• Le crépuscule des fauves Nouv.

    Maya a disparu.
    Une course contre la montre s'engage sur le terrain pour les hackeurs du Groupe 9 qui cherchent à déjouer la conspiration des fauves.
    Les fauves, une poignée de puissants qui s'attaquent à nos libertés.
    Leur plan : créer le chaos, s'approprier toutes les richesses et régner sans limites.
    Mais qui est 9 ?

    Ce nouveau thriller de Marc Levy est la suite passionnante de l'aventure des 9 héros intrépides et attachants rencontrés dans C'est arrivé la nuit.
    9 Robins des Bois d'aujourd'hui, 9 hors la loi qui oeuvrent pour le bien au péril de leur vie.
    Un roman d'espionnage engagé qui dévoile de manière éblouissante les dérives de notre époque.

    1 autre édition :

  • C'est arrivé la nuit

    Marc Levy

    • Lizzie
    • 29 Septembre 2020

    Ils sont hors-la-loi Mais ils oeuvrent pour le bien Ils sont amis et partagent leurs secrets Pourtant ils ne se sont jamais rencontrés Jusqu'au jour où... ***C'est arrivé la nuit Le premier tome de la série 9. " Depuis vingt ans, j'écris pour voir le monde en couleurs...
    Pour me calmer aussi.
    À quoi sert d'être écrivain, si ce n'est pour raconter des histoires qui interpellent, pour se poser des questions ?
    Je m'en suis posé à chaque page, alors j'ai mené l'enquête, résolu, aussi mordu qu'un reporter.
    Je suis parti à la rencontre des vrais protagonistes, des hors-la-loi au coeur d'or, des vilains bien sous tous rapports, des manipulateurs, des faussaires, des passeurs, des assassins en col blanc, des putains magnifiques, des journalistes risquant leur peau pour que la vérité éclate, et ce faisant j'ai découvert l'indicible.
    J'avais pour habitude de me laisser entraîner par deux personnages.
    Cette fois, ils sont 9.
    J'ai tout fait pour entrer dans leur bande.
    Et ils m'ont accepté.
    Cette année, nul besoin de leur dire au revoir à la dernière page.
    Parce que l'histoire continue, et elle est loin d'être terminée.
    Bienvenue dans le monde de 9 ! "
    Marc Levy

  • Pour la première fois, des officiers de la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure), racontent avec franchise leur travail sur le terrain. Nous les accompagnons dans leurs surveillances et l'espionnage de djihadistes, le recrutement de sources, le démantèlement de réseaux terroristes, la manipulation rocambolesque d'un responsable du programme d'armement syrien... Ces missions ont lieu tous les jours, sous nos yeux, mais nous ne les voyons pas.Ce carnet de bord, rédigé sur plusieurs années, offre une radiographie sans précédent des succès et des ratages du renseignement intérieur. On y découvre comment la France a échappé à un attentat chimique qui aurait été bien plus meurtrier que ceux du 13 novembre 2015. Comment certaines figures du djihadisme mondial sont passées entre les mailles du filet sécuritaire. Comment les réorganisations des services et stratégies de carrière de la hiérarchie mettent parfois à mal les missions les mieux préparées.Au cours du récit, on croise des services secrets "amis" et parfois concurrents, comme le Mossad ou la CIA. On traque les tentatives russes ou chinoises de recrutement au coeur des industries stratégiques française, ou les nationalistes corses aux marges du banditisme. On subit les contrecoups de la guerre feutrée entre services français en charge de la lutte antiterroriste. Coups tordus, ordres venus "d'en haut", parfois très politiques, grand banditisme, trafics au nom de la raison d'État... Cette plongée inédite au coeur des services nous fait entrer dans un monde terrifiant de vérité auquel nous n'avions jamais eu accès.  Alex Jordanov est journaliste d'investigation et documentariste. Il a travaillé notamment pour Capa et "Le Vrai Journal" de Canal+ et sillonné de nombreux pays du Moyen-Orient. Il a déjà publié chez Nouveau Monde éditions Merah, l'itinéraire secret (2015), ainsi que dans L'Obs, First Look Media et le New Yorker.

