• - 33%

    Vendu à plusieurs millions d'exemplaires dans le monde, sans cesse réédité depuis sa première parution et plusieurs fois adapté au cinéma, La Planète des singes, le chef-d'oeuvre de Pierre Boulle, est l'un des plus grands classiques de la science-fiction et du roman d'aventures. Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C'est la question que se posent les trois passagers d'un vaisseau spatial survolant une planète proche de Bételgeuse : on y aperçoit des villes, des routes curieusement semblables à celles de notre Terre. Après s'y être posés, les voyageurs découvrent que cette planète est habitée par des singes qui vont les capturer et les soumettre à diverses expériences. Il leur faudra, devant ces singes, faire la preuve de leur humanité...

  • Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin ou l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable ou surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre..

  • Le chagrin

    Lionel Duroy

    • Julliard
    • 30 Septembre 2010

    " À l'origine de ma venue au monde, de notre venue au monde à tous les onze, il y a l'amour que se sont déclaré nos parents. Toutes les souffrances qu'ils se sont infl igées par la suite, toutes les horreurs dont nous avons été les témoins, ne peuvent effacer les mots tendres qu'ils ont échangés durant l'hiver 1944. "
    De l'Occupation jusqu'à nos jours en passant par la guerre d'Algérie et Mai 68, des avenues chics de Neuilly aux cités dortoirs de Rueil, Lionel Duroy retrace l'itinéraire chaotique d'un enfant, puis d'un homme, pris au piège d'une odyssée familiale désastreuse. Un roman poignant qui fouille les mentalités françaises des cinquante dernières années.
    " De livre en livre, Lionel Duroy interroge l'intime. Pour atteindre, dans la mise en mots d'une histoire personnelle, l'essence même de son regard sur la vie, sans fard. Magistral ! " Philippe-Jean Catinchi, Le Monde

    Prix François-Mauriac 2010
    Prix Pagnol du roman d'enfance 2010
    Prix Marie-Claire du roman d'émotion 2010
    Prix des lecteurs de la ville de Brive 2010

  • Marianne, vingt ans. Les miradors comme unique perspective, les barreaux pour seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière. Une vie entière à écouter les grilles s'ouvrir puis se refermer. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l'univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les coups, les humiliations. Aucun espoir de fuir cet enfer. Ou seulement dans ses rêves les plus fous. Elle qui s'évade parfois, grâce à la drogue, aux livres, au bruit des trains. Grâce à l'amitié et à la passion qui l'atteignent en plein coeur de l'enfermement. Pourtant, un jour, l'inimaginable se produit. Une porte s'ouvre. On lui propose une libération... conditionnelle. " La liberté Marianne, tu dois en rêver chaque jour, chaque minute, non ? " Oui. Mais le prix à payer est terrifiant. Pour elle qui n'aspire qu'à la rédemption...

  • Après le succès du Montespan, Jean Teulé retrace, avec l'humour noir et l'esprit décalé dont il a le secret, un événement historique extraordinaire et méconnu...
    Nul n'est à l'abri de l'abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C'est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte acheter une génisse pour une voisine indigente et trouver un couvreur pour réparer le toit de la grange d'un voisin sans ressources. Il veut également profiter de l'occasion pour promouvoir son projet d'assainissement des marais de la région. Il arrive à quatorze heures à l'entrée de la foire. Deux heures plus tard, la foule devenue folle l'aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé. Comment une telle horreur est-elle possible ? Comment une population paisible (certes angoissée par la guerre contre l'Allemagne et sous la menace d'une sécheresse exceptionnelle) peut-elle être saisie en quelques minutes par une telle frénésie barbare ? Au prétexte d'une phrase mal comprise et d'une accusation d'espionnage totalement infondée, six cents personnes tout à fait ordinaires vont pendant deux heures se livrer aux pires atrocités. Rares sont celles qui tenteront de s'interposer. Le curé et quelques amis du jeune homme s'efforceront d'arracher la malheureuse victime des mains de ces furieux et seule Anna, une jeune fille amoureuse, risquera sa vie pour le sauver. Incapable de condamner six cents personnes d'un coup, la justice ne poursuivra qu'une vingtaine de meneurs. Quatre seront condamnés à mort, les autres seront envoyés aux travaux forcés. Au lendemain de ce crime abominable, les participants hébétés n'auront qu'une seule réponse : " Je ne sais pas ce qui m'a pris. " Avec une précision redoutable, Jean Teulé a reconstitué chaque étape de cet atroce chemin de croix qui constitue l'une des anecdotes les plus honteuses de l'Histoire du XIXe siècle en France.

