• Milwaukee blues Nouv.

    Depuis qu'il a composé le nine one one, le gérant pakistanais de la supérette de Franklin Heights, un quartier au nord de Milwaukee, ne dort plus : ses cauchemars sont habités de visages noirs hurlant « Je ne peux plus respirer ». Jamais il n'aurait dû appeler le numéro d'urgence pour un billet de banque suspect. Mais il est trop tard, et les médias du monde entier ne cessent de lui rappeler la mort effroyable de son client de passage, étouffé par le genou d'un policier.
    Le meurtre de George Floyd en mai 2020 a inspiré à Louis-Philippe Dalembert l'écriture de cet ample et bouleversant roman. Mais c'est la vie de son héros, une figure imaginaire prénommée Emmett - comme Emmett Till, un adolescent assassiné par des racistes du Sud en 1955 -, qu'il va mettre en scène, la vie d'un gamin des ghettos noirs que son talent pour le football américain promettait à un riche avenir.
    Son ancienne institutrice et ses amis d'enfance se souviennent d'un bon petit élevé seul par une mère très pieuse, et qui filait droit, tout à sa passion pour le ballon ovale. Plus tard, son coach à l'université où il a obtenu une bourse, de même que sa fiancée de l'époque, sont frappés par le manque d'assurance de ce grand garçon timide, pourtant devenu la star du campus. Tout lui sourit, jusqu'à un accident qui l'immobilise quelques mois... Son coach, qui le traite comme un fils, lui conseille de redoubler, mais Emmett préfère tenter la Draft, la sélection par une franchise professionnelle. L'échec fait alors basculer son destin, et c'est un homme voué à collectionner les petits boulots, toujours harassé, qui des années plus tard reviendra dans sa ville natale, jusqu'au drame sur lequel s'ouvre le roman.
    La force de ce livre, c'est de brosser de façon poignante et tendre le portrait d'un homme ordinaire que sa mort terrifiante a sorti du lot. Avec la verve et l'humour qui lui sont coutumiers, l'écrivain nous le rend aimable et familier, tout en affirmant, par la voix de Ma Robinson, l'ex-gardienne de prison devenue pasteure, sa foi dans une humanité meilleure.

  • Si vous le lisez avec l'espoir de trouver dans J'irai cracher sur vos tombes quelque chose capable de mettre vos sens en feu, vous allez drôlement être déçu.
    Si vous le lisez pour y retrouver la petite musique de Vian, vous l'y trouverez. Il n'y a pas beaucoup d'écrits de Vian dont il ne suffise de lire trois lignes anonymes pour dire tout de suite : «Tiens, c'est du Vian !» Ils ne sont pas nombreux, les écrivains dont on puisse en dire autant. Ce sont généralement ces écrivains-là qui ont les lecteurs les plus fidèles, les plus passionnés, parce que, en les lisant, on les entend parler. Lire Vian, lire Léautaud, lire la correspondance de Flaubert, c'est vraiment être avec eux. Ils ne truquent pas, ils ne se déguisent pas. Ils sont tout entiers dans ce qu'ils écrivent. Ça ne se pardonne pas, ça. Vian a été condamné. Flaubert a été condamné... Delfeil de Ton.

  • Délivrances

    Toni Morrison

    Dans son onzième roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes. Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge - à autrui ou à elle-même - et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité. « Rusé, sauvage, et élégant... Toni Morrison distille des éléments de réalisme et d'hyperréalisme dans un chaos magique, tout en maintenant une atmosphère narrative séductrice et poétique, voire toxique... Une fois encore, Toni Morrison déploie une écriture courageuse et sensuelle qui fait d'elle, sans doute, la plus grande romancière contemporaine. » Lisa Shea, Elle « Toni Morrison ajoute une nouvelle pierre à l'édifice d'une oeuvre [...] au sein de laquelle elle ne cesse d'examiner, d'interroger les conflits et les changements culturels de notre époque. Délivrances est incontestablement un nouveau chef-d'oeuvre. » Jane Ciabattari, BBC

  • La femme sur le toit Nouv.

    j'ai saisi avec force la chance de vivre une foiset cette chance uniqueje la chante, je la dansedit Yu Xiuhua dans un de ses poèmes car elle est toujours comme un oiseau sur un fil, prête à s'envoler, ou à tomber. Chaque jour elle doit décider de vivre, de voir le jour se lever. Pour elle la beauté, la lumière du monde ne sont pas donnés mais à faire naître, jour après jour. Sa vie est si précaire, alors il lui faut faire preuve de volonté, de sauvagerie parfois. Ecoutons sa voix au coeur battant témoigner du bonheur de s'être posée ici, moineau tenant le bleu du ciel dans son bec.

