• Il existe à New York une rue au nom évocateur : Division Avenue. Elle se situe dans une partie spécifique de Brooklyn, le quartier juif orthodoxe.
    C'est là que vit Surie Eckstein, qui peut s'enorgueillir d'avoir vécu une vie bien remplie : mère de dix enfants, elle passe des jours tranquilles avec sa famille. Alors qu'elle pensait être ménopausée, Surie découvre qu'elle est enceinte. C'est un choc. Une grossesse à son âge, et c'est l'ordre du monde qui semble être bouleversé. Surie décide de taire la nouvelle, quitte à mentir à sa famille et à sa communauté. Ce faisant, Surie doit affronter le souvenir de son fils Lipa, lequel avait - lui aussi - gardé le silence sur une part de sa vie. Un secret peut avoir de multiples répercussions : il permettra peut-être à Surie de se réconcilier avec certains pans de son passé.
    Avec Division Avenue, Goldie Goldbloom trace le portrait empathique, tendre et saisissant d'une femme à un moment charnière de son existence. Et nous livre un roman teinté d'humour où l'émancipation se fait discrète mais pas moins puissante.

  • En classe de 3e, Mohammed-Ali est discret et populaire. Pour lui, le collège ça roule. Tranquille. En apparence du moins, car il a une vie secrète. La nuit, il sort de chez lui pour aller taguer. Et surtout, il est amoureux d'Aimée, qui ne pense à rien d'autre qu'au football. Comment faire pour qu'elle le remarque ? Par chance, Mohammed-Ali peut compter sur le soutien de Lina et Margaux. En amour comme au football, il faut un plan de jeu. Il faut avoir du style.Il va inviter Aimée à voir un match au Stade de France.

  • Petit guide des herbes sauvages des villes Nouv.

    Un petit guide tout en couleurs pour apprendre à reconnaître les plantes et fleurs sauvages de nos rues !En nous promenant dans la rue, nous pouvons croiser nombre de plantes et fleurs sur les murs, dans les terrains vagues, sur le bord du trottoir, etc.
    Vous les côtoyez à chaque pas, chaque déplacement et pourtant, les connaissez-vous vraiment ? Description, habitat, comportement, infos utiles... grâce à ces 70 fiches d'identification, les fleurs et plantes sauvages de nos rues n'auront plus de secrets pour vous !
    Chaque fiche est illustrée avec un dessin très précis de la plante ou de la fleur pour la reconnaître en un clin d'oeil.
    D'un tout petit format, ce livre tient dans une poche pour être le compagnon idéal de toutes vos excursions.

  • Chaque jour est un combat dans les rues bondées de Chennai, en Inde. Et lorsque Viji et sa soeur, Rukku, fuguent pour ne plus subir la violence de leur père, la situation semble sans espoir. Dans un monde impitoyable et dangereux, où nul n'accorde un regard aux parias, elles sont des plus vulnérables. Mais leur rencontre avec deux jeunes sans-abri, sur un pont en ruine, va peut-être tout changer.

  • L'ensemble des besoins des êtres humains peut être classé en cinq catégories. Aujourd'hui, cette théorie est le principe d'un nouveau jeu de télé-réalité : La pyramide des besoins humains. Nous sommes 15 000 candidats, et dans cinq semaines il n'en restera plus qu'un. Et moi dans tout ça ? Disons que je m'appelle Christopher Scott. Disons que j'ai dix-huit ans. Que j'habite sur un morceau de carton, dans la rue, à Londres. Enfin, peu importe mon nom, peu importe mon âge. Je suis le candidat no 12778. Je n'existe pas encore. Mais je risque fort de devenir quelqu'un, et même quelqu'un de célèbre. Et c'est bien ça le pire.

  • Et si Baudelaire revenait parmi nous ? S'il flânait de nouveau dans nos ruelles ? En l'occurrence à Paris, comme en son temps. Dans ce récit haletant, Baudelaire resurgit sous la forme, non du dandy qu'il incarna jadis, mais du vagabond, misérable hère qui assiste, affalé sur le bitume, à la valse de nos contemporains et essuie leur mépris. Lui qui redoutait tant de se sentir inférieur à ceux qu'il dédaignait, le voici hué, puis bientôt hissé à la tête d'une parade de zombis avant de connaître le destin d'une âme suppliciée. Par vagues réminiscences, lui parvient le souvenir de son être passé et de son oeuvre. "La rue assourdissante autour de moi hurlait", écrivait-il jadis dans son poème À une passante.

