qui ne l'empêche pas de consentir aux désirs variés de ces voluptueux baptisés les Trésors et d'apprendre avec les beaux messieurs de Passy l'utilité des miroirs et des fourrures. Isis incarne joyeusement l'une des plus chères croyances de Jean Chalon : le plaisir mène à tout, même à Dieu. En attendant, pour trouver de plus terrestres paradis, Isis s'en va en Irlande, en Italie, en Espagne et finit par aborder aux rivages de Lesbos grâce à Rita B. dont les confidences ont permis à Jean Chalon d'inventer le chapitre-interview, c'est-à-dire une histoire très vécue et racontée par l'héroïne elle-même. Exemple suivi par d'autres personnages de ces bonheurs, pour le moment défendu.
    Romancier par sa façon de dresser un minutieux cata¬logue des moeurs de nos contemporains, Jean Chalon, par la rapidité de son récit, s'apparente à la grande famille des conteurs picaresques.

  • Courtisane, princesse puis sainte, Liane de Pougy a vécu trois déstins en un seul. C'est pour expliquer ce triple itinéraire que j'ai écrit sa biographie, la première...
    Considéeée par Edmont de Goncourt comme "la plus jolie femme de son siècle", Liane de Pougy qui naît en 1869 et meurt en 1950, traverse l'Europe en suscitant de folles passions. Cette courtisane a pour adorateurs Charles de Mac Mahon, Roman Potocki, Maurice de Rotschild, tant d'autres encore qui portaient des noms illustres. Mais Liane ne saurait se contenter d'exploits galants avec les hommes, ou avec les femmes: elle est également l'auteur de romans comme Idylle saphique ou de remarquables mémoires comme Mes cahiers bleus, ouvrages qui sont autant de reflets de sa parfaite bisexualité.
    Reine du demi-monde, Liane devient par son mariage, en 1910, avec le prince roumain Georges Ghika, une authentique princesse. Elle se consacre alors aux petits jeux de la tendresse avec, par exemple, Nathalie Barney, et au grand jeu de l'amitié avec Jean Cocteau, Max Jacob, Reynaldo Hahn, Marcel Proust (qui prête à son Odette certaines manies de Liane) et Colette (Léa, dans Chéri, doit beaucoup à Liane).
    A la mort de son époux, en 1945, Liane de Pougy trouve enfin une conquête à sa mesure: Dieu. Son confesseur, le Père Rzewuski m'avait assuré que sa patiente, entrée dans le Tiers Ordre de saint Dominique, était très proche de la sainteté".