  • Le confident

    Hélène Grémillon

    1975. Après la mort de sa mère, Camille reçoit une lettre d'un expéditeur inconnu. Puis, chaque semaine, de nouvelles lettres arrivent lui racontant une histoire débutée plus de trente ans auparavant, à l'aube de la guerre, jusqu'à la révélation d'un terrible secret qui la concerne.
    Au milieu des mots de condoléances qu'elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psychologique dans un scénario implacable.Hélène Grémillon a 32 ans. Le Confident est son premier roman.

  • Méfiez-vous, le Syndrome E est certainement en vous... Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle...
    Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses deux adorables jumelles.
    Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié...
    Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie.
    Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier.
    Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années cinquante, les deux nouveaux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d'une réalité effrayante et qui révèle que nous pourrions tous commettre le pire.
    Car aujourd'hui, ceux qui ne connaissent pas le syndrome E, ne savent pas encore de quoi ils sont capables...

  • Gataca

    Franck Thilliez

    Quel lien entre onze psychopathes gauchers et l'homme de Cro-Magnon ? Alors que Lucie Henebelle peine à se remettre de ses traumatismes, l'ex-commissaire Sharko se voit relégué à des enquêtes de seconde zone. Telle la découverte du corps de cette jeune scientifique, battue à mort par un grand singe. À nouveau réunis pour le pire, les deux flics plongent aux origines de la violence, là où le génome humain détermine son avenir : l'extinction. Bienvenue à GATACA...

  • Ce "dictionnaire amoureux des chats" est un libre vagabondage rieur, savant mais surtout passionné, truffé de mille anecdotes dans l'univers enchanté des félins.
    " Dans l'arbitraire enchanté de mon amour des chats, je n'ai voulu négliger aucune discipline. Ni aucun aveu. J'ai tenu à évoquer les chats dont j'ai eu l'honneur de partager la vie. Je me suis efforcé de n'oublier aucun des livres que j'ai aimés et où les chats ont joué un rôle à mes yeux prépondérants. Cinéphile, j'ai resongé bien sûr aux films où les matous jouaient les stars ou les rôles de composition... Mais n'insistons pas ! J'aimerais que le lecteur ouvre, s'il le désire, ce livre un peu au hasard, pour aller de surprises en surprises, de portraits en anecdotes. Qu'il soit complice en somme de cette promenade dans un domaine qui relève aussi de la plus haute civilisation ? car l'homme, en un sens, s'est vraiment civilisé quand il a accepté le chat à ses côtés, tel un libre compagnon, un associé, et non pas un animal domestique ou domestiqué, ce que celui-ci n'a jamais voulu être... " F.V.

  • Charly 9

    Jean Teulé

    Charles IX fut de tous nos rois de France l'un des plus calamiteux. À 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint- Barthélemy, qui épouvanta l'Europe entière. Abasourdi par l'énormité de son crime, il sombra dans la folie. Courant le lapin et le cerf dans les salles du Louvre, fabriquant de la fausse monnaie pour remplir les caisses désespérément vides du royaume, il accumula les initiatives désastreuses. Transpirant le sang par tous les pores de son pauvre corps décharné, Charles IX mourut à 23 ans, haï de tous. Pourtant, il avait un bon fond.