    Anthropologue, Eric Chauvier est né en 1971. Il a déjà publié, aux éditions Allia, Anthropologie (2006), Si l'enfant ne réagit pas (2008), Que du bonheur, La Crise commence où finit le langage (2009), Contre Télérama (2011), Somaland (2012), Les Mots sans les choses (2014) et Les Nouvelles Métropoles du désir (2016).

  • La photographie de rue

    Valérie Dujardin

    • First
    • 15 Octobre 2020

    La photographe Valérie Jardin vous invite à la suivre la dans ses prégérinations urbaines pour apprendre ou vous perfectionner dans la photo de rue. Découvrez l'art de conter des histoires à travers des images, depuis le projet jusqu'à la prise de vue, et apprenez les techniques et règles de composition pour réussir à distinguer l'extraordinaire dans l'ordinaire.
    Le photographe de rue dispose de très peu de temps pour déclencher et immortaliser les scènes aussi fugaces qu'uniques qui s'offrent à ses yeux. Il lui faut donc de l'entraînement et de la préparation. C'est tout l'objet de ce livre, écrit par la photographe Valérie Jardin. Suivez-la dans ses pérégrinations à travers ses quartiers de prédilection et découvrez l'art de conter des histoires à travers des images, depuis le projet jusqu'à la prise de vue. Apprenez les techniques et règles de composition pour obtenir les meilleurs clichés.
    Ce livre s'adresse aussi bien aux photographes en herbe désireux de se former qu'aux photographes de rues expérimentés en quête de perfectionnement. Aucun équipement particulier n'est requis, juste votre passion pour réussir à distinguer l'extraordinaire dans l'ordinaire.

  • « Le ciel était dégagé après les violentes pluies et la lune était pleine le soir où je posai Nelio sur le matelas sale. Là où à l'aube, neuf jours plus tard, il allait mourir. »Une nuit, dans un port d'Afrique, un homme est assis sur le toit d'un théâtre et contemple la ville à ses pieds. Il se remémore l'histoire que Nelio, l'enfant des rues, lui a confiée au cours des neuf nuits qui lui restaient à vivre.Qui est cet enfant âgé de dix ans qui détient déjà toute la sagesse d'un vieil homme ? Pourquoi a-t-on voulu le tuer ?La guerre civile fait rage. Nelio est le seul rescapé de la mise à sac de son village. Après une période d'errance, il finit par gagner la grande ville et il rejoint un groupe d'enfants des rues avec lesquels il affronte la misère, la faim, l'intolérance. Mais face à la barbarie, Nelio oppose la poésie et la générosité et se laisse guider par l'imaginaire.À travers ce conte humaniste, à la fis cruel et tendre, Henning Mankell décrit à l'intention de ses lecteurs - les jeunes comme les moins jeunes - la terrible réalité des enfants orphelins d'Afrique, mais aussi leur force et leur capacité de survie.

  • Tout à la fois guide d'inspiration, cahier d'exercices et journal personnel, cet ouvrage vous propose de relever 52 défis pour booster votre pratique de la photographie de rue et sortir de votre zone de confort tout en développant votre créativité.

    De la chasse aux fantômes à la machine à voyager dans le temps en passant par les expérimentations avec les ombres et les reflets, relevez un nouveau challenge de street photo toutes les semaines ! Vous trouverez dans ce guide pratique alternatif des suggestions innovantes et inspirantes sous forme de conseils, de jeux, de projets, et pourrez y consigner vos réflexions et vos progrès tout au fil de l'année.