    Yu Xiuhua élève des lapins. Elle a arrêté l'école au collège, est lourdement handicapée et elle est aujourd'hui la poétesse chinoise la plus célèbre au monde.Fille unique de deux parents ouvriers agricoles, son destin était tout tracé : émigrer vers la ville pour devenir ouvrière à l'usine de Iphones de Foxconn. Mais elle publie un jour sur son blog un court poème qui fait le buzz et signe avec un prestigieux éditeur. Elle a aujourd'hui publié quatre recueils, tous des best-sellers.

  • 2089, dans une société hyper technologique, tous les habitants de la planète sont reliés au réseau de surveillance de leur zone gouvernementale. Les territoires Inuits, pourtant, ne suivent pas la règle commune ; là, pas de surveillance, une certaine liberté et de grands espaces sauvages où l'on peut retrouver la nature et des gestes ataviques. Les gouvernements planétaires tentent désespérément de trouver une parade à cette indépendance qui a, semble-t-il, fort à voir avec les narvals, et leur sonar si particulier. La jeune chercheuse inuit Kisimiippunga vient de terminer le rite ancestral de la Première Chasse. Alors qu'elle est seule au milieu de nulle part, elle voit surgir un traîneau sur lequel elle découvre un Européen blessé. Qui est-il et que vient-il faire ici ?
    " À la fois roman d'anticipation et thriller, C'est l'Inuit qui gardera le souvenir du Blanc est une proposition de réflexion brillante et intelligente sur des thèmes aussi brûlants que la politique et ses dérives, l'écologie. On frémit tant ce futur nous semble possible. "
    Ricochet

  • Walt Longmire, le shérif du comté d'Absaroka, n'a pas pour habitude de s'éloigner de ses terres familières du Wyoming. Quand il décide d'accompagner son vieil ami Henry Standing Bear à Philadelphie, où vit sa fille Cady, il ne se doute pas que son séjour va prendre une tournure tragique. Agressée pour une raison inconnue, Cady se retrouve dans le coma, première victime d'une longue liste, et Walt doit se lancer sur la piste d'un vaste réseau de trafiquants de drogue. Commence alors une longue errance urbaine sous la surveillance d'un mystérieux Indien blanc
    Ce nouveau volet des aventures de Walt Longmire nous entraîne dans une course-poursuite haletante au coeur de la Cité de l'amour fraternel.

  • Par une froide journée de janvier une femme disparaît dans l'une de ces banlieues trop propres et trop calmes que le cinéma américain nous a révélées. Katrina, sa fille unique, croit régler avec un soin méticuleux et lucide ses comptes avec l'image d'une mère destructrice détestée en secret. Mais alors pourquoi ces rêves obsédants qui hantent ses nuits ?

  • Sous beton

    Karoline Georges

    • Alto
    • 2 Décembre 2011

    Depuis sa naissance, l'enfant est enfermé dans une minuscule cellule, au 804 du 5969e étage de l'Édifice.

    Autour de lui, que du béton, sans ouverture sur l'extérieur. Et deux présences : le père qui s'abrutit de plus en plus et la mère qui redoute l'expulsion. Immobile dans son dortoir, l'enfant est bouleversé par une transformation qui lui révélera un horizon inattendu.

    Dans une prose à la poésie implacable, Karoline Georges interroge le devenir de l'humain à travers une expérience littéraire inédite, à la frontière du récit d'anticipation et du roman d'apprentissage futuriste. Personne n'émerge indemne de Sous béton.

