• « Une histoire d'amour qui vous reste tatouée sous la peau quand vous claquez derrière vous, ravi et sonné, la porte des pages. »
    Alain Damasio

    « Un texte à la fois empreint de mélancolie et profondément lumineux. »
    Marie Michaud, Page des libraires

    « La musique pour ouvrir le bunker des émotions familiales. Franck, le manager à l'ancienne, déjanté, Tom, l'idéaliste effrayé par la gloire, et Marie, dont tous les lecteurs vont tomber amoureux. »
    Pascal Schouwey, Le livre sur les quais

    « Je n'avais pas ressenti une telle vitalité dans une oeuvre romanesque depuis un bon bout de temps. Cela tient au tempérament des personnages et à cette langue qui coule, qui ose et chaloupe, qui rayonne. »
    Christophe, Librairie l'Atelier

    J'ai attendu la tombée de la nuit et je suis allé poser mes feuilles sur les ruches, les unes à côté des autres, et sur chaque feuille j'ai posé une pierre pour ne pas qu'elles s'envolent.
    Je veux apprendre à vous aimer, j'ai écrit.

  • Comment aimer sereinement quand les émotions sont exacerbées : un ouvrage très complet sur les relations amoureuses des hypersensibles.
    Les hypersensibles vivent dans un monde où chaque sensation et chaque événement de la vie les touchent plus que la moyenne des individus. Quand ils sont amoureux, ils sont souvent " hyperamoureux ", " hyperattachés " et parfois " hyperblessés ", car tout est " hyper " pour eux. Comment alors concilier hypersensibilité et amour ? S'appuyant sur de nombreux cas cliniques, le Docteur Stéphane Clerget passe en revue les spécificités des hypersensibles dans leurs relations affectives (hyperattachement, hyperréactivité, hyperinquiétude...), les obstacles qui peuvent les empêcher d'avoir une vie amoureuse épanouie (anxiété, peur de souffrir, susceptibilité, jalousie, dépendance, pensées obsédantes...), mais aussi les prédateurs dont ils doivent se méfier.
    Vous découvrirez également des techniques pour accommoder hypersensibilité et amour (dompter ses peurs, atténuer sa sensibilité, apprendre à se faire respecter, écouter son corps, renforcer sa confiance en soi...) et comment guérir d'un chagrin d'amour (se libérer du chagrin ou de la colère, s'accorder du temps, restaurer l'amour de soi...).
    Dans ce livre positif, émaillé de témoignages, de tests, de conseils pratiques simples à mettre en place, le Docteur Stéphane Clerget redonne espoir aux personnes sensibles, qui peuvent se sentir incapables d'aimer et d'être aimées sereinement.

  • Après L'Arbre à pain et Frangipanier, Tiare vient clôturer la fresque animée de la famille Tehana et de sa vie de quartier aux abords de Papeete. Tiare, c'est aussi le prénom de la petite-fille de Materena et Pito qui s'invite de manière inattendue sous leur toit. Un événement impromptu, qui amène dans son sillage de manière tout aussi imprévisible, la rédemption de Pito. De mari macho et père absent, il se révèle un papy aux petits soins et revisite sa place auprès des siens. C'est à travers le regard de cet homme « tout neuf » que ce troisième tome achève de décrire une nouvelle tranche de vie de cette famille tahitienne et, avec elle, dessine une certaine Polynésie, croquée avec affection, verve et légèreté. Succès international, la trilogie est maintenant publiée dans près d'une vingtaine de pays. Dans le Pacifique, ce classique de la littérature populaire est étudié dans les classes et les amphithéâtres.

    C'est en anglais et depuis l'Australie, où elle est installée depuis plusieurs décennies, que Célestine Hitiura Vaite a composé les trois tomes de la plus célèbre des sagas polynésiennes. Polynésienne au grand coeur et à la plume délicate empreinte d'humanité et d'humour, Célestine Hitiura Vaite n'a pas son pareil pour dévoiler les ressorts et les émotions des relations humaines, rendant le quotidien de ses protagonistes passionnant, émouvant et drôle.