  • Plongée immédiate dans le quartier latin en Mai 68. Des slogans d'inspiration situationniste recouvrent les murs : "Vivre sans temps morts." "Jouir sans entraves." "Ne travaillez jamais." Dès le 3 mai, 2000 étudiants sèment sur leur parcours leurs revendications. Lors de la Nuit des Barricades, l'imagination prend le pouvoir : "La société est une fleur carnivore." Puis vient la contestation pure : "Défense d'interdire" ou encore "C.R.S. = S.S.". La Sorbonne subit ensuite l'assaut des profanateurs : "Professeurs, vous nous faites vieillir." Les photographies de ces slogans, saisis à chaud, forment des documents exceptionnels sur ces dix jours de révolte. Les revendications, matériellement éphémères, resteront à jamais gravées dans les mémoires.

    Mousse, peintre en bâtiment puis journaliste, Walter Lewino (1924-2013) s'engage dans la France libre à l'âge de 17 ans. Démobilisé en 1946, il se lance dans des études de lettres. Il entre plus tard au Journal officiel puis devient rédacteur en chef adjoint de France Observateur. En 1978, il rejoint le Nouvel Observateur. Il est l'auteur de plusieurs romans, dont L'Heure (1959), L'Éclat et la blancheur (1967), Fucking Fernand (1976, porté à l'écran par Gérard Mordillat) et Châteaunoir (1998).

  • Une ville qui n'existe pas, mais décrite par le menu, avec une précision (une joie, aussi) de maquettiste : rue par rue, lieu par lieu, avec ses grands passants, ses fantômes, son ton. Ville du bord de l'eau (comme si, entre la Garonne et la Loire, un autre fleuve et un autre estuaire avaient existé), ville où la donne de l'utopie a été plus généreuse qu'ailleurs, ville qui a donc beaucoup rêvé et qui, à son tour, fait rêver. Écrite à partir de son plan dessiné un jour de désoeuvrement, Olonne est devenue une sorte d'absolu de la fiction, une sorte de vertigineux « comme si », qui est aussi comme un roman. Description d'Olonne a obtenu le prix France Culture en 1992.
    />

  • Issus d'une quinzaine d'ouvrages majeurs de Charles Virmaître, les textes réunis dans cette édition forment une saisissante anthologie du Paris du vice et du crime au XIXe siècle. Dans une capitale en pleine métamorphose, vice, délits et crimes s'organisent sur les trottoirs, dans les demeures cossues ou les tripots. Observateur de la pègre et de ses combines comme des salons feutrés, Charles Virmaître porte un regard quasi documentaire sur les moeurs de son époque. On côtoie dans ce tableau pittoresque toute une galerie de personnages insolites : "cocottes", tireuses de cartes, indicateurs, "truqueurs"... Et c'est aussi toute la richesse de l'argot parisien que l'on retrouve dans ce recueil truculent.
     
    Charles Virmaître (1835-1903) était historien, journaliste et lexicographe. L'un des auteurs les plus productifs et les plus doués de sa génération, il a notamment publié Paris police, Paris escarpe, Paris galant et Trottoirs et lupanars. Laurent Portes est conservateur en chef du département Philosophie, histoire, sciences de l'homme de la Bibliothèque nationale de France.
     

  • Le 21 mai 1420, la reine de France signait un traité par lequel le roi Charles VI reconnaissait son gendre Henri V d'Angleterre héritier de la couronne de France. Un an plus tard, l'eau d'une fontaine voisine de la porte Saint-Honoré devint rouge et le peuple resta convaincu qu'il s'agissait du signe précurseur de quelque désastre. Au même moment, Edward Holmes, clerc et demi-frère du baron de Roos tué à la bataille de Baugé, est chassé de l'hôtel parisien de son seigneur. Ne pouvant rentrer en Angleterre, Holmes trouve logis chez maître Bonacieux, greffier au Châtelet et zélé partisan bourguignon, où il partage la chambre de Gower Watson, un archer blessé à la bataille d'Azincourt.
    Dans un Paris où règnent la faim, le froid et la misère, Edward Holmes devra mettre à jour un terrible complot dans lequel les conjurés veulent entraîner son ami Gower Watson.