  • Grandir

    Sophie Fontanel

    L'histoire de l'amour d'une jeune fille pour sa mère.
    Quand l'auteur parle de grandir, elle parle d'elle-même. Sa mère est dépendante d'elle. Il arrive que cette mère soit absente et parfois, au contraire, ses paroles et sa présence sont justes, drôles et imprévisibles. Et durant toute cette période, l'amour qu'elle a donné à sa fille lui est rendu comme on voudrait qu'il le soit toujours.Chaque morceau de la vie d'une vieille dame vulnérable est raconté : un jeune médecin, l'appétit, les vacances, un aide-soignant, les petits-enfants, des mains très douces, des souvenirs, l'Arménie, une amie d'enfance. À la page qui suit, on voit sa fille : une cavale, une vie à gagner, un défilé de mode, des articles à écrire, des dîners décommandés, la ville à traverser quand sa mère est tombée, les infirmières de jour et celles de nuit, les douceurs. Avec des phrases très simples : " Elle a fait de mon enfance une vraie enfance, je peux bien lui rendre à présent ", et qui vous serrent le coeur. Ou bien des dialogues : " Ouh là, ne prie pas pour moi, hein ? " J'ai demandé pourquoi. Elle a dit : " Ne va pas me faire repérer. "Le miracle du livre : parce que sa mère est devenue son enfant, l'auteur grandit. Elle a eu cette grâce et elle pense : " D'où me vient tout cet amour ? "

  • Mercredi 23 juillet,Il fait froid comme en plein hiver. C'est ce froid qui saisit Arthur en premier, lorsqu'il descend sur le quai de la petite gare de Voncq. C'est ce froid qui le glace jusqu'aux os, qui fait courir le long de son échine des frissons qui le désarticulent. Il est vrai qu'il a perdu l'habitude des étés français: voilà trop d'années que ses saisons à lui sont torrides, blanches et sèches. Mais il y a plus: dans ce monde à l'écart du monde, il est indéniable que tout semble plus ténébreux, plus humide. La lumière est sale et les ciels sont lourds. Des obscurités cavalent sur les flancs des collines, s'installent au creux des vallées. Même le fleuve est noir. L'été, ça n'existe pas. Le soleil, ça n'existe pas. Il n'y a que la pluie, le plus souvent, et une sorte de grisaille sur tout. Les peupliers plient sous le vent. Arthur s'avance comme un spectre au milieu de ce théâtre d'ombres.Je l'attends au bord des rails, je tends mon cou pour l'apercevoir, je me suis composé un sourire, je crois que ce sourire me défigure quand je finis par reconnaître sa silhouette. Je vois le corps morcelé, soutenu par des béquilles, j'imagine le calvaire qu'a dû représenter son voyage depuis Marseille dans des trains de fortune. Je cours à sa rencontre. Je conserve le faux sourire, les yeux qui brillent.J'embrasse son visage de mes deux mains. Ses bras restent accrochés aux béquilles. Nous n'échangeons pas un mot.Plus tard, j'aide le préposé aux bagages à charger ses valises dans notre carriole. Arthur se tient derrière moi, en retrait, grimaçant je le sais sans le voir. Je tente de lui dissimuler mon affolement. Lui demeure plutôt calme au milieu du désordre, de l'agitation. Moi, je lutte pour ne pas m'évanouir. Quand il s'agit de le hisser dans notre véhicule, le jeune homme de la gare fait appel à du renfort. C'est trop pour lui seul.Arthur croyait avoir tout oublié mais tout lui revient "en une seule seconde", m'assure-t-il. Dans le soir, il reconnaît les façades des maisons rongées par le lierre, les murs dressés comme des remparts, les toits identiques à l'infini, et au-delà de l'enceinte de la cité, la forêt où il s'est si souvent perdu et où planent les fantômes de son passé.

  • "On m'a souvent demandé ce que devenait Vincent. Moi-même, plus d'une fois, je me suis dit : quels chemins a-t-il empruntés, cet amoureux brutalement rendu à la solitude ? J'ai fini par trouver une réponse." Ph. B. À la dernière page d'En l'absence des hommes, son tout premier roman publié en 2001, Philippe Besson laissait Vincent, son très jeune héros, dévasté par la mort de l'être aimé et résolu à rejoindre des contrées lointaines. Sept ans plus tard, Vincent revient en France après avoir erré du Moyen-Orient jusqu'en Amérique. Il ne reconnaît rien du Paris qu'il a connu. Le hasard le met en présence d'un jeune homme talentueux, brillant, charismatique qui l'entraîne dans les milieux intellectuels parisiens et les folles nuits de Montparnasse. Mais la malédiction n'est jamais loin. Ces enfants du siècle auront-ils le temps de grandir ? Ce beau livre, à la fois grave et lumineux, est un chant d'amour déchirant à la gloire des disparus. Il dit aussi, en des jours incertains, l'espoir d'un renouveau.