  • De la révolution d'octobre 1917 à 1922, la guerre civile russe fait des ravages : millions de morts, épidémies, famine, terreur et déportation. Face aux bolcheviks et aux monarchistes, une troisième force, issue du monde rural, émerge. En mars 1917, mutineries et jacqueries submergent la Russie, le tsar Nicolas II abdique, Lénine et les bolcheviks prennent le pouvoir. Ce sont les Rouges. En décembre, des généraux proscrits commencent à lutter pour le retour du régime tsariste. En un an, du Caucase à la Sibérie, ils sont des centaines de milliers sous les drapeaux de Dénikine, Koltchak ou Wrangel. Ce sont les Blancs. Face à la terreur bolchévique, bandes de pillards et paysans se révoltent à leur tour. Refusant la circonscription et la réquisition de récoltes, ils se déclarent pour la liberté du commerce et contre la dictature de la ville. Ce sont les Verts. À la lumière de documents russes inédits en français, Jean-Jacques Marie revisite le récit d'une guerre civile qui plonge la Russie dans le chaos et voit la disparition d'un monde qu'on croyait éternel.

  • Les 120 meilleurs accords mets & vins pour sublimer tous vos repas !Les 120 meilleurs accords mets & vins pour sublimer tous vos repas ! Quel vin pour accompagner ce plat ? Une question que l'on se pose tous ! Voici 120 accords traditionnels ou plus originaux pour sublimer vos plats et les accompagner du vin le plus adapté !
    Organisé très simplement par un classement alphabétique de plats / mets correspondant systématiquement à plusieurs propositions de vins adaptés (blanc, rouge, rosé, ou boisson à bulles !), cet ouvrage propose également des conseils pratiques pour choisir et servir les vins.

  • Vue du côté obscur, la Cité des Pâquerettes c'est la zone ! Il a fallu brûler dix bagnoles pour obtenir un terrain de basket, y a cinq racistes par palier, y a autant de flics que de lampadaires et les bancs publics sont squattés par de très mauvaises fréquentations...
    Si on positive, la Cité des Pâquerettes c'est les potes, les concerts improvisés dans les cages d'escaliers, les matchs de foot dans la cour du LEP, les BD gratos à la bibliothèque et le bronzage à la piscine...
    Mais les Pâquerettes, c'est avant tout la cité de Dooley, Jeff et Malika, trio black-blanc-beur qui traîne ses baskets entre les barres et les bacs à sable à la recherche d'un fou rire. Et les occasions de rigoler ne manquent pas quand il fait beau etqu'on a une dispense de gym...

  • D'abord y'a Jeff, le céfran fan de basket aux réactions imprévisibles. Il n'est pas bête, Jeff, juste un peu trop impulsif et terre-à-terre. Ensuite y'a Dooley, le black particulièrement cool. Pour lui la vie se résume aux heures de somnolence qui suivent les repas et précèdent le sommeil. Enfin y'a Malika, la jolie beurette. Elle est tonique, Malika ! Curieuse mais pas dupe, elle est le moteur de la bande, celle qui propose et qui conduit, qui fonce quand il le faut mais freine toujours à temps.
    Et puis y'a tous les autres... Le voisin de palier raciste, l'éducateur benêt, le flic frimeur, la bibliotécaire idéaliste, le dealer branché, le p'tit frère enervé. Bref, toute une cité comme il en existe beaucoup et où la vie n'est pas sidure, pour peu que l'on garde le sens de l'humour...

  • D'abord 'y a Jeff, le céfran fan de basket aux réactions imprévisibles. Il n'est pas bête, Jeff, juste un peu trop impulsif et terre à terre. Ensuite 'y a Dooley, le black particulièrement cool. Pour lui la vie se résume aux heures de somnolence qui suivent le repas et précèdent le sommeil. Enfin 'y a Malika, la jolie beurette. Elle est tonique, Malika ! Curieuse mais pas dupe, elle est le moteur de la bande, celle qui propose et qui conduit, qui fonce quand il le faut mais freine toujours à temps.
    Et puis 'y a tous les autres... Le voisin de palier raciste, l'éducateur benêt, le flic frimeur, la bibliothécaire idéaliste, le dealer branché, le p'tit frère énervé. Bref, une cité comme il en existe beaucoup, et où la vie n'est pas si dure pour peu que l'on garde le sens de l'humour...

