• Il y a cent cinquante ans, Frédéric Chopin disparaissait. En trente-neuf années d'une brève existence, il léguait au monde une oeuvre aussi remarquable, par sa richesse mélodique, que par son caractère personnel. Chopin, en effet, avait inventé une musique aux couleurs et aux sonorités toutes nouvelles ; musique du coeur, musique de l'âme, qui jaillissait comme une source bienfaisante et provoquait, chez ceux qui l'écoutaient, la plus vive émotion. De plus, grâce à une virtuosité incomparable, Chopin ouvrait au piano des horizons nouveaux, imposait une technique éblouissante, qui faisait de l'interprète l'égal du compositeur. Au même titre que Mozart, Chopin est un pur génie de la musique, en même temps qu'un novateur. Mais Chopin ne fut pas simplement ce jeune homme romantique que l'on se plaît à décrire ; il fut aussi un personnage plein d'humour, n'hésitant pas, pour divertir ses amis, à faire, à son piano, un véritable "numéro". Il fut aussi un amoureux passionné, qui vécut auprès de George Sand une longue romance. Ce sont toutes les facettes du musicien que Claude Dufresne met en lumière dans son livre, ce sont les recoins secrets de son âme qu'il explore, les richesses de sa personnalité que l'auteur s'efforce de découvrir. Ayant eu, dans sa jeunesse, le privilège de s'entretenir avec le dernier élève survivant de Chopin, c'est donc un portrait inattendu du grand homme, que Claude Dufresne offre à ses lecteurs.

  • Voici une biographie musicale de Frédéric Chopin : sa vie et son oeuvre sont racontées, et des pauses musicales présentent des extraits de plus belles oeuvres du compositeur.
    Dès l'âge de 7 ans, Frédéric Chopin compose ses premières oeuvres. En 1827, il entre au Conservatoire, puis il se rend à Berlin et découvre alors ce goût pour les voyages qui lui permettra de se faire connaître à l'étranger. Il quitte son pays en 1830 et part pour Vienne, Munich puis Stuttgart, pour enfin s'installer à Paris en octobre 1831. Il y rencontre de nombreux artistes et notamment Camille Pleyel, fabricant de piano, qui n'est pas étranger à la suite de sa carrière. Il joue dans les salons et donne des leçons. Il est apprécié de la société parisienne et son installation qui ne devait être que temporaire se prolonge. Epris de Maria Wodzinska, il connaît une grande déception lorsque la famille de la jeune fille s'oppose au mariage. Puis, il rencontre George Sand avec laquelle il aura une liaison pendant neuf ans. Alors que leur première rencontre avait été négative, celle-ci deviendra sa compagne et sa garde malade. Il meurt de la tuberculose à 39 ans dans un appartement parisien entouré de sa soeur et de quelques amis.
    Durée : 37 minutes
    Texte de Claude Dufresne
    Avec Jean Desailly, Simone Valère, et 1 autre comédien

  • Quelle fabuleuse destinée que celle du duc de Morny ! Son aventure commence dès le berceau : il est né des amours clandestines de la reine Hortense, belle-fille et belle-soeur de Napoléon, avec le beau général de Flahaut, lui-même fils naturel de Talleyrand. Morny va mener de front de multiples activités : président de la Chambre des députés, constructeur de lignes de chemin de fer, promoteur immobilier, inventeur de Deauville, fondateur de l'hippodrome de Longchamp, créateur d'entreprises de crédit et surtout éminence grise du Second Empire, il jouera un rôle déterminant dans la vie politique et économique de la France. Ayant permis à son demi-frère, le futur Napoléon III, de réussir son coup d'État, il amassera une immense fortune, sans s'embarrasser de scrupules superflus. Mais sa quête du pouvoir et son goût du profit ne l'empêchent pas de poursuivre d'autres conquêtes, celles des nombreuses femmes qui ornèrent son existence. S'il fut à l'origine de la malheureuse expédition du Mexique, il fut aussi celui qui engagea la France sur la voie du progrès. Il avait su conserver l'élégance d'un homme du passé, tout en adoptant les méthodes d'un homme de l'avenir, méritant bien d'être considéré comme le « Roi du Second Empire ».