    Couverture: Photo: Alexandre Ghika Photo: Karl Lagerfeld

  • « L'imagination sans le jugement est le premier degré de la folie. » Cette citation de Nicolas-Valentin de Latena, mise en exergue par l'auteur, introduit immédiatement le lecteur dans l'atmosphère de ce conte fantastique et doux-amer. Amour et Isis sont frère et soeur par leur père, Herbert Morau le libertin, tandis que leurs mères respectives sont les deux soeurs Delphine et Estelle Amour, celle-ci morte en couches. Une lointaine cousine, Louise Trafalgar, s'est chargée d'élever les deux inséparables : ils connaissent grâce à elle une enfance tellement préservée de la réalité qu'ils vont grandir à travers une sorte de rêverie intense et folle ; leur imagination leur permet de réinventer capricieusement le destin de tous ceux qui, de près ou de loin, les entourent ; ainsi connaîtra-t-on l'histoire de Elena Fontaine, amie de Delphine Amour ; d'une famille de gitans, les Vasquez ; de Louise Trafalgar et de son frère Jérôme fiancé à Elvire la bossue ; de Pepe de la O qui dirige le bar du Portail Rouge ; de la poétesse sourde Angélique Dujonquier décidée à épouser le riche Espagnol. Tout en passant son bachot ainsi que son frère, Isis s'arrangera pour faire manquer ce mariage qu'elle réprouve. Car Isis, comme le soufflent les gens d'un village frappé d'enchantement, « a le mauvais oeil ». Isis est une sorcière à cause de son refus véhément de vivre dans la vie. Avec sa pureté, sa sauvagerie, son sens de la beauté, n'est-elle pas aussi la vivante incarnation de toute création poétique qui se cherche et se trouve ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Comme ils sont heureux ceux qui, dès leur enfance, décident de devenir cuisinier, acteur, général et finissent cuisinier, acteur, général. A Carpentras où je passai mon enfance, à Aix-en-Provence où je fis mes études, à Barcelone où je terminai ma licence d'espagnol, à Grenade où je perfectionnai, comme on dit, mon accent, je n'oubliais jamais que j'avais été mis au monde pour ouvrir une maison de rendez-vous. En attendant mieux, je devins professeur, puis journaliste. Fataliste, j'espère encore ouvrir une maison de rendez-vous à Alexandrie en compagnie de ma chère Cléopâtre, de ma chère Messaline et de mon cher Héliogabale... » Cette maison de rendez-vous que Jean Chalon rêve depuis toujours d'ouvrir ressemble plus à une allègre abbaye de Thélème qu'aux mornes salons d'une quelconque Madame A... ou B... ou... Les amateurs de belles filles en fourrure, d'attractions avec jumeaux incestueux, de pastèques consommées à la façon andalouse et autres délices pures y trouveront de quoi satisfaire tous leurs appétits. Ouvrir une telle maison de rendez-vous, c'est rétablir l'éminente dignité de la prostitution telle qu'on la pratiquait autrefois à Babylone sous le triple regard bienveillant du peuple, du pouvoir et du Dieu.

  • « Je me vois toujours en train de lire un livre de Colette. C´est ma drogue dont je prends, chaque matin, une dose en ouvrant, au hasard, un volume des oeuvres complètes de mon idole qui m´a aussi servi de guide pour explorer Lesbos. Comme Marcel Proust était fasciné par les jeunes filles en fleurs de Gomorrhe, je l´ai été par ces mêmes jeunes filles qui étaient devenues des vieilles dames quand je les ai rencontrées, au siècle dernier. Elles évoquaient, en rougissant de plaisir au souvenir des plaisirs passés, les aventures saphiques de celle qui fut successivement Mme Willy, Mme de Jouvenel, Mme Goudeket et avec qui elles avaient secrètement partagé d´inoubliables voluptés. Seule une femme aimant les femmes comme Colette a pu dépeindre des femmes aussi profondément femmes que Claudine, Lea de Lonval, Julie de Carneilhan, ou Gigi. Avec Colette, les "femmes damnées" chères à Baudelaire sont devenues des amantes ne se cachant plus et montrant leur fierté d´être des élues de Lesbos qui célèbrent ouvertement leur culte. Pour parvenir à cette visibilité, Colette, par son exemple et par son oeuvre, a fait plus que la plus engagée des féministes. Elle a été, à sa façon, révolutionnaire. Et surtout adorable, comme l´avait décrété Léon-Paul Fargue : "Adorable Colette". Oui, adorable et éternelle Colette qui gagne à être mieux connue... » Jean Chalon La collection Duetto invite écrivains et critiques à évoquer leur grande passion littéraire, à parler d'un auteur qu'ils admirent, qu'il s'agisse d'un maître disparu depuis longtemps ou d'un contemporain qu'ils ont eu la chance de rencontrer.

  • Dans la ville de béton où il a vu le jour, Narcisse s'ennuie.

  • Ecrivain, journaliste et chroniqueur au « Figaro », l'auteur a l'Espagne pour deuxième patrie. Il la chante dans cet hymne à la nature et au bonheur simple.

  • Jeudi 1er janvier 1998 Parmi d´innombrables phantasmes qui m´agitent, il en est un qui, par sa fréquence et sa constance, me comble et me tourmente à la fois : j´imagine que je suis un arbre. Je vois des arbres partout, même dans le métro. [...] Je prétends avoir pour ancêtre l´arbre qui inspira au Bouddha son illumination.
    J´affirme que je suis le cousin du Coryphe du Malabar qui, comme chacun le sait, ne donne des fruits qu´une seule fois, vers sa quarantième année, et en meurt, épuisé par l´effort...