  • La DGSE - Direction générale de la Sécurité extérieure - est l'un des seuls services de renseignement au monde à recourir de manière intensive à la clandestinité. Son but : la défense des intérêts de la France. Engagés dans les régions les plus hostiles, ses agents peuvent se dissimuler sous une fausse identité et opérer avec une fausse activité pendant une longue période.
    Pour la première fois en France, mais également dans le monde, des agents clandestins de la DGSE acceptent de briser le silence. Jean-Christophe Notin donne la parole à ces « espions » qui courent les plus grands dangers. Leur expérience, complétée par celle de chefs de poste et de membres du Service action, permet de brosser un portrait de l'officier de la DGSE sur le terrain. Un portrait intime de ces hommes et ces femmes, engagés souvent seuls, sans arme, où les fantasmes sont confrontés à la réalité, les réussites professionnelles aux échecs sentimentaux, les motivations aux risques encourus...
    Un document choc.

  • Quand on parle des femmes agents secrets, les noms de Mata Hari ou de Christine Keeler viennent à l'esprit. Pourtant ces dernières n'ont pas été de vraies espionnes : elles ont seulement servi d'appât sexuel dans de grandes affaires d'espionnage. La réalité des « agents secrètes » est tout autre. Dominique Prieur de la DGSE, Stella Rimington, la chef du MI5 britannique, ou Marita Lorenz, l'espionne de Fidel Castro, ont toutes mené des carrières plus discrètes, mais aussi plus passionnantes. Durant des années, Wilhelm Dietl, l'un des experts allemands du renseignement, a rencontré d'anciennes espionnes, parfois encore actives, et leur a demandé de raconter leur vie. Ces différents témoignages convergent sur un point : que ce soit par instinct, par ruse ou par connaissance du terrain, les nouvelles Jane Bond remportent souvent plus de succès que leurs collègues masculins. L'auteur nous ouvre les portes du monde caché de ces femmes travaillant au sein de la DGSE, de la CIA, du MI5, du KGB, du Mossad ou de la Stasi. Il nous révèle leurs discrètes victoires mais aussi leurs échecs, leurs histoires d'amour teintées d'amertume et les odieuses trahisons dont elles sont parfois victimes. Le voile de mystère qui flottait sur ces mythes féminins est désormais levé.

  • Romina Wagner a toujours fait l'objet de rumeurs plus ou moins farfelues. Aussi, quand elle évoque auprès de son psychanalyste une drôle d'ambiance sur son lieu de ­travail, celui-ci n'y prête que peu d'attention. « Qui ­pourrait en vouloir à cette belle femme d'origine roumaine, ­ingénieure au sein de Microreva, une entreprise de haute techno­logie ? » se dit Moïni, un Iranien qui pratique des thérapies alternatives pour la clientèle huppée du quartier de la Butte-aux-Cailles, à Paris. Jusqu'à ce que l'étrange Parviz lui dérobe le dossier de sa patiente. Romina, bientôt accusée d'espionnage industriel pour le compte de puissances étrangères, plonge dans un cauchemar ­paranoïaque et ne peut plus faire confiance à personne, et surtout pas à son mari... C'est Florence Nakash, de la DGSE, qui a pour mission de tirer cette affaire au clair. Naïri Nahapétian est née dans une famille arménienne à Téhéran, ville qu'elle a quittée après la révo­lution isla­mique. Journaliste, elle est égale­ment ­l'auteure de plusieurs romans.

  • Pour rendre service à son patron, le policier Jacky Kerlan enquête sur une association afin de vérifier qu'elle ne dissimule pas une secte. En apparence, elle est inoffensive. Mais en réalité, elle sert de couverture à des terroristes d'extrême droite qui vont réussir à prendre le pouvoir en France grâce à leur parfaite connaissance de la Constitution de la Ve République.

    Une fois à la tête de l'Etat, les terroristes mettent en place leur politique du mal avec une seule idée en tête : étendre le IVe Reich au reste de la planète.

    Des agents de la DGSE et des francs-maçons s'unissent pour combattre la tyrannie sanguinaire du chancelier avant qu'il ne soit trop tard.