  • Lors de la parution de ce livre, en novembre 1988, 70e anniversaire de la victoire, il y avait encore 25 000 survivants de la Première Guerre mondiale, pour témoigner des ultimes combats qui précédèrent la fin de la guerre la plus meurtrière que la France ait vécue. Apparemment, la France et ses Alliés furent très près de la défaite à la veille de leur triomphe. En fait, l'adversaire était en bout de course. Partant de ces jours de printemps 1918 où les Allemands parvinrent à 60 km de Paris, Claude Dufresne parcourt, jour après jour - dans le camp allié comme dans le camp ennemi - l'itinéraire qui conduira à l'armistice du 11 novembre. Il évoque non seulement les grandes batailles qui se sont déroulées du mois de mai au mois de novembre, mais aussi la vie quotidienne des combattants, celle des gens de l'arrière, celle des principaux acteurs du conflit : Poincaré, Clemenceau, Foch, Pétain, Guillaume II, Ludendorff, Hindenburg, Wilson. D'autres encore, nous apparaissent avec leurs grandeurs et leurs faiblesses. Ayant dépouillé de nombreuses archives, tant françaises qu'anglaises, américaines et allemandes, Claude Dufresne nous raconte les dessous d'un drame, dont les hostilités qui se déroulent sur le terrain, ne sont qu'un des aspects. Les conflits de personnes qui, même en ces heures tragiques, opposent les uns aux autres les responsables des opérations, sont éclairés d'un jour nouveau. Pour cela, l'auteur donne souvent la parole aux témoins, dirigeants ou exécutants. Ainsi, le débat qui, à partir de juillet 1918, agite le gouvernement et le commandement allemands, est l'un des apports les plus passionnants de ce livre. Enfin, l'explosion de joie qui salue le jour de l'Armistice, le jour le plus beau, selon les paroles de Clemenceau, revit grâce à des images prises sur le vif et à des confidences recueillies aux sources.

  • Maria Callas, formidable tragédienne de l'art lyrique, est entrée dans la légende de son vivant, à la fois par son génie - même si certains critiques contestaient parfois sa voix - et par son comportement de diva. Elle est devenue un mythe, que des millions d'admirateurs de par le monde vénèrent avec toujours autant de ferveur. Mais, derrière la brillante façade de l'artiste parvenue au sommet de la notoriété, qui était la femme ? C'est ce que Claude Dufresne s'efforce de découvrir, non seulement à la lumière des conversations qu'il eut lui-même avec Maria Callas, mais aussi à travers les témoignages de ses rares intimes, qui lui ont parlé à coeur ouvert. En scrutant le vrai visage de cette artiste d'exception, en étudiant - avec l'oeil de l'entomologiste - son comportement, ses succès, et ses erreurs, l'auteur a cherché à recréer son personnage, à lever le voile qui recouvre toujours les grandes vedettes. Plusieurs ouvrages ont été déjà publiés sur la Callas au lendemain de sa disparition prématurée. Mais, treize ans après qu'elle nous a quittés, c'est avec la lucidité de l'historien, qu'il est possible de suivre un itinéraire, qui amène cette jeune Grecque - d'une modeste maison de Brooklyn - jusqu'au sommet de la gloire, puis à une mort tragique, dans une solitude quasi complète. Claude Dufresne montre bien que la Callas sacrifia son bonheur personnel à son art, jusqu'au jour où sa rencontre avec Onassis lui ouvrit de nouveaux horizons. Alors, amoureuse pour la première fois, elle voulut vivre comme n'importe quelle femme et, de ce jour, elle descendit de l'Olympe où son talent l'avait hissée, tout en restant épiée par les magazines et les « paparazzi » du monde entier. La profonde déception sentimentale qui accompagna sa rupture avec le riche armateur, la malveillance de certains critiques, les attaques - plus ou moins perfides - dont elle fut l'objet, ses discussions familiales, tout cela allait contribuer à ruiner sa résistance. Claude Dufresne, critique au Figaro-Magazine, a déjà publié chez Perrin : Morny, L'Impératrice Eugénie, Yvonne Printemps, et Ce jour-là, la victoire.

  • Grâce à des documents peu connus, certains inédits, des archives familiales demeurées inexplorées, Claude Dufresne dresse le portrait de la reine Hortense, belle-fille et belle-soeur de Napoléon, fille de Joséphine, et mère de Napoléon III.

empty