• C'est arrivé la nuit

    Marc Levy

    • Lizzie
    • 29 Septembre 2020

    Ils sont hors-la-loi Mais ils oeuvrent pour le bien Ils sont amis et partagent leurs secrets Pourtant ils ne se sont jamais rencontrés Jusqu'au jour où... ***C'est arrivé la nuit Le premier tome de la série 9. " Depuis vingt ans, j'écris pour voir le monde en couleurs...
    Pour me calmer aussi.
    À quoi sert d'être écrivain, si ce n'est pour raconter des histoires qui interpellent, pour se poser des questions ?
    Je m'en suis posé à chaque page, alors j'ai mené l'enquête, résolu, aussi mordu qu'un reporter.
    Je suis parti à la rencontre des vrais protagonistes, des hors-la-loi au coeur d'or, des vilains bien sous tous rapports, des manipulateurs, des faussaires, des passeurs, des assassins en col blanc, des putains magnifiques, des journalistes risquant leur peau pour que la vérité éclate, et ce faisant j'ai découvert l'indicible.
    J'avais pour habitude de me laisser entraîner par deux personnages.
    Cette fois, ils sont 9.
    J'ai tout fait pour entrer dans leur bande.
    Et ils m'ont accepté.
    Cette année, nul besoin de leur dire au revoir à la dernière page.
    Parce que l'histoire continue, et elle est loin d'être terminée.
    Bienvenue dans le monde de 9 ! "
    Marc Levy

  • Repères et clés pour décrypter l'actualité

    Pourquoi parler des mondes arabes ? Quel avenir pour les pays arabes ? La colonisation a-t-elle aujourd'hui encore une influence ? Quelles trajectoires depuis les indépendances ? Le monde arabe est-il bien ou mal parti ? Ces questions traversent l'histoire contemporaine et resurgissent au fil de l'actualité. Des clichés à la réalité, cet ouvrage nous parle de lieux, de faits et de chiffres pour nous aider à y voir plus clair. Spécialiste incontesté, l'auteur propose 40 fiches documentées pour cerner les enjeux et les défis de la région. L'ensemble est- illustré de cartes, graphiques et tableaux. Cette nouvelle édition entièrement mise à jour comprend des cartes inédites.


    "Didier Billion décrypte avec aisance les tumultes et les crises qui secouent les mondes arabes, nous amenant ainsi à une meilleure compréhension de ses enjeux."
    Pascal Boniface

  • Pourquoi Jérusalem est-elle trois fois sainte ? Que contient la déclaration Balfour de 1917 ? Comment la guerre des Six Jours a-t-elle fracturé la société israélienne ? Pourquoi les États-Unis et Israël entretiennent-ils une « relation spéciale » ?

    14 mai 1948. Du plan de partage adopté par l'ONU naît l'État d'Israël, un État juif voulu par les mouvements sionistes. Son pendant, l'État arabe de Palestine, ne voit pas le jour. Promesses contradictoires faites aux Juifs et aux Arabes, guerres israélo-arabes, terrorisme : les violences se multiplient. Les institutions internationales échouent à trouver des solutions et face au durcissement des politiques israéliennes et américaines, l'espoir de normalisation issu des accords d'Oslo en 1990 s'éloigne.

    En 100 questions/réponses, Jean-Claude Lescure décrypte l'histoire de ce conflit de plus de 70 ans, qui continue d'enflammer une région sous haute tension.

  • Le 16 juillet 2017, Emmanuel Macron s'apprête à terminer son discours lors de la commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv. Et soudain, se tournant vers Benyamin Netanyahou, qu'il a appelé « cher Bibi », il lance : « Nous ne céderons rien à l'antisionisme, car il est la forme réinventée de l'antisémitisme. »

    Jamais un chef de l'État n'avait commis une telle erreur historique doublée d'une telle faute politique. Voilà ce que ce livre entend démontrer, sur un mode non polémique et pédagogique en traitant successivement de l'histoire du sionisme, de la diversité de l'antisionisme, de l'antisémitisme hier et aujourd'hui, enfin de la politique proche-orientale de la France.

    Journaliste (Le Monde diplomatique) et historien, auteur de nombreux livres dont Le Ventre est encore fécond (Libertalia, 2012), Dominique Vidal exprime ici son opinion, mais s'efforce surtout de donner les éléments d'information permettant à tout un chacun de se faire la sienne.

  • Prix de la diversité Métropolis Bleu / Conseil des Arts de Montréal

    Un roman palestinien

    Avec Je suis Ariel Sharon, troisième roman d'un triptyque, l'auteure poursuit l'exploration des vies intimes des hommes, femmes et enfants pris dans la toile sanglante du conflit israélo-palestinien.