  • Un recueil de textes inédits des grands acteurs du développement personnel qui ont fait l'histoire du Souffle d'Or. À l'occasion de ses 35 ans, Le Souffle d'Or publie un livre de référence sur le développement personnel avec la contribution d'une myriade d'auteurs historiques et hautement qualifiés. Ils reviennent ensemble sur l'histoire du développement personnel, ses enjeux et ses perspectives. 
     
    Composé de textes inédits, ce livre valorise les principales techniques et approches du développement personnel. Il constitue un parcours de formation riche et cohérent, et vient dans le même temps couronner la carrière d'Yves Michel en présentant les auteur.e.s phare qui ont jalonné son parcours d'éditeur. Cet ouvrage donne une vue globale et des références pour les acteurs actuels du développement personnel, avec une diversité de thèmes abordés: l'éducation émotionnelle, les différences par rapport aux thérapies, les processus d'individuation, l'éthique, la place du corps, le couple intérieur, le chamanisme, les constellations archétypales, la reliance, la sagesse, etc.

  • Ce roman raconte lhistoire dune femme et se fait lécho dune identité métissée dans une Polynésie violente, doucement douloureuse, mais férocement poétique. Le personnage principal porte plusieurs noms, Victoria, côté papaa, et Aiu, côté tahitien comme le livre a reçu plusieurs titres. «Elles» sont celles qui ont construit cette vie, Chantal Spitz, lauteure leur offre une existence, et son titre souligne limportance de ces femmes : grand-mère, mère, grands tantes et enfin la plus humble, servante et mère nourricière. Ce livre est aussi «Terre denfance» car Victoria-Aiu, comme peut-être Chantal Spitz, porte à jamais en elle le monde polynésien et lenfance, source de douleurs et de mots, qui façonne le chemin jusquau terme de la vie. Avec ses tendresses et ses bonheurs, ses histoires et ses larmes, ses peurs et ses rêves, ses chagrins et ses colères, ses rencontres et ses fardeaux. «À deux encres», lécriture métisse est alors un cri, une errance, une fureur qui transperce la terre, le lien aux ancêtres, les refus, celui de lautre, comme celui dêtre refusé par lautre. Somptueuse, elle sempare des mots français et tahitiens pour les nouer, romance le flux du discours du orero, poétise la prose, se joue des néologismes et apporte sa version polynésienne de la construction du verbe français.

  • Malika a compris comment vivre sans se prendre la tête avec ses deux potes, Jeff, un céfran fan de basket aux réactions imprévisibles, et Dooley, un black particulièrement cool. Malika est le moteur de la bande, c'est elle qui propose et qui conduit, qui fonce quand il le faut mais freine toujours à temps. Tous ensemble, et avec le voisin de palier raciste, l'éducateur benêt, le flic frimeur, la bibliothécaire idéaliste, le dealer branché, ou le p'tit frère énervé, ils vivent dans une cité comme il en existe beaucoup, et où la vie n'est pas si dure pour peu que l'on garde le sens de l'humour...
    Dans son nouvel album, Malika fait preuve de civisme en s'achetant un casque pour rouler en scooter, se lance dans une carrière de mannequin, délire au karaoké du quartier, et ses potes Jeff et Dooley commencent à réfléchir à leur avenir... Mais ce n'est pas pour autant qu'ils sont sur la voie de la sagesse... Les gaffes et quiproquos sont toujours au rendez-vous de l'irrésistible trio !

  • Malika secouss t.7

    Téhem

    Malika a compris comment vivre sans se prendre la tête avec ses deux potes, Jeff, un céfran fan de basket aux réactions imprévisibles, et Dooley, un black particulièrement cool. Malika est le moteur de la bande, c'est elle qui propose et qui conduit, qui fonce quand il le faut mais freine toujours à temps. Tous ensemble, et avec le voisin de palier raciste, l'éducateur benêt, le flic frimeur, la bibliothécaire idéaliste, le dealer branché, ou le p'tit frère énervé, ils vivent dans une cité comme il en existe beaucoup, et où la vie n'est pas si dure pour peu que l'on garde le sens de l'humour Dans son nouvel album, Malika et ses deux copains enchaînent les petits boulots pour mettre un peu d'argent de côté et espérer un quotidien un peu moins galère. Ils vont même jusqu'à tester des médicaments Mais leur meilleure idée est la création de l'entreprise « S.O.S. Bêtises Domestiques » avec laquelle ils viennent réparer les bêtises des enfants avant le retour des parents Seul petit souci de taille quand ils repartent, ils ont souvent déclenché plus de catastrophes qu'ils n'en ont arrangées... Mais en déclenchant aussi les rires de tous les lecteurs !