  • Historien de la France révolutionnaire, amoureux du vieux Paris, G. Lenotre a l'art de trousser le récit, de le rendre haletant, d'accélérer l'action en entraînant son lecteur dans les basques de son personnage. Comme dans les meilleurs romans, on entend le bruit des sabots sur le pavé humide, le cliquetis des armes, le bruissement des capes sur les épaules des conspirateurs en fuite, tout comme on sent monter la rumeur populaire, la clameur de la rue, les chants d'une foule en liesse réclamant une tête... Conteur hors pair, didacticien rusé, il sait rendre attrayante une leçon d'histoire par l'anecdote qu'on n'oubliera jamais, qu'on colportera même, en oubliant un jour qu'on la lui doit. C'est par ce sixième volume que s'achève la fameuse série des Vieilles Maisons, vieux papiers, où, aussi singulières que soient ces histoires, toutes font résonner le destin de la France révolutionnaire.

  • England's Lane, dans le Nord de Londres, est une rue pleine d'effervescence, où se côtoient de nombreuses boutiques. L'occasion de s'immiscer dans le quotidien des commerçants de la petite artère en 1959. On y rencontre entre autres Milly, mariée à Jim Stammer qui tient la quincaillerie. Ils ont un fils adoptif, Paul, d'une dizaine d'années. Il y a aussi Stan, le marchand de tabac et de friandises dont la femme reste cloîtrée à la maison, père d'une gamine de l'âge de Paul. Ou encore Jonathan Barton, le boucher de England's Lane qui reçoit un jour la visite d'un inconnu le menaçant de révéler sa véritable identité... Infidélités, mensonges, meurtres et trahisons se cachent derrière les façades proprettes de chacun des commerçants, bien moins lisses qu'on pourrait le croire... Une comédie de moeurs comme seul Joseph Connolly en a le secret, savoureuse et piquante à souhait.

    Création Studio Flammarion. En couverture : © Digital Vision / Masterfile

  • Les ecrivements

    Matthieu Simard

    • Alto
    • 25 Septembre 2018

    Les traces de pas dans la neige finissent toujours par disparaître, comme des souvenirs qu'on est forcé d'oublier, soufflés par le vent ou effacés par le soleil. Celles de Suzor, parti un soir de décembre 1976, n'existent plus depuis longtemps. Pourtant, Jeanne les voit encore chaque jour par la fenêtre du salon.
    Pendant quarante ans, elle s'est promis de ne jamais le chercher, mais lorsqu'elle apprend qu'il est atteint d'alzheimer, sa promesse ne tient plus?: elle doit retrouver Suzor avant qu'il oublie.
    Dans un Montréal enneigé, aidée par une jeune com­plice improbable, Jeanne retracera le chemin parcouru
    par Suzor et devra, pour ce faire, revisiter leur passé.
    La famille qu'ils n'avaient pas. Leur jeunesse en solitaire. Le voyage en Russie dont elle porte encore les cicatrices. Le trou dans le mur de la cuisine. Le carnet que la petite n'avait pas le droit de lire. Les boutons trouvés sur le trottoir.
    «?Je ne veux pas être la seule condamnée au souvenir de nos bonheurs?», dira Jeanne dans ce doux roman sur les caprices de la mémoire, sur ces choses qu'on oublie sans le vouloir et celles qu'on choisit d'oublier.

  • Cet ouvrage, abondamment illustré, met l'accent sur deux aspects essentiels de la rue médiévale : l'élément du paysage urbain et le cadre de vie.
    Une documentation riche et diversifiée, complétée par l'examen de miniatures, de toponymes, de plans anciens ou reconstitués, plusieurs exemples pris à Paris et dans les villes provinciales ont permis à l'auteur de décrire avec précision la voie publique, des simples allées aux grandes "charrières" accessibles aux véhicules tractés, son tracé, son profil, sa structure superficielle et profonde, son décor puis d'y faire revivre une population besogneuse ou oisive, fidèle ou révoltée, joyeuse ou accablée, confrontée à des problèmes, apparemment insolubles, de circulation, de cohabitation et de pollution.
    La rue, décrite ici, est un spectacle permanent où se reflètent les préoccupations du moment, les plaisirs et les drames, un monde souvent cruel et impitoyable pour les faibles.
    C'est une entreprise originale par les thèmes abordés qui sont toujours d'une étonnante actualité.