  • Deuxième tome d'une trilogie qui dépeint la vie des petites gens à Tahiti, Frangipanier nous fait retrouver son attachante communauté et les liens qui la font vivre : Materena, Pito et leurs enfants qui ont grandi ainsi que tous les membres de leur quartier, cousins, cousines et taties. Toujours dans la fraîcheur et la gaieté qui traversent L'Arbre à pain, Leilani, la fille de Materena, y manifeste ses élans d'émancipation, pour elle comme pour sa mère, face aux pesanteurs de la société tahitienne. Abordée avec la drôlerie, la sensibilité et le style rythmé par les accents d'un parler vrai, cette réalité se laisse déguster dans un cocktail qui a fait le succès du roman précédent et n'a rien perdu de sa saveur. Notamment édité en Hollande, en Angleterre, aux États-Unis, au Canada, en Italie, en Espagne, en Norvège, en Finlande et au Brésil, Frangipanier a été finaliste au Grand prix littéraire de New South Wales-Australie en 2005 et du Prix Orange en 2006.

    C'est en anglais et depuis l'Australie, où elle est installée depuis plusieurs décennies, que Célestine Hitiura Vaite a composé les trois tomes de la plus célèbre des sagas polynésiennes. Polynésienne au grand coeur et à la plume délicate empreinte d'humanité et d'humour, Célestine Hitiura Vaite n'a pas son pareil pour dévoiler les ressorts et les émotions des relations humaines, rendant le quotidien de ses protagonistes passionnant, émouvant et drôle.

  • Vous voudriez être fort et cacher vos blessures, car vous associez la vulnérabilité à l'échec ? Vous étouffez vos ressentis par peur d'être rejeté ? Vous vous êtes un peu oublié à force de vous adapter à des idéaux qui ne sont pas les vôtres ?

     

    Il arrive fréquemment que pour réussir notre vie, nous ignorions nos désirs et nos singularités, que nous percevons comme des ressentis toxiques. À travers ces renoncements, nous sacrifions en fait notre enfant intérieur, la part la plus vulnérable, la plus sensible, la plus créative et la plus joyeuse de nous-même. Or, c'est grâce à notre enfant intérieur que nous pouvons découvrir nos ressources, celles qui nous permettront de nous révéler, au monde et à nous-même.

     

    Ariane Calvo nous propose de rencontrer cette part pleine de ressources, mais enfouie, de notre psychisme, que notre moi adulte ne cesse de maltraiter, car elle est liée à des peurs ou à des blessures difficiles à apaiser. À travers des témoignages, des questions et des exercices, cet ouvrage nous guide vers la reconquête de notre enfant intérieur et de la dimension la plus vivante et la plus authentique de notre existence.

  • Le complexe de Cendrillon désigne la tendance à se sacrifi er ou à étouffer ses désirs pour obéir à ceux des autres. Comme l'héroïne du conte de Perrault, nous renonçons trop souvent à exister. Nous restons près de la cheminée, ensevelissant nos aspirations et nos besoins profonds. Il peut s'agir de mettre notre vie de côté pour soutenir un proche, tout prendre en charge au sein d'une famille, renoncer à nos rêves ou à nos convictions pour être accepté et aimé...

     

    Cendrillon n'est-elle pas plutôt l'emblème du désir qui s'affirme ? Son retrait près de l'âtre correspond à une introspection féconde, une épreuve que les hommes comme les femmes doivent traverser pour révéler la force qui les anime, ainsi que la sensibilité, la créativité, la générosité qui font d'eux des êtres uniques.

     

    En éclairant d'une lumière nouvelle ces phases bénéfi ques de repli existentiel, Saverio Tomasella nous invite à trouver l'audace de vivre, pour ne plus nous laisser dicter notre destin.

  • Cet ouvrage réunit trois conférences d'Alain Corbin, dans lesquelles l'auteur se penche sur notre rapport à la météorologie, à l'eau et à la mer.
    La sensibilité au temps qu'il fait a une histoire : chaleur et froid polaire, pluie, vent n'ont ni la même signification ni la même réception selon les époques. De même, notre relation avec l'eau, douce ou salée, a évolué : bienfaisantes ou malfaisantes pour le corps humain, toutes les eaux ne se valent pas, et leurs qualités, illusoires ou non, changent au fil des siècles. Enfin, si les bords de mer sont déjà convoités à l'époque romaine, ce n'est qu'à partir du XVIIIe siècle que les rivages exercent une véritable attraction.
    Les angoisses face au ciel, l'eau comme « riche support de croyances, de fantasmes et, surtout, de rêves », la mer « apprivoisée », vue de la terre ferme - ce sont ces matières-là, malléables et fascinantes, qui nourrissent les pages de l'historien.