    Lundi 31 décembre Je me demande parfois si je n´ai pas abandonné le monde des hommes pour le monde des arbres.

    Biographe d´Alexandra David-Néel, George Sand, Marie-Antoinette, Natalie Barney, Liane de Pougy, Thérèse de Lisieux et Colette, chroniqueur auFigaro, Jean Chalon est aussi l´auteur d´un Journal dont il a déjà publié les trois premiers volumes (Journal d´Espagne, Journal de Paris, Journal d´un biographe).
    Dans le présent volume,Journal d´un arbre (1998-2001), son amour des arbres, sa passion des livres et son obsession du passé sont omniprésents.

  • Née en 1804, George Sand est en 2004 la plus jeune de nos contemporaines. C´est une vraie femme d´aujourd´hui. Elle a vécu en plein XIXesiècle comme on vit maintenant au XXIe.

    Dans sa vie comme dans son oeuvre qui en est l´exact reflet, George Sand donne l´exemple de la liberté dans tous les domaines. Ecologiste avant l´heure, elle lutte pour la protection des arbres et prédit que " la planète périra par déforestation ". Enfin, aux approches de la soixantaine, elle s´enchante des bienfaits de la vieillesse : Sand ou le triomphe d´un troisième âge sachant aimer jusqu´au dernier soupir - lequel ne peut être qu´un soupir d´amour !

  • Eternelle apprentie, Colette essaie, sa vie durant, de transformer ses prisons éphémères en paradis provisoires. L'art qui consiste à changer une prison en paradis, c'est celui qu'elle enseigne à travers son oeuvre où se reflète son existence. De sa naissance à Saint-Sauveur-en-Puisaye en 1873, à sa mort à Paris en 1954, Colette n'a pas cessé d'apprendre. A regarder le monde sous la direction de Sido, sa mère. A écrire sous la férule, moins dure qu'on ne l'a prétendu, de son premier mari, Willy. A éviter les pièges de la politique et de la mondanité en compagnie de son deuxième époux, Henry de Jouvenel. A partager <> avec son troisième compagnon, Maurice Goudeket. Avec ce dernier, elle connaît une intense passion, comme j'ai pu le découvrir en ayant eu accès aux lettres qu'ils échangeaient alors.
    Car l'auteur de Chéri et de Gigi qui passe pour une femme libre est asservie, et contente de l'être, à l'amour et à la beauté qui peut prendre des formes humaines, animales ou végétales. Cette parfaite épicurienne sait en jouir comme personne et, quand vient le temps de souffrir, elle se change en une stoïcienne exemplaire, apprenant à supporter l'insupportable souffrance. Et c'est ainsi que l'éternelle apprentie devient un maître !
    Jean Chalon

  • Les couples involontaires

    Jean Chalon

    La volupté, les bonheurs ont-ils encore leur place dans un monde que tout menace ? Oui, si l'on en croit Amour, le héros des Couples involontaires. Il semble n'avoir été mis au monde que pour aller de rencontre en rencontre, de Hussarde en Hourie, de gitans en entremetteuse, de Grèce en Andalousie. Tous les personnages de ce roman existent et certains portent même leur vrai nom, comme Natalie Barney qui fut l'Amazone chère à Rémy de Gourmont.
    Picaresque, ce roman à clefs déborde d'intrigues multiples et de plaisirs infinis.