  • Le voleur d'ombres

    Marc Levy

    Et si l'enfant que vous étiez rencontrait l'adulte que vous êtes devenu... " - Maintenant, assieds-toi, il faut que l'on parle, a dit l'ombre. Je me suis assis en tailleur sur le sol. - Tu as un pouvoir très rare, il faut que tu acceptes de t'en servir, même s'il te fait peur. - Pour quoi faire ? - Trouve pour ceux dont tu dérobes l'ombre cette petite lumière qui éclairera leur vie, un morceau de leur mémoire cachée, c'est tout ce que nous te demandons. - Nous ? - Nous, les ombres, souffla celle à qui je m'adressais. J'ai souri, je comprenais très bien de quoi elle parlait. " Drôle et tendre, Le Voleur d'ombres est le onzième roman de Marc Levy.

  • L'amour de la France est le coeur battant de notre Histoire nationale.
    " J'aime l'histoire de France, cette immense forêt. Voilà plus de cinquante années que je la parcours. Je connais les massifs qui la composent et les essences diverses qui la peuplent. Chaque lettre est comme un massif forestier, chaque fait ou personnage retenu, est un arbre. Je n'ai pas choisi systématiquement les plus connus. Au contraire, j'ai voulu qu'on découvre des frondaisons oubliées, des troncs trop vite abattus et auxquels il faut rendre leur place, leur grandeur, leurs racines. On pourra donc s'étonner, là, de se trouver face à face avec un personnage que chacun croit connaître, et là, tout à coup, de se heurter à un inconnu ou d'être enveloppé par l'ombre d'une vaste ramure. Mais cette diversité rassemblée dans une même et indestructible forêt, c'est cette France dont je suis amoureux, que je ne me lasse pas de contempler et de parcourir. "MG

  • En cette année 1916 où la guerre dévore chaque jour sa ration de chair humaine, les survivants n'ont d'autres ressources que d'offrir leur corps en sursis à la douceur du désir et à la violence des étreintes.Vincent, le narrateur, est un très jeune homme particulièrement beau et intelligent. Il découvre la passion dans les bras d'Arthur, un jeune soldat qui tente d'échapper pour quelques jours à l'horreur des tranchées ; et dans le même moment, il noue une amitié amoureuse avec Marcel Proust que la séduction de cet adolescent trouble.Une correspondance s'établit alors entre les trois protagonistes : des lettres d'amour déchirantes entre Vincent et Arthur, qui devine que la guerre va le broyer, et des lettres troublantes entre Vincent et Marcel Proust, qui tente d'éclairer le jeune homme sur les dangers terribles que sa sexualité va lui faire courir.La dernière partie de ce roman impudique et violent est consacrée à la confession de la mère d'Arthur. Cette femme effacée a toujours travaillé chez les parents de Vincent et c'est à lui qu'elle décide de révéler le secret qui l'oppresse.http://www.philippebesson.comPrix Emmanuel-Roblès 2001Prix premier roman de Culture et bibliothèques pour tous de la Sarthe 2001

  • Une histoire simple et déchirante par l'auteur de "En l'absence des hommes".
    Thomas meurt. Thomas accepte de mourir. C'est ici, dans la maison de Saint-Clément, la maison de l'enfance, qu'il choisit d'attendre de mourir. Je suis auprès de lui. C'est encore l'été. J'ignorais qu'on pouvait mourir en été.Je croyais que la mort survenait toujours en hiver, qu'il lui fallait le froid, la grisaille, une sorte de désolation, que c'est seulement ainsi qu'elle pouvait se sentir sur son terrain. Je découvre qu'elle peut tout aussi bien exercer sa besogne en plein soleil, en pleine lumière. Je songe que Thomas l'accueillera en pleine lumière."Un jour, Thomas apprend qu'il est gravement malade et qu'il va probablement mourir. La nouvelle touche en plein coeur ce jeune homme si vivant, si amoureux. Comment supporter une telle épreuve? Lucas, son frère va l'accompagner pendant ces quelques mois. Ils iront se réfugier dans la maison d'enfance, la maison blanche de l'île de Ré. Non pas pour attendre la mort mais pour vivre intensément chacune des heures qui leur est donnée.On retrouve dans ce nouveau roman les qualités de "En l'absence des hommes", premier roman très remarqué de Philippe Besson paru en janvier 2001."Son frère" a été adapté par Patrice Chéreau, avec Eric Caravaca et Bruno Todescini. Le film sera diffusé sur Arte au printemps 2003, puis sortira en salle. Il a reçu l'Ours d'argent du Festival du film de Berlin (la Berlinale).www.philippebesson.com