    1 autre édition :

  • Votre sensibilité est une force !
    Vous avez l'impression de vivre de façon excessive les situations que d'autres trouvent anodines ? Vous vous êtes toujours senti hors-norme, différent, à l'écart, incompris (ou bien bizarre...) ? Sans doute êtes-vous hypersensible, un trait de caractère qui toucherait plus de 30 % de la population en France.
    Rassurez-vous : ce n'est pas une maladie ! Grâce à l'expertise de Saverio Tomasella et Cédric Vitaly, partez à la découverte de l'hypersensibilité. À partir d'enquêtes, de témoignages de personnes sensibles et de tests, vous évaluerez votre niveau de sensibilité et apprendrez à apprivoiser vos émotions pour mieux vivre avec elles. Vous découvrirez que cette hypersensibilité n'est pas un défaut mais un précieux trésor intérieur qu'il est possible de cultiver au quotidien grâce à de nombreux outils pratiques.

  • Dans cette conférence prononcée en 1935, Paul Valéry délivre ses impressions sur l'évolution de l'intelligence en une époque où le progrès ne cesse de bouleverser les habitudes et les modes de pensée. Les progrès techniques de l'âge industriel apportent un nouveau confort mais aussi entraînent une certaine paresse, de corps et d'esprit, une impatience toujours plus vive à obtenir ce qu'on veut avoir... voire une diminution croissante de la sensibilité au monde et aux choses environnantes. Surtout, ils engendrent un autre rapport au temps, désormais rétréci, amenuisé. Seule échappatoire : une éducation qui continue à valoriser les langues mortes et le bon usage de la langue française. Valéry dénonce une éducation qui mise sur le succès au baccalauréat, sans parvenir à développer la formation d'esprits indépendants.

  • Qu'est-ce qui nous affecte ? Assistons-nous à un retour du sensible ? Ces questions, l'hypersensible contemporain les repose dans l'art, la pensée, l'écriture. Il invite à réhabiliter ce qui, en chacun de nous, apparaît trop souvent comme une faiblesse à surmonter : la fragilité, la vulnérabilité. Qualités dites « féminines » ? Ce dont les hommes en tout cas devaient autrefois se garder, préservant leur impénétrabilité - ce tabou fondateur de toute différenciation.
    L'hypersensibilité doit se concevoir comme un outil d'analyse, un instrument de connaissance fine au service d'un mode de pensée subtil, aussi fragile qu'endurant, permettant d'inventer d'autres modalités créatrices, étrangères à l'habituel partage sexué. Selon quelle autre logique que celle de l'éternelle division qui oppose la douceur réceptive des unes à la force de pénétration des autres ? Question que posèrent eux aussi Deleuze ou Barthes, mais également quelques femmes peu soucieuses d'incarner la force phallique du pouvoir intellectuel de l'époque, comme Marguerite Duras, laquelle joua crânement l'idiotie ou Louise Bourgeois, l'éternelle femme-enfant destructrice et moqueuse. Question laissée en suspens (c'est sa définition même que d'imaginer le suspens des oppositions) et qu'il faut donc inlassablement reprendre.

  • Symbole de liberté et de beauté, le cheval nous inspire une nouvelle philosophie de vie en accord avec la nature et montre le chemin de l'écologie intérieure. Enseignements, spiritualité et clés pratiques pour retrouver notre essence libre et puissante, rééquilibrer nos vies et se reconnecter au vivant.
    Grâce à sa rencontre avec le cheval, il y a cinq mille ans, l'humanité a pu accélérer son développement et se moderniser. Pourtant, à chaque regard, le cheval semble nous rappeler ce que nous avons oublié en route : la liberté vient de notre unité avec la nature et donne du sens à la vie. Parce qu'il n'a pas perdu le contact avec l'intelligence naturelle du vivant, le peuple cheval nous ouvre à l'art de vivre auquel l'évolution nous avait naturellement préparés et nous aide à reprendre le chemin des lois naturelles de ce monde que nous partageons.
    À l'heure où l'on parle de crises existentielles autant que de crises environnementales, il se pourrait bien que le cheval nous permette à nouveau de faire basculer notre destin, à condition d'entendre ce qu'il nous murmure à l'oreille : il est temps de rééquilibrer nos vies en retrouvant cette connexion organique au vivant et de nous appuyer sur des valeurs d'intégrité, de responsabilité, de solidarité et d'authenticité pour devenir des humains conscients, créateurs et libres. Révéler sa raison d'être, retrouver sa vraie nature, aller vers l'autre, cultiver le vide fertile et redonner sa place au non-agir sont autant de chemins de liberté, là où tout commence, que ce grand sage à crinière, qu'il soit tout près ou blotti dans notre imaginaire, nous invite à emprunter pour participer à l'équilibre du monde.
    Un éloge de soi, du respect et du vivant...