  • Sur l'amour

    ,

    • Stock
    • 7 Octobre 2020

    « Décidément, on ne se comprend pas du tout... c'est comme si l'on ne parlait pas la même langue ! »
    C'est, à peu de chose près, en ces termes que s'achèvent bon nombre de discussions entre hommes et femmes.
    Finalement, nous réalisons, une fois la crise passée, que malgré notre amour, notre bonne foi, et nos efforts, il s'agissait, bien entendu, d'un énorme... malentendu.
    C'est justement pour essayer de dissiper ce malentendu, parce que nous sommes un homme et une femme ami(e)s de longue date, l'un médecin, l'autre psychologue, que l'envie nous a pris d'essayer d'apprendre à nous connaître, afin d'avoir une vraie chance de mieux comprendre le langage de l'autre malgré nos évidentes différences.
    Nous avons cherché, dans nos pratiques respectives, ce qui pouvait expliquer d'un point de vue psychologique ou médical, les différences de comportement.
    Nous avons également enquêté autour de nous et en particulier auprès de la jeune génération car nous voulions comprendre en quoi leur vision du monde différait de la nôtre.
    Que ce livre vous fasse sourire ou vous étonne, sachez que nous n'avons rien travesti, ni rien exagéré des confidences reçues. Et si vous y découvrez le moyen de vivre à deux en harmonie malgré vos dissonances, en confiance et en toute complicité, faites-le-nous savoir... Nous serions vraiment heureux d'apprendre que nous aurions, en quelques pages, résolu un problème vieux de plusieurs milliers d'années ! »Michel Cymes  et Patricia Chalon

  • > Un ouvrage revu et à jour du nouveau référentiel 2020
    > Des mini-fiches de cours à jour des dernières pratiques, avec toutes les connaissances et définitions pour réviser tout le programme 
    > Un format "bloc" pratique et nomade pour réviser partout et réussir son diplôme !
    Le + Foucher : Un cahier de 16 pages, rédigé par un auteur spécialisé en gestion des risques associés aux soins hospitaliers, qui reprend l'ensemble des précautions standards d'hygiène à appliquer en milieu de soin

  • Dans l'empire inca naissant, deux frères, Waman et Kundur, auront des destins différents. L'un rejoint Cuzco, la capitale, où l'attendent un amour passionné et une brillante carrière jalonnée d'intrigues; l'autre reste fidèle à son amour d'enfance et à la vie rude du haut-plateau. L'affection qui les lie leur permettra-t-elle de surmonter l'épreuve de la séparation et, un jour peut-être, de se retrouver? Partagez cette aventure sous le règne de l'empereur Pachacùtec et découvrez les splendeurs et les mystères d'une civilisation prématurément détruite.


  • La peur d'aller dormir, du noir, de l'abandon, des inconnus, des monstres, de la solitude, des chiens... La peur de l'école, la peur de grandir, de la mort, la peur que papa et maman divorcent...

    Il est d'autant plus difficile de cerner l'orig

  • Ce récit saisit l'île de Pâques en cette heure crépusculaire, "entre chien et loup", où une vieille civilisation, remarquable à bien des égards mais fragile et menacée, se trouve au bord du gouffre. Les antagonismes claniques, le choc des ambitions rivales, l'épuisement du milieu ne risquent-ils pas de précipiter la catastrophe? L'affrontement entre le roi et le grand prêtre tourne au drame et la révolte des esclaves qui peinent au fond des carrières ébranle les bases mêmes de la société...

  • Ce livre évoque la grande figure du cheick El Hadj Omar Tal (1792-1863) encore bien présente aujourd'hui dans la mémoire africaine. La personnalité de ce chef religieux et grand conquérant est perçue à travers le regard et la vie d'une femme. Cette femme accompagna le cheick dans son épopée à la fois brillante et sanglante. Son récit passionné, montre l'ampleur des desseins du cheixk : il s'opposa au colonisateur français, voulut un islam mystique et épuré, rêva de ressusciter les grands empires passés du Soudan occidental, et pesa sur la formation du Sénégal actuel.

  • Caractéristique originale, le royaume de Nubie, à la fin de l'Antiquité, reconnaissait aux femmes le droit de régner sous le titre de reine "candace". Ce roman évoque la vie de l'une de ces reines-pharaons. La reine Kemsit s'est afforcée de concilier l'ambition, l'exercice du pouvoir, la recherche de la gloire avec les droits de l'amour et les passions d'une femme.

  • Désigné pour être sacrifié aux dieux, un jeune Indien maya s'enfuit dans la forêt tropicale où il rejoint un troupe de mercenaires qui vendent leurs services aux cités-Etats en guerre perpétuelle. De retour dans son village natal, il rencontre l'amour. Avec le secours de son talisman de jade, parviendra-t-il à infléchir son destin, alors que la civilisation maya en crise brille de ses derniers feux ?

empty