  • À Fonteyne, leur magnifique propriété familiale, les Laverzac se réunissent deux fois l''an autour d'Aurélien, le patriarche qui règne en maître incontesté. Mais, cet été-là, sous l'apparaente euphorie des retrouvailles, couvent des orages bien plus dévastateurs que ceux qui s'abattent sur les vignes... L'avenir de Fonteyne est en jeu et Aurélien, qui y a consacré sa vie, veut envers set contre tout préserver l'intégrité de son domaine en assurant sa succession. Seul Juillet, le plus jeune des quatre fils, adopté trente ans plus tôt, semble à la hauteur de ses espérances. Séducteur-né, excellent gérant et amoureux de la terre, Juillet possède toutes les qualités pour diriger à lui seul l'imposant domaine. Mais pourquoi serait-ce le "bâtard" qui hériterait de cette fortune colossale ? Les rumeurs vont bon train dans le vignoble bordelais. Et Alexandre, le seul fils à être resté à Cognac, ne peut tolérer cet affront.
    Inexorablement, les passions vont se déchaîner, nourries par les rivalités entre les frères, les jalousies des femmes, les exigences de la terre et la subtile hiérarchie de cette société provinciale où seuls comptent les vendanges et le prochain millésime.
    Au milieu des tempêtes et des drames, ce sera au seul Juillet d'affronter les fantômes du passé, et de aire la lumière sur sa propre histoire d'enfant trouvé.
    En réunissant les deux titres, Les Vendanges de Juillet et Juillet en hiver, Françoise Bourdin explore, grâce à une intrigue foisonnante implantée au coeur des vignes du Sud-Ouest, les déchirures familiales qui menacent l'avenir du domaine.

  • Pour se consacrer à son époux, Mathieu, un grand patron en cardiologie, et à ses deux enfants, Valérie a renoncé à une prometteuse carrière de médecin. A Rouen, elle mène l'existence dorée d'une femme de notable, jusqu'au jour où elle découvre qu'elle est une femme trompée.
    Bravant la fureur de son mari, elle quitte le domicile conjugal avec ses enfants et entame une procédure de divorce. Mais, à trente-sept ans, retrouver une indépendance matérielle et reconstruire une vie affective tout en préservant ses enfants est un parcours douloureux et semé d'embûches. S'imposer à nouveau dans le milieu médical en reprenant ses études devient alors pour Valérie un véritable défi. D'autant que Mathieu, qui ne supporte pas d'avoir été éconduit, va tout faire pour reconquérir sa femme et l'empêcher de réintégrer l'hôpital.
    Malgré l'aide orécieuse de Ludovic, un brillant et séduisant avocat, Valérie obtiendra-t-elle enfin le droit de regagner sa liberté?

  • Qu'est-ce que la vie et d'où vient-elle ? Comment fonctionne l'univers ? Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ? Des mathématiciens aux philosophes grecs, à Einstein et à la théorie des quanta, en passant par Newton et Darwin, voilà déjà trois mille ans que les hommes s'efforcent de répondre à ces questions.
    L'histoire s'est accélérée depuis trois ou quatre siècles. Nous sommes entrés dans l'âge moderne et postmoderne. La science, la technique, les chiffres ont conquis la planète. Il semble que la raison l'ait emporté. Elle a permis aux hommes de remplacer les dieux à la tête des affaires du monde.
    Où en sommes-nous aujourd'hui ? Dieu est-il à reléguer au musée des gloires étrangères et des puissances déchues ? La vie a-t-elle un sens ou est-elle une parenthèse entre deux néants ? Est-il permis d'espérer quoi que ce soit au-delà de la mort ?
    Avec les mots les plus simples et les plus clairs, avec une rigueur mêlée de gaieté, Jean d'Ormesson aborde de façon neuve ces problèmes de toujours et raconte au lecteur le roman fabuleux de l'univers et des hommes.