  • Compagnon de tout amateur d'art désireux de visiter l'Italie, le Cicerone de Jacob Burckhardt (Bâle, 1818-1897) a connu une immense notoriété au XIXe siècle. Un succès dû non seulement à la précision avec laquelle l'auteur a recensé et décrit les oeuvres d'art, mais aussi à l'objectif qu'il s'était donné : initier le lecteur à la beauté en lui apprenant à s'en emparer et à en jouir, en lui apportant, au-delà des éléments historiques, de quoi alimenter sa réflexion et former sa sensibilité. Les analyses proposées par Burckhardt, d'une rare pertinence et d'une totale liberté, donnent la mesure de l'étonnante capacité de compréhension de l'un des plus grands esprits de son siècle. Historien mais aussi philosophe, pénétré de Platon et de Hegel, admirateur de Winckelmann, il a proposé une approche nouvelle des oeuvres d'art, les considérant enfin pour elles-mêmes et non comme les seuls produits d'une culture ou d'une civilisation - démarche qu'il a illustrée ensuite dans ses célèbres ouvrages sur la Renaissance en Italie. Paru en 1855, le Cicerone original de Burckhardt n'a jamais été, à ce jour, traduit et édité en France. Seule existe une traduction, inégale et parfois fautive, parue en 1885, établie d'après une édition corrigée - et déformée - par divers spécialistes. Cette publication restitue donc pour la première fois, dans une traduction nouvelle, l'intégralité du texte tel que Burckhardt l'a conçu.
    Jean-Louis Poirier, professeur, spécialiste de philosophie antique et auteur de diverses contributions en histoire de la philosophie ou en sciences humaines, est passionné de culture italienne (Ne plus ultra, Dante et le dernier voyage d'Ulysse, 2016). La poursuite obstinée d'une interrogation philosophique et l'amour de l'Italie le destinaient naturellement à faire connaître le Cicerone en France.

  • Des nourrissons gelés dans leur berceau, des aristocrates enfermés dans leur chaise à porteur installée au milieu de leur salon pour échapper à la froidure des courants d'air, des écrivains les jambes enserrées dans une peau d'ours, des paysans réfugiés dans leur lit, seul endroit de la maison où l'on peut jouir d'une relative chaleur en hiver, des voyageurs retrouvés morts sur le bord des chemins... Quand les archives nous laissent apercevoir nos aïeux aux prises avec l'hiver, le spectacle est à la fois surprenant et dépaysant.
    Si ces anecdotes mettent indirectement en lumière la rigueur des hivers du passé, elles témoignent aussi, et surtout, de l'incapacité des sociétés anciennes à se protéger efficacement des assauts récurrents du froid. Habi­tués au confort douillet de nos habitations, nous peinons à imaginer ce qu'a pu représenter l'épreuve de l'hiver pour les hommes et les femmes du passé. Contraints de grelotter au coin de leur cheminée qui chauffait peu et mal, ils devaient déployer des trésors d'énergie pour essayer de lutter contre les morsures du « petit âge glaciaire ».
    Leur sensibilité au froid et à la chaleur était bien éloignée de la nôtre et cette accoutumance à l'inconfort, cette capacité à endurer avec résignation des températures intérieures dont l'évocation seule nous fait aujourd'hui frissonner ne manquent pas de nous étonner.
    Il faudra attendre la seconde moitié du xviiie siècle pour que se développe enfin une réelle réflexion technique sur le chauffage domestique, nourrissant dès lors cet insatiable appétit de chaleur qui est encore aujour­d'hui le nôtre.
    Dans la lignée des grands travaux consacrés à l'histoire des sensibilités, ce livre se propose de reconstituer l'expérience sensible du froid et de la chaleur à l'époque moderne. Il souhaite ainsi contribuer à retracer la généalogie de notre rapport sensible au monde.