  • L'auteure propose huit clés pour agir auprès des jeunes suicidaires: la gestion des émotions, la perception de soi, la relation au corps, la vision et la résolution des problèmes, les relations interpersonnelles, le rapport à la société et la perception de celle-ci, la relation aux objets, la dimension spirituelle.

    Chacune de ces clés est explicitée et des liens entre elles sont proposés. De plus, de nombreux témoignages de jeunes viennent illustrer ces perspectives théoriques.

  • En examinant l'impact des politiques sociales et l'évolution du marché du travail, les auteurs évaluent les pratiques professionnelles d'intervention ainsi que les enjeux suscités par les notions d'intégration et d'insertion des chômeurs, des assistés sociaux, des jeunes de la rue, des toxicomanes et des ex-détenus.

  • D'encre et de papier Nouv.

    D'encre et de papier

    Paul Uroz

     « Lorsque Félix, avocat indélicat met en relation Fabrizio Moroni journaliste indépendant, avec Olga l'étonnante call-girl au parcours obscur, tous deux ne se doutent pas du traquenard qui les attend... » Dans ce « shaker livresque », vous incorporez :Une dose de thriller pour le macabre, une dose de roman traditionnel pour la belle rencontre entre Fabrizio et Olga, une dose de policier pour l'enquête et enfin, une dose de folie pour une galerie de protagonistes plus insolites les uns que les autres.Vous secouez très fort ces personnages pour mélanger les individualités, leurs péripéties et vous servez cette histoire baroque au travers d'un cocktail détonant de rebondissements et à la chute... inattendue.

    « Une écriture sans fioriture porte le récit et nous immerge dans l'intrigue. Nous sommes entraînés dans le flot des divagations de l'héroïne et nous ressentons avec elle les émotions qui la traversent. C'est par ses yeux que l'on voit son monde imaginaire. Chaque péripétie est pour elle une tempête de sensations. C'est sa voix qui résonne en nous et qui ne nous quitte plus. Les personnages autour d'elle sont troublants, tous criants de vérité ». 

  • Après le succès du petit livre deComment vanner un homme/une femme en 90 leçons, voiciL'Officiel des vannes.
    En couple, en famille, au bureau, dans la rue, entre amis, dans la cour d'école, sans oublier les vannes de star : grâce à ce véritable dictionnaire de la vanne, vous aurez toujours le dernier mot !
    En couple: Chéri, soit tu as grossi, soit le lit a rapetissé.
    En famille: Ton frère a autant de succès avec les filles que l'UMP aux dernières élections.

    Au bureau: La seule chose que tu apportes à l'entreprise, c'est ton scooter.
    Dans la cour de l'école: Même sur Facebook, tu n'as pas d'amis !ouTu as dû télécharger l'application fayot sur ton iPhone !

  • Deux femmes, cinq hommes dans la rue, des sans-abri n'ayant rien d'autre à partager que leur mendicité. Au gré du hasard, des liens étroits se créent à travers le groupe qui deviendra une famille paradoxale.

    Issu de milieux différents et par instinct de survie, chacun se bat à sa façon pour tenter de se libérer du carcan de l'itinérance. Tous des êtres humains formant une sorte de meute nageant à contre-courant dans une société souvent mal ajustée à leur réalité.

    Avec l'aide d'âmes charitables, certains finiront par s'en sortir. Hélas, tous n'auront pas cette chance. Par découragement, ils opteront pour l'irréparable en posant des gestes déchirants pour mettre fin à leurs souffrances et à leur détresse...

  • La ville fait-elle encore rêver les jeunes? Constitue-t-elle un lieu d'expression identitaire et d'expérimentation qui les pousse jusqu'à la création? Comment contrer la disparition de lieux de socialisation qu'entraîne la revitalisation des centres-villes? La culture punk, le graffiti urbain ou la musique hardcore, sont-ils uniquement l'empreinte du passage des jeunes ou représentent-t-ils l'expression d'un nouvel imaginaire qui dessine les pourtours d'un devenir social?

empty