    Résumé
    Tel Aviv, 4 janvier 2006. Le premier ministre Ariel Sharon sombre dans le coma. Il demeure inconscient huit ans jusqu'à sa mort en 2014. Que se passe-t-il dans la tête de Sharon ? Le roman donne corps et voix à un choeur de femmes, Véra, Gali, Lily, Rita, qui le mettent face à ses horreurs et à son humanité. Elles le guident vers la lumière quand les ombres de la mort l'assaillent.
    />
    Extrait
    « M'en voudraient-elles si j'enlevais à chaque lettre de ton nom sa noirceur ? À chaque date de ton histoire, sa violence ? Si je t'enlevais la mort et te prêtais la vie ? M'en voudraient-elles si je me glissais là où elles t'ont vu nu ? Si je te débarrassais de toutes ces couches. Ta peau de guerrier, ton masque de politicien ? Ne reste que toi face à moi ? Que tu sois personne ? Que je sois
    personne ? Soyons personne. Soyons ensemble sans visage. Perdons-nous dans ce long sommeil. Dévoilons tous nos visages. Pose-moi la question : quel est ton nom ? Je nommerai toutes les femmes.
    Pose-toi la question : qui suis-je ? Toutes les femmes te répondraient. Leur voix
    est ma voix. »

    Pour l'auteure Yara El-Ghadban
    Les principaux récits autour de Sharon sont des récits fondamentalement
    politiques, militaires, masculins... Moi personnellement, je voulais, sans
    justifier et sans pardonner, tout simplement écrire la part humaine, la part
    féminine. Les premières choses qu'on élimine dans les guerres et les situations
    d'oppression sont l'humanité, l'intimité, la féminité... Aussi, moi-même je
    voulais comprendre. J'ai écrit ce roman pour moi, pour la femme palestinienne
    que je suis et qui est toujours perplexe face à la violence dont sont capables les
    humains...

    L'auteure
    Romancière et anthropologue palestinienne, Yara El-Ghadban vit et écrit à Montréal. Elle a publié les romans L'ombre de l'olivier (Mémoire d'encrier, 2011) et Le parfum de Nour (Mémoire d'encrier, 2015). Je suis Ariel Sharon est son troisième roman.

  • Nasser ? À peine prononce-t-on le nom de cet homme d'État, qui régna sur l'Égypte entre 1956 et 1970, que l'on recueille ce type de commentaire : un horrible dictateur, un despote, le farouche ennemi de l'Occident ! En réalité, il y a plusieurs Nasser : le militaire de 1948, à Faluja, en Palestine, où il combat en héros ; le patriote de 1952, qui met un terme à soixante-dix ans d'occupation britannique ; le nationaliste qui, en prenant le contrôle du canal de Suez, le 26 juillet 1956, fait un bras d'honneur à l'Occident. Et puis, il y a celui des nationalisations à outrance, l'inventeur des moukhabarat, la Stasi égyptienne, celui qui plonge le pays dans un indicible marasme économique, et l'homme de la guerre des Six Jours, une humiliation sans nom... En historien et romancier, j'ai voulu raconter les multiples visages du raïs qui portait la voix des arabes dans le monde entier. Sa lumière et son ombre. L'aigle égyptien et le rêve calciné. « Moi, aujourd'hui, au nom du peuple, je prends la Compagnie. Ce soir, notre canal égyptien sera dirigé par des Égyptiens ! » Gamal Abdel Nasser, 26 juillet 1956

  • Israël est un État géopolitiquement normal. Ni pacifiste ni belliciste, l´État juif attaque et se défend, fait la guerre et fait la paix, entretient et exprime des valeurs, des revendications et des représentations comme le font les autres nations.
    Contraint d´évoluer depuis sa naissance dans un environnement moyen-oriental hostile et instable, ce minuscule pays, à la fois très ancien et tout nouveau, ancre sa mémoire dans des temps longs et sa géopolitique dans de grands espaces.
    Au coeur de cette démocratie, les gouvernements changent régulièrement et avec eux les choix politiques, économiques et stratégiques, sous le contrôle étroit de puissants contre-pouvoirs.
    La géopolitique du Proche-Orient est chose trop sérieuse pour laisser des idéologues la dévoyer au profit du fantasme et de la démonisation. Avec le présent dictionnaire, premier du genre, nous tentons modestement de ramener Israël du champ du passionnel à celui du rationnel. Pour que chacun se forge - au-delà des mythes - sa propre conviction.