    Agrégé et docteur en histoire, Olivier Jandot enseigne au Lycée Gambetta-Carnot d'Arras. Il est également chargé de cours et chercheur associé à l'Université d'Artois (EA 4027 CREHS).

  • En amour vous ressentez :


    La peur de déplaire

    L'exigence de sincérité

    L'envie d'être compris et écouté

    Un besoin de confiance et de sécurité

    L'exaltation de la rencontre

    Le désir d'être sur la même longueur d'onde

    L'intensité de chaque moment

    Un certain besoin de solitude parfois

    Une difficulté à accepter les critiques


    Si vous vous reconnaissez dans plus de cinq items, vous êtes un coeur hypersensible. Votre quête de l'amour, idéaliste et exigeante, vous donne des ailes et vous incite à refuser la médiocrité. Mais l'hypersensibilité complique vos relations et vous expose parfois à la déception.

    Saverio Tomasella vous apprend à faire de votre hypersensibilité un atout pour trouver votre voie amoureuse, Saverio Tomasella est psychanalyste.

  • Saison 1 de la vie d'un Chti de sa naissance à ses vingt ans dans le Nord de la France.Volet Amandinois
    Suivie des saisons 2 et 3 dans deux et trois mois sur Lille et Paris.
    Revendications multiples, règlements de comptes, amours cachées ......Personnage particulier
    Tout est toujours resitué dans un contexte global économique, sociétal et politique, au delà même parfois de la période concernée et jusqu'à aujourd'hui. D'où le terme patchwork. Bonne lecture.

  • À quinze ans, cette adolescente à part vit mal : trop intelligente, trop mûre, trop grande, trop tout... Mais elle est bien décidée à être libre et telle qu'en elle-même. À vingt-cinq ans, toujours indépendante, a-t-elle réussi ? Elle continue à se trouver laide, mais elle est bien décidée à ne pas se laisser faire et à choisir sa vie. Elle a franchi à sa façon les étapes qui vont de l'adolescence à l'âge adulte ou presque (car l'est-on vraiment ? Et à quel âge ?) malgré des parents désunis, une mère triste, conformiste et négative, un père évanoui avec une jeune Brésilienne de vingt ans de moins que lui. Elle est en train de faire sa vie, entre rencontres d'amitié, d'amours, et de destin.
    Oui, le destin frappe à sa porte pour lui révéler ses qualités spécifiques, et lui offrir une carrière. Saura-t-elle saisir sa chance ? Et se détacher du passé ?
    Saura-t-elle reconstruire une relation avec ses frères et ses parents ? Le premier tome de cette série se clôt sur cette interrogation, et la réponse de rage et de vie que lui donne la jeune femme., Rosalie, devenue Oriane. La vie est devant elle, et elle y va !

  • L'amour est aveugle

    Marie Loverraz

    C'est l'histoire d'une voix et d'un regard... intérieur. 
    Dans ce court roman érotique, Marie Loverraz démontre à nouveau sa capacité à parler d'amour comme peu d'auteurs sont aptes à le faire. À travers la rencontre d'Augustine, qui enregistre bénévolement des textes pour une association de non-voyants, et d'André, qui a perdu la vue à la suite d'une maladie, elle touche du doigt ce qu'on ne voit pas, ce qu'on n'entend pas, ce qu'on ne dit pas. Elle sonde les âmes, éclaire l'invisible, explore les sens : l'ouïe, la vue, l'odorat, le toucher, le goût, pour mieux nous faire partager l'émoi amoureux et sensuel qui traverse ses personnages et les conduit à l'amour... 
    Et nous la suivons avec ravissement dans cette quête initiatique et poétique dans laquelle l'imaginaire prime l'image, car son écriture, pleine de sensibilité et de délicatesse, nous emporte au coeur des corps et des âmes, réenchantant une sexualité devenue par trop banale ou triviale.

  • Revenant sur le parcours personnel du fondateur du mouvement intellectuel et indépendantiste kanak, les Foulards Rouges, ces entretiens avec Nidoïsh Naisseline apportent un éclairage original sur lhistoire comme sur lévolution de la Nouvelle-Calédonie contemporaine.