  • Mektoub

    Serge Lamothe

    • Alto
    • 27 Septembre 2016

    Mektoub! C'était écrit!

    Cette expression, qui évoque la fatalité, résume à elle seule un éternel débat : notre destinée échappe-t-elle à notre volonté ou disposons-nous d'un libre arbitre qui nous permet de l'infléchir?

    Le 31 juillet 1976, à Montréal, le dernier accident d'une série de sept va déterminer le destin d'un homme et d'une femme qui, toute leur vie durant, tenteront de donner un sens à cet événement.

    Avec la verve qu'on lui connaît, Serge Lamothe (Tarquimpol, Les enfants lumière) se joue des frontières du vraisemblable afin d'éclairer notre humanité et nous entraîne dans la quête émouvante de deux êtres qui se savent destinés l'un à l'autre.

  • Nous avons voulu sauver, dans ce qui nous entoure, une chose par jour, image, parole ou oiseau, et l'épingler sur le papier avant qu'elle ne s'évanouisse. C'est ainsi que nous avons cueilli au fil de deux saisons, tantôt dans la pénombre et tantôt dans la grisaille, une petite lumière qui scintille?: phare, étoile ou mouche à feu, l'oeil d'un grand héron, la nacre d'un coquillage, les paillettes sur la jupe d'une fillette de quatre-ans-bientôt-cinq pour qui le monde entier est encore brillant comme un sou neuf. Cet ouvrage est un répertoire de miracles fragiles et minuscules que nous avons choisi de garder comme on conserve les fleurs entre les pages d'un livre pour pouvoir continuer à les admirer en hiver - une manière d'antidote au cynisme, à l'absurde, au découragement qui nous assaillent du dedans comme du dehors. Un tout petit acte de résistance.

  • Enfin un guide d'achat des vins à la portée de tous ! Guide Hachette des vins, Parker, Dussert Gerber, etc. : le point commun entre tous ces guides ? Ils s'adressent aux amateurs invétérés, aux connaisseurs. Pour les autres, la plupart d'entre nous, c'est toujours le même casse-tête : quelle bouteille choisir au supermarché ? quel vin servir à ses invités ? quelle bouteille offrir ? Comment bien choisir une bouteille au restaurant ? Pour la première fois, un guide d'achat des vins est conçu pour les non-initiés ! - Les vignerons sont classés en fonction de leur intérêt pour le néophyte, et non des grands classements pour initiés : les régions phares pour les néophytes, les surprises à découvrir, les classiques- Quels vins acheter aujourd'hui : sélection précise des crus basée sur les meilleures affaires des années encore largement disponibles dans les hypermarchés, dans les magasins spécialisés et les Foires aux vins 2011- Les meilleurs vins étrangers disponibles en France- Un guide humain, à travers les portraits des meilleurs vignerons de France.
    Un livre en partenariat avec le groupe Marie-Claire et sa publication de référence : La Revue du vin de France

  • 1652 : trois navires de la Compagnie générale des Indes orientales mouillent au Cap. Commence alors l'histoire tragique de la prise de possession de cette terre. De la conquête de la culture orale noire par l'écriture blanche, de la dépossession matérielle des tribus noires réduites en esclavage à l'exclusion des métis, elle aboutira à l'enfermement légalisé par un arsenal de lois fondatrices de l'apartheid en 1949. Se basant sur les méthodes de l'anthropologie historique, Dominique Lanni retrace les étapes de cette aventure dramatique en lui rendant toute la saveur du récit. Il célèbre la naissance d'une nation arc-en-ciel composée de blancs, noirs, métis, Indiens après l'abrogation de l'apartheid en 1994, sans dissimuler la difficulté de « bâtir une nation alors que des barrières ethniques, culturelles, identitaires, linguistiques ont été érigées et maintenues tant d'années ». Un livre indispensable pour la compréhension des enjeux actuels de la vie politique sud-africaine et, au-delà, pour la cohabitation d'hommes aux trajectoires différentes.