  • Au coeur du véritableBureau des Légendes. Voici, pour la première fois, une enquête complète sur la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), théâtre de la fameuse série
    Le Bureau des légendes.
    La DGSE n'a qu'un but : défendre les intérêts de la France. Pour cela, la loi l'autorise à " entraver " clandestinement, à l'étranger, les ennemis de notre pays. Si la Boîte, comme la surnomment ses 7 000 agents, baigne dans le secret, l'ouverture est très nette, et, paradoxalement, plus personne ne parle aujourd'hui de la DGSE sans évoquer sa spectaculaire vitrine,
    Le Bureau des légendes, que notre enquête éclaire d'un jour nouveau.
    Assassinats ciblés, infiltration croissante des services russes, chasse aux " taupes " chinoises, cyberguerre, opérations secrètes en Afrique..., autant d'histoires inédites, enfin révélées dans ce livre. C'est aussi le quotidien des agents secrets qui est dévoilé : de leur entrée dans le service, sur concours ou par contrat, à leur plongée dans l'espionnage sous une identité fictive - la fameuse " légende "...

  •   En enquêtant sur une fusillade qui a fauché quatre policiers et deux femmes, en remontant la piste de la camionnette meurtrière, la DRS et le Service de Sécurité Spéciale algérien étaient loin d´imaginer qu´ils débusqueraient une cellule d´Al-Qaïda et qu´ils seraient soudainement confrontés à une entreprise terroriste effroyable, qui vise à propager une souche de la peste bubonique sur une population encore indéterminée. La présence sur l´un des lieux de perquisition de passeports français implique alors immédiatement la France dans le processus de recherche et d´éradication de cette menace. C´est pourquoi Karim Leclerc, agent de la DGSE, est aujourd´hui convoqué dans le bureau de son supérieur, le colonel Mansour. Un haut gradé qui l´envoie, sous couverture d´une mission de l´OMS, dans un village justement frappé par dix cas de peste, afin de tenter de mettre la main sur des ogives aux capacités meurtrières terrifiantes...

    Course-poursuite électrifiante et nerveuse après des terroristes islamistes qui ont toujours un coup d´avance et contre ce temps qui fait défaut, « Spy n°1 » nous plonge, immédiatement, dans l´urgence et un rythme haletant. Entre Algérie et Mali, des ports mauritaniens au coeur de la cité romaine, Michel Béhar élabore, à partir de l´une des projections les plus abominables, un roman d´espionnage mené tambour battant, où l´angoisse, de plus en plus oppressante, culmine dans des dernières pages intenables.
      Michel Béhar, est diplômé d´HEC et Docteur en Sciences Politiques. Ancien auditeur de l´IHEDN (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale), Michel Béhar est spécialiste de l´évaluation du risque politique.        

  • « C´est ne rien comprendre que d´accuser les services de renseignements de faire dans l´illégalité. Bien sûr qu´ils font dans l´illégalité. Ils ne font même que ça ! Parce que pour les actions légales, l´État a suffisamment de fonctionnaires, de diplomates, de militaires, de juges, de policiers... Si tous les États du monde entretiennent des services spéciaux, c´est pour pouvoir faire des opérations spéciales, c´est pour pouvoir s´affranchir de la légalité et des engagements internationaux ». Cette déclaration de l´ex-responsable de la DGSE, Alain Chouet, est très explicite ! Lorsqu´il surenchérit avec la révélation suivante : « Notre job était de présenter aux politiques la gamme complète des possibilités d´intervention, jusqu´à l´élimination physique si nécessaire », on comprend pourquoi la Ve République a pu être le terreau idéal des « coups tordus » effectués éventuellement par les services secrets français tels que DGSE, DRM, DPSD, DCRI (ex-DST et RG) et DNRED.

    La « main rouge », constituée de policiers, d´anciens militaires et de voyous, était devenue la machine à tuer des services secrets français, le bras armé clandestin de l´État, destiné à éliminer toutes tentatives de contre-pouvoir.

