• Sur l'invitation de son frère aîné Roy, Tracy quitte la Californie et rejoint l'île de Komodo, en Indonésie. Pour elle, délaissée par son mari et épuisée par leurs jeunes jumeaux, ce voyage exotique laisse espérer des vacances paradisiaques : une semaine de plongée en compagnie de requins et de raies manta. C'est aussi l'occasion de renouer avec Roy, qui mène une vie chaotique depuis son divorce et s'est éloigné de sa famille. Mais, très vite, la tension monte et Tracy perd pied, submergée par une vague de souvenirs, de rancoeurs et de reproches. Dès lors, un duel s'engage entre eux, et chaque nouvelle immersion dans un monde sous-marin fascinant entraîne une descente de plus en plus violente à l'intérieur d'elle-même, jusqu'à atteindre un point de non-retour.
    Avec ce portrait trouble d'une femme en apnée, David Vann confirme son immense talent pour sonder les abysses de l'âme humaine.

  • Peut-on prévoir les tsunamis ? D'abord, qu'est-ce qu'un tsunami ? Comment se forme-t-il ? Peut-on échapper à ses vagues si particulières ? Comment déterminer où et quand se produiront les prochains tsunamis ? Et comment mettre en place une prévention efficace ?

  • J'entends des sons.
    Un souffle ?
    Je me penche sur bâbord
    et une ombre lumineuse passe à toute vitesse.
    Puis une autre, et encore une autre.
    Les corps souples de cinq dauphins se dessinent,
    nageant le long du bateau,
    luisant dans l'eau phosphorescente.

    Il est 0 h 55. Le lourd manteau de la nuit tombe sur le port. Une femme à la dérive embarque sur un voilier pour sa première traversée de l'Atlantique, aux côtés d'un capitaine tatillon, de sa jeune épouse et d'une jeune femme de Marseille. Se succèdent pour elle des moments forts - de doute, d'extase, de fièvre -, mais aussi des expériences féeriques, comme cette voie lactée de plancton phosphorescent dans le sillage du voilier ou encore cette baignade qu'elle s'offrira dans l'infini, entourée de l'immensité bleue et mouvante de l'océan.

    Récit d'émancipation à une voix, «Dans le bleu» raconte le formidable triomphe de la ténacité sur l'adversité.

  • Nouvelle édition (entièrement recomposée) de ce monumental ouvrage sur le folklore de la France. Ce tome (II-a sur 4) reprend la partie consacrée aux traditions de marin ou celles ayant trait à la mer, aux îles, rochers, grottes marines, aux navires légendaires, etc. On est surpris de la richesse du folklore recueilli, de sa diversité : on se prend à rêver tout au long des pages de ce livre, classique parmi les classiques du genre.
    Paul Sebillot, né à Matignon (Côtes d'Armor) en 1843 (il meurt en 1918), est une des figures majeures du folklore breton et français dans son ensemble. Auteur de nombreux ouvrages dont la Littérature orale de la Haute-Bretagne et surtout de ce Folklore de France, édité en 4 fort volumes entre 1904 et 1907.

  • Au-delà la vague

    Helene Vasquez

    Entre conscience et inconscience, nos sentiments nous tiraillent et souvent nous emportent au point de nous faire douter de la réalité de ce qui nous entoure, au point de nous faire passer de l'autre côté de la raison. Submergés par les élans du coeur, nous avons alors toutes les peines du monde à ne pas sombrer sous la déferlante de nos émotions d'amour ou de haine.



    Entre rêve et réalité, le roman « Au-delà de la vague » mêle nos pensées à celles du personnage principal, Carla, une peintre que la vie n'épargne pas et dont le talent prend source dans ces endroits où se perdent en profondeur les artistes. Il nous plonge dans le tourbillon de nos sens comme si nos pensées avaient le pouvoir de provoquer les choses. Mais le peuvent-elles vraiment ? Carla n'y croyait pas, ne voulait pas y croire. Jusqu'au jour où de colère elle a souhaité la mort d'Ethan. Jusqu'au lendemain où Ethan meurt soudainement...



    D'une plume fluide et sans retenue, son autrice Hélène Vasquez nous immerge dans ce flot continu et nous laisse pantois sur les rives de nos propres questionnements au milieu du pourquoi et du comment. Au fil des pages de cette émouvante histoire d'amour, reste alors la trace de nos propres souvenirs, comme une empreinte que le courant aura laissé sur les berges de nos existences.

  • Qu'est-ce au juste que le mental ? Les nouvelles « sciences de l'esprit » ne paraissent pas avoir de doute sur la réponse : c'est ce qu'il y a dans la boîte crânienne. L'idée que le mental puisse être autre chose que le côté « interne » d'une métaphore qui l'oppose à de l'externe, et qu'à ce titre il puisse s'avérer intrinsèquement social, leur paraît incongrue. C'est pourtant cette idée que le pré­sent ouvrage s'applique à défendre. Il élabore une conception sociale du mental, en prenant appui sur les courants de recherche qui, en philosophie et en sciences humaines et sociales, ont souli­gné, tant d'un point de vue conceptuel qu'empirique, l'imbrication du social et du mental. Cette élaboration passe par une clarification des deux concepts. D'un côté, il est nécessaire de remédier au rétrécissement du social non seulement par les sciences cognitives, mais aussi par une partie des sciences sociales. De l'autre, il faut proposer une nouvelle compréhension de ce que l'on entend par mental. La conception esquissée est une conception qu'on peut qualifier d'adverbiale : « mental » est un concept opératoire qui qualifie une modalité de l'action d'agents appartenant à une société.

  • Atlantide

    Olivier Merbau

    • Bookelis
    • 28 Septembre 2017

    L'histoire de l'Atlantide aux temps de sa splendeur comme à ceux de sa destruction n'est pas connue, et des cataractes de supputations se sont déversées dans l'abîme sans fond de l'imaginaire collectif. L'ignorance dans laquelle nous sommes de la géographie des temps antiques, notamment ce qui concerne le niveau des mers ou l'activité volcanique, aggrave encore ces lacunes. Cependant, ces dernières années, les moyens techniques modernes de fouilles ou de datation ont apporté des informations plus précises, parfois surprenantes, qui confirment la légende ou causent de nouvelles interrogations. Voici un point d'étape sur cette enquête menée au fond des âges par ce navigateur passionné des mystères du passé qu'est Olivier Merbau.

  • Vivre sa parole comme on vit avec ses yeux chaque mot attend son heure ce que l'on voit revient d'un temps collé à l'ombre le terre n'est jamais loin du ciel Laure Morali nous dit: Mon grand-père avait perdu son pays et me le rendait chaque matin en me faisant boire le jus de l'orange sanguine. Offrir le monde dans un fruit, tel est le don de la poésie. L'humanité au creux de la main tendue, portée par le poème.

empty