  • Ruptures

    Emilie Lesage-Tremblay

    Lou, jeune étudiante en médecine, malmenée par sa vie hyperactive, serpentait, seule, le bitume avec sa vieille voiture.
    La sonnerie du téléphone résonna aux pieds du siège du passager.
    LE coup de téléphone de trop.

    *

    Sur les lieux, après avoir été appelé, Tim arriva.
    Le cri des sirènes stridentes se rapprochant grandissait.
    Le regard dans le vide, il ne sortit que quelques secondes de sa torpeur.  
    Il la chercha alors avant de se laisser happer par le souvenir de son sourire éclatant.

    *

    Sur cette route qu'il avait tant de fois traversée, cette route qui l'amenait à elle ou l'en éloignait... Comment était-ce arrivé ? Que s'était-il passé ? Pourquoi n'y a-t-il que les restes de sa voiture ? Et ELLE ?

    ***

    Inspiré d'une histoire vraie, le premier roman d'Emilie Lesage-Tremblay traite des déchirures d'une vie et de la façon dont il est possible de rebondir face à de si dramatiques épreuves.

  • Le Saut de l'ange

    Georges Henri DUCREUX

    La démesure de celui qui voudrait maîtriser chaque détail de sa vie selon ses propres règles, celle des hommes face aux éléments naturels, un artiste qui sacrifie sa sensibilité à sa carrière, la phobie irrépressible d'un homme, un acteur qui sort de l'écran pour ne pas décevoir un enfant, comment la musique peut réunir ou même changer les hommes, l'ouverture sur le monde du rêve, voici les thèmes de ce recueil de nouvelles.

  • Solstice

    Marie Loverraz

    « L'écriture érotique : une expérience sensorielle troublante qui révèle la suprématie de l'imaginaire et des mots sur l'image et le porno »

    Avec ce recueil, placé sous le signe d'un désir triomphant, Marie Loverraz nous offre trois nouvelles sensuelles qui fleurent bon le foin, le sable chaud et le feu de la passion.

    Trois rencontres parfois inattendues, mais toujours brûlantes, qui sur fond de campagne française, de plage grecque ou de chalet suisse, célèbrent l'amour et l'ivresse des corps dans la douceur d'un été complice.

    « Chaque nouvelle s'avère habilement troussée, à la fois explicite et baignée de poésie, pour relater des étreintes à la fois évidentes et extraordinaires, parce que l'auteure sait en dire tout le bonheur qu'elles peuvent susciter, tout simplement. » Daniel Fattore

    « C'est à trois métamorphoses auxquelles nous invite l'auteure dans un heureux mélange de simplicité et de mythe. » Pierre Yves Lador

  • Déclinée dans un ordre grammatical bien connu, cette série de courts récits pronominaux présente les portraits de nombreux protagonistes grâce à de brèves incursions dans leurs histoires personnelles. En proposant une vision kaléidoscopique des interactions entre soi et l'autre, dans des scènes fragmentées et discontinues, Melissa Denis Vejins met l'accent sur la fragile résilience de ses personnages. Observées avec humour et sensibilité, les scènes quotidiennes que l'auteure décrit permettent à chacun de découvrir une part de vérité dans ces visions introspectives, où le lyrisme fréquente parfois la prose et où le prévisible côtoie toujours l'inattendu.

  • Avec un humour mordant et beaucoup de sensibilité, Samuel Larochelle révèle les pensées de Lilie, une jeune Gaspésienne de 14 ans qui veut à tout prix exceller dans son domaine : la musique. Un nouveau personnage à fleur de peau, drôle et déterminé, qu'on adopte sur-le-champ.

    ***

    À quatorze ans, Lilie Jutras est prête à tout pour réaliser son rêve : devenir la meilleure flûtiste possible, offrir des concerts partout dans le monde et mettre le plus de kilomètres entre ses parents et elle. Son professeur, monsieur Forest, croit d'ailleurs qu'elle devrait s'inscrire à un concours canadien de jeunes talents, organisé à Vancouver. Cette marque de confiance l'enchante, mais l'adolescente doute de ses chances. Depuis quelque temps, elle est victime de petites crises de panique... Et ses parents - avec qui elle a une relation très tendue - refusent de payer pour le voyage ! Heureusement, Lilie peut compter sur son meilleur ami Émile pour alléger sa vie, s'empiffrer de bonbons et faire les 400 coups. Il se pourrait aussi qu'un nouveau venu à l'école lui donne une bonne raison de sourire... et de rougir.

empty