  • Daphné est restée très attachée à sa belle-famille, qu'elle retrouve régulièrement le week-end au domaine de La Jouve, près de Montpellier, malgré les souvenirs douloureux que cet endroit fait naître en elle. C'est là que son mari Ivan, le fils cadet du clan Bréchignac, a trouvé la mort lors d'une violente dispute avec son père, un sculpteur de renom.
    Huit années ont passé, mais un mystère demeure quant aux circonstances de ce tragique accident, créant de lourdes tensions au sein de la famille. De son côté, Daphné doit faire face à de sérieux problèmes financiers. Elle se confie à Dimitri, le frère aîné d'Ivan, en qui elle a toujours trouvé un ami et confident. Ce dernier lui propose spontanément de l'aider, malgré son activité très prenante de créateur de parfums. Lorsqu'ils se découvrent une attirance l'un pour l'autre, Daphné est troublée. Peut-elle encore aimer ? Dimitri, lui, s'interroge toujours sur les non-dits qui planent autour de la mort de son frère. Pourquoi leur père déserte-t-il de plus en plus souvent La Jouve ? Aurait-il des raisons de se sentir coupable ?

  • À la mort de son grand-père, Alexander Leander, comte de Donagh, devient l'unique héritier de l'immense fortune familiale. À 35 ans, il est un aristocrate accompli et l'un des avocats d'affaires les plus recherchés de la City. Tandis que son idylle avec Dimitri, danseur étoile, nourrit les pages people des magazines, Alexander s'éprend en secret de Mark, son jeune associé. Mark forme un couple heureux avec la douce Joyce. Pourquoi céderait-il à un improbable coup de coeur ?
    À travers les confessions de Dimitri, de Joyce et de Mark se dévoilent la personnalité complexe d'Alexander et les ressorts de la passion qu'il éprouve pour ce dernier. Jusqu'à ce qu'Alexander décide de réunir ses proches à Noël, afin de faire entendre sa propre voix...
    Dans ce roman polyphonique aux frontières de l'intime, Françoise Bourdin explore tous les points de vue de la passion amoureuse dans un décor londonien moderne et foisonnant.

  • Dans le plus grand hôpital d'Édimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur la maladie d'Alzheimer. Avec une jeune généticienne, Jenni Cooper, il a découvert l'une des clefs de ce mal qui progresse de plus en plus vite, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes. Leurs conclusions sont aussi perturbantes qu'effrayantes : si ce fléau l'emporte, tout ce qui fait de nous des êtres humains disparaîtra.
    C'est le début d'une guerre silencieuse dont Kinross et Cooper ne sont pas les seuls à entrevoir les enjeux. Partout sur la Terre, face au plus grand danger que notre espèce ait connu, face à ceux qui veulent contrôler le monde et les vies, l'ultime course contre la montre a commencé...

  • Passionnante saga d'une famille de grand bourgeois parisiens malmenée par les soubresauts de l'Histoire et déchirée par les rivalités et la soif de vengeance, Le Secret de Clara est aussi l'inoubliable portrait d'une femme hors du commun. Une nuit de 1945, à Vallongue, la propriété provençale des Morvan, un coup de feu arrache Clara Morvan du sommeil.
    Pour elle, la mort d'Édouard, son fils aîné, est plus un choc qu'une surprise. Mais, de ses soupçons, personne ne saura rien. Parce qu'il est des secrets qu'il vaut mieux enfouir avec les morts pour préserver les vivants. Ses cinq petits-enfants bien sûr, mais aussi son second fils, Charles, dévasté par la disparition à Ravensbrück de Judith, son épouse adorée, et de leur fille de six ans. La devise de Clara, c'est "La famille avant tout."
    Tandis que Charles se mure dans une douleur que rien ne peut apaiser, Clara, en femme de tête et de coeur, réorganise la vie du clan. Entre l'hôtel particulier parisien et la proprité familiale en Provence, les cinq cousins grandissent, unis comme les doigts de la main. Et quand de nouveaux scandales viendront secouer la jeune génération, Clara, prête à tout pour sauver le bonheur des siens, rejettera sans hésiter le carcan des conventions. Cependant, loin de soupçonner dans quelle insoutenable vérité s'enracine son lourd secret, elle ne pourra prévenir le drame qu'elle redoutait tant...

empty