    L´auteur, officier de police des RG à la retraite, évoque dans ce livre quelques cas médiatisés qui se sont produits pendant sa carrière, en animant ses réflexions grâce à son expérience personnelle et en cherchant constamment à trouver une réponse rationnelle à toutes les questions qui demeurent, du fait de la « raison d´État » ou du « secret d´État », toujours sans solution vraisemblable à ce jour. D´Action Directe à l´affaire Merah, il aborde entre autres les suicides équivoques de François de Grossouvre, Robert Boulin, Akim Rouichi, André Rigault, puis les meurtres suspects du prince de Broglie, Mehdi Ben Barka, Stevan Markovic, François Duprat, Joseph Fontanet, Pierre Goldman, le pasteur Doucé, Jean-Pascal Couraud et enfin l´attentat de Merah.

  • Qui et comment les « services » recrutent-ils ? Quelles qualités faut-il pour faire un « bon » espion ? Les métiers du renseignement fascinent mais restent méconnus. Pour la première fois, un ouvrage lève le voile sur cet univers, de façon documentée et précise. Renseignement militaire, contre-espionnage, service action, opérations spéciales ou clandestines : informé aux meilleures sources, ce livre décrit les rouages du métier et les modes de recrutement des plus importants services de renseignement extérieur : le MI-6 (Grande-Bretagne), la CIA (Etats-Unis), le Mossad (Israël, et la DGSE (France). La sélection des recrues est ici expliquée en détail : concours et entretiens, sélection des profils, tests psychologiques, enquêtes de personnalité et d'environnement, etc. On y révèle les méthodes de formation aux différentes fonctions : recherche et analyse, écoute et cryptographie, surveillance, recrutement et traitement de sources à l'étranger... ainsi que les formations de type action. Le lecteur découvrira enfin la vie d'un apprenti espion, les carrières possibles, avec leurs avantages et leurs servitudes. Tous les sujets sont traités sans tabou : fait-on fortune dans le renseignement ? peut-on concilier vie privée et missions secrètes ? quels profils sont les plus recherchés ? une femme a-t-elle les mêmes chances qu'un homme ?

  • Ces histoires ne sont pas nées de l'imagination d'un romancier. Elle ont fait l'actualité - mais une actualité très discrète... jusqu'à ce que des journalistes braquent sur elles les projecteurs, révèlent les identités, les rôles, les buts cachés. On s'aperçoit alors que la réalité dépasse de loin la fiction. Depuis Kim Philby, le modèle de La Taupe de John Le Carré jusqu'à Shi Bejou, cet étrange agent chinois travesti en femme, en passant par Farewell et " la reine de Cuba "... une plongée en eau trouble, dans l'univers de faux-semblant des vrais espions.
    Au sommaire : John Le Carré parle de Philby - Ben Barka a-t-il renseigné Prague ? - Chasse à l'homme à la CIA - Les taupes de Fidel - Des nazis bons pour le service - L'empoisonnement de Litvinenko - Les écoutes de la NSA...
    Textes extraits des archives de L'Express.

  • Au coeur des affaires d'espionnage les plus secrètes de la Ve République Juillet 1985 : les Français apprennent stupéfaits que deux agents de la DGSE ont été arrêtés en Nouvelle Zélande, pour leur implication dans le sabotage en rade d'Auckland du Rainbow Warrior, navire amiral de la flotte de l'association écologiste Greenpeace. La destruction du bateau a couté la vie à un homme, un photographe. L'affaire du "Rainbow Warrior" démarre, et Charles Hernu, alors ministre de la défense sera contraint de démissioner. Quelques képis valseront aussi à l'état-major de la DGSE, victimes collatérales d'une décision pourtant prise au plus haut sommet de l'Etat. Mais chut, la raison d'Etat a ses raisons... Ce n'est là qu'un exemple parmi les 24 affaires d'espionnage auxquelles ce livre s'intéresse : de Ben Barka à Ben Laden, des résaux Foccart à la traque et l'arrestation de Carlos, de l'affaire Farewell à la guerre secrète contre l'islamisme radical, chaque chapitre présente une affaire connue ou moins connue, en mettant à chaque fois en avant des faits nouveaux ou méconnus. Une plongée dans les arcanes les plus sombres et les plus secrètes de la République.

empty