    Nouvelle édition mise à jour, 2011

  • À vieilles civilisations, vieilles idées reçues... L'Iran est le pays des poètes et des roses, la patrie des Mille et Une Nuits, celle de Farah Diba, de Khomeyni et de la République des mollas. C'est aussi le pays qui cherche à se doter de la « bombe islamique », celui où la condition féminine est déplorable et dont le peuple aspire à sortir de la révolution religieuse.
    Pour dépasser ces idées reçues, il faut d'abord commencer par parler de l'Iran comme d'un pays ordinaire, façonné par son histoire longue et différenciée selon les époques. Il faut aussi prendre appui sur l'observation des pratiques sociales concrètes des Iraniens et de leurs effets, parfois inattendus, sur l'avenir du pays.

  • Le crépuscule des fauves Nouv.

    Maya a disparu.
    Une course contre la montre s'engage sur le terrain pour les hackeurs du Groupe 9 qui cherchent à déjouer la conspiration des fauves.
    Les fauves, une poignée de puissants qui s'attaquent à nos libertés.
    Leur plan : créer le chaos, s'approprier toutes les richesses et régner sans limites.
    Mais qui est 9 ?

    Ce nouveau thriller de Marc Levy est la suite passionnante de l'aventure des 9 héros intrépides et attachants rencontrés dans C'est arrivé la nuit.
    9 Robins des Bois d'aujourd'hui, 9 hors la loi qui oeuvrent pour le bien au péril de leur vie.
    Un roman d'espionnage engagé qui dévoile de manière éblouissante les dérives de notre époque.

    1 autre édition :

  • Golda Meir

    Claude-Catherine Kiejman

    « Le jour où on écrira l'Histoire, on dira que c'est une femme qui a permis à l'État juif de voir le jour. » David Ben Gourion.
    Qui aurait pu imaginer un tel destin ? Née à Kiev en 1898, Golda Meir fuit avec sa famille la terreur des pogroms et trouve refuge aux États-Unis en 1906. À 23 ans, elle émigre en Palestine avec son mari et s'installe dans un kibboutz. Militante infatigable de la cause sioniste, elle signe la déclaration d'indépendance d'Israël le 14 mai 1948.
    Ministre du Travail, ministre des Affaires étrangères, secrétaire générale du Parti travailliste, elle est nommée Premier ministre en 1969, à l'âge de 71 ans.
    Femme de caractère, Golda Meir a toute sa vie répugné à se livrer. Près de quarante ans après sa mort, Claude-Catherine Kiejman enquête avec finesse sur les ressorts de cette personnalité hors du commun. On découvre alors une grande figure de l'histoire du XXe siècle.

  • La question de l'« antisémitisme à gauche » est un problème tenace et persistant. Les débats à ce sujet ont augmenté avec la diffusion croissante de l'antisionisme à l'intérieur de la gauche, et les controverses au sein du monde anglophone secouent les principaux partis, les hommes politiques et les mouvements sociaux.Bien que la droite exagère à la fois l'ampleur et la portée de ce problème, la gauche refuse catégoriquement de l'affronter alors même qu'elle est de plus en plus empêtrée dans des scandales. Ce refus est hégémonique dans la gauche, y compris celui d'entamer un processus qui déconstruirait l'intersection complexe entre l'antisionisme et l'antisémitisme réellement existants.L'identité et la présence juives perturbent constamment les catégories et les concepts de la gauche. Si celle-ci voulait vraiment s'attaquer à ces questions, elle devrait repenser non seulement les formes actuelles qu'a prises l'antisionisme, mais aussi la façon dont elle aborde l'anti-impérialisme, le nationalisme des opprimés, les politiques de l'identité, le populisme, les théories conspirationnistes et la critique du capital financier. Ce livre analyse chacun de ces différents sujets, en fournissant aux lecteurs et lectrices des exemples concrets.

  • Juin 2010 : un virus informatique du nom de Stuxnet paralyse un cinquième des centrifugeuses atomiques iraniennes et rend cet immense complexe subitement inopérant. Certains analystes affirment que cette cyber-attaque, d'origine - supposée - israélo-américaine, a retardé de plusieurs années la capacité de l'Iran à créer ses premières bombes nucléaires.
    En développant son programme, la République islamique, qui n'a jamais caché son hostilité vis-à-vis d'Israël, se heurte de plein fouet à la doctrine sécuritaire de l'Etat hébreu, qui n'acceptera jamais d'être menacé sans réagir. Dans les faits, la guerre entre ces deux puissances du Moyen-Orient a déjà commencé : course à l'armement, assassinats d'ingénieurs, virus informatiques... C'est une guerre « probatoire », une guerre invisible. Est-il encore possible de freiner ou arrêter ce face-à-face qui menace d'aboutir à un affrontement réel et généralisé ?

empty