  • Malika Secouss traîne ses baskets avec ses deux meilleurs potes, Jeff et Dooley, au beau milieu d'une banlieue ordinaire. Dans les supermarchés, dans les cages d'escalier, sur les terrains de sport... La débrouillardise devient un mode de vie. Ne jamais perdre sa bonne humeur, continuer à kiffer sur les mêmes trucs cool, passer le temps en essayant d'améliorer le quotidien... Malika a compris comment vivre sans se prendre la tête. Jeff est un céfran fan de basket aux réactions imprévisibles, et Dooley un black particulièrement cool. Malika est le moteur de la bande, c'est elle qui propose et qui conduit, qui fonce quand il le faut mais freine toujours à temps.
    Tous ensemble, et avec le voisin de palier raciste, l'éducateur benêt, le flic frimeur, la bibliothécaire idéaliste, le dealer branché, ou le p'tit frère énervé, ils vivent dans une cité comme il en existe beaucoup, et où la vie n'est pas si dure pour peu que l'on garde le sens de l'humour...
    Malika Secouss fait l'objet de nombreuses publications en magazine : "L'Illustré" (premier magazine hebdomadaire d'actualité suisse), "La Charente Libre", "L'Hebdo des juniors", et "Le Journal de l'Ile" (de la Réunion). Et vous retrouverez bientôt Malika Secouss à la télévision dans une série de dessins animés produite par Ellipse (qui vient d'achever la production de "Corto Maltese").

  • Malika secouss t.9

    Téhem

    Un récit complet pour une charge en règle contre les pipoles et la télé-réalité ! Quand Malika s'énerve, ça fait mal. Mais ça fait bien marrer aussi...Pour une fois que des stars viennent en boîte en banlieue, pas question pour la banlieue de rester bloquée à l'entrée ! Alors Malika et ses potes débarquent en force, parce que les pipoles, ça le vaut bien ! Le problème c'est que la nuit, dans la banlieue de Malika, traînent des gens plutôt louches. Genre les fachos de la Horde urbaine. Ou encore les Ninjas équitables, une mystérieuse organisation écologiste. Alors, quand en plus la pluie s'en mêle, tout dérape ! Courant se réfugier dans un étrange hall d'immeuble... sans immeuble, en compagnie de trois chanteurs stars mais ringards, Malika, Jeff et Dooley ignorent qu'ils s'apprêtent à vivre une drôle d'aventure sous le signe de la variet' qui casse les oreilles, de la télé-réalité qui brise les neurones, et du rire qui emporte tout sur son passage ! Entre « tordant » et « mordant », il n'y a jamais qu'une lettre de différence... Ce qu'illustre à merveille le nouveau Malika Secouss, un récit complet bourré d'humour, mais qui n'oublie pas d'être une charge en règle contre la pipolisation télévisuelle bling bling. De quoi regarder, pour une fois, certaines émissions navrantes les yeux ouverts...

  • Atteint d'un cancer de la prostate, le narrateur doit subir une intervention chirurgicale qui va mettre en jeu, fût-ce provisoirement, son pénis et sa virilité. Le chirurgien s'appelle...Casanova ! Dès lors, la piste du libertin de Venise est un fil rouge qui nourrit une interrogation sur l'instinct de vie, le spectre de la mort, et la place qu'y occupe la sexualité. Au sortir de cette épreuve, le narrateur éprouve le besoin de prendre un peu de distance avec le monde occidental dans lequel il s'est formé, pour aller chercher d'autres perspectives dans un ailleurs qui revêt essentiellement le nom d' "Afrique". Où se trouvent le Bien, le Mal ? Est-on si sûr d'en détenir les clés ? L'équilibre fugace de la "balance des blancs" se heurte à la question de la domination, de l'exploitation, et de l'aliénation.
    À partir d'un événement de sa vie personnelle, Jacques Henric reconsidère une certaine histoire occidentale, et trouve dans l'art et la littérature quelques modèles de rupture qui, en leur temps, ont fui eux aussi leurs origines : Melville, Rimbaud, Segalen, Gauguin... Mais bien d'autres auteurs (de Joyce à Catherine Millet, de Leiris à Quignard, etc.) accompagnent cette réflexion sur le vacillement des certitudes et des évidences.

empty