• Face aux impacts de l'activité humaine sur la nature (qualité, santé, ressources), comment la chimie agit-elle pour la protéger ?
    Il s'agit de comprendre les milieux naturels : atmosphère, sols, eaux. Puis d'enrayer leurs dégradations : c'est la naissance

  • Quelle que soit la maladie qui touche le corps réel, allant des affections légères comme le rhume saisonnier aux pathologies cancéreuses par exemple, il paraît impossible d'établir une relation directe entre les variables en question, puisque, partout, on constate que la maladie peut s'associer au rêve autant qu'à son absence, à l'affect autant qu'à la difficulté de s'exprimer.
    Comment le rêve et l'affect s'intègrent-ils dans la relation thérapeutique elle-même ? Celle-ci reste entièrement axée sur la situation conflictuelle évoluant vers l'impasse, qui implique précisément l'impossibilité de sortir de l'enfermement. C'est ici que la théorie relationnelle déploie ses richesses car il ne s'agit pas désormais de « résoudre » l'impasse mais de la « dissoudre », en découvrant au fur et à mesure d'un travail patient et continu, comment elle se constitue réellement, parfois au cours de toute une vie. Cela implique impérativement que le refoulement du rêve et de l'affect soit levé, et que la libération de l'un et de l'autre finisse par modifier tout le fonctionnement subjectif, corps et âme, amenant la modification des termes mêmes de l'impasse, et entraînant du même coup l'amélioration de la pathologie organique, qui reste constamment relationnelle.
    Le lien que le thème de cet ouvrage établit entre la pathologie organique d'une part, et le rêve et l'affect d'autre part, s'impose dans son évidence.

  • Pour accéder à la perspective théorique ici développée, il ne faut pas perdre de vue que la psychosomatique ne s'y définit pas comme une spécialité distincte de la psychanalyse, d'une part, de la médecine, de l'autre, mais comme la possibilité de penser simultanément le psychique et le somatique dans l'ensemble de la pathologie humaine, fonctionnelle et organique. La théorie relationnelle nous en donne les moyens, en nous permettant d'envisager autrement les différentes pathologies, en même temps que les méthodes thérapeutiques mises en oeuvre. Tel est en effet le dessein du présent ouvrage dont les contributions, par leur diversité même, font mieux ressortir l'unité d'une inspiration susceptible de renouveler toute réflexion concernant l'âme et le corps.

  • La vie est faite de rythmes, commencer par les deux temps de la respiration, prototype mme de tout vivant, lui-mme pris dans le cycle cosmique des changements dans lequel il faut reconnatre le principe suprme de tout ce qui est. Cette vrit qui, ds l'antiquit la plus recule, fut reconnue et qui fonde dj toute la chronobiologie chinoire avant d'tre de nouveau dcouverte par la chronobiologie moderne, fut rarement explore relativement aux diffrentes pathologies organiques. Lacune que le prsent ouvrage s'emploie combler, ft-ce partiellement, en abordant, dans une perspective psychosomatique renouvele, appartenant la thorie relationnelle, des syndromes allant des maladies de Crohn et de Parkinson, du psoriasis, de l'allergie et de la strilit, l'anorexie mentale et au bgaiement, sans oublier la place dvolue au rythme dans la production onirique, l'intrieur de la pense mythique.

  • Ce qui est malade ce n'est pas le corps, ce n'est pas l'esprit, c'est la personne. Un être humain n'est pas non plus divisé selon l'âme et le corps. L'âme et le corps ne sont pas deux réalités , ce sont deux concepts que nous vous inventons pour rendre compréhensible l'unité. On est toujours obligé de faire des divisions, de distinguer des choses, alors que dans la réalité tout cela est uni. Et toute la théorie relationnelle est en fait une pensée de l'unité. Le corps peut donc traduire des conflits en montrant un dysfonctionnement. Le conflit ne reste pas dans les sphères psychiques mais il est traduit en terme de dysfonctionnement corporel. Il n'y a pas de fonctionnement sans situation relationnelle, ni situation relationnelle sans fonctionnement. On peut bien sûr scinder les deux et c'est comme cela que la psychanalyse a développé une théorie du fonctionnement sans relation, c'est-à-dire ramenée à des processus mentaux : comme s'il y avait des processus internes et des pulsions à l'intérieur du sujet sans relation.

empty