• En 1923, le traité de Sèvres donnait naissance à la République turque. Cent ans plus tard, Erdogan veut laver l'affront et redonner à son pays la gloire perdue. Son rêve ? Reconquérir les territoires de l'Empire ottoman. C'est tout l'objet de notre nouveau numéro.
    En kiosque demain, le vendredi 19 février.
    En librairie, le mercredi 3 mars.
    Le sommaire complet est en pièce jointe.


    Dossier : Le spectre ottoman

    -> Entretien avec Jean-François Colosimo : Jusqu'où ira la Turquie ?
    Jean-François Colosimo évoque la longue relation qu'entretient la France avec l'empire ottoman devenu la Turquie en 1923. Erdogan est, selon l'historien, un opportuniste qui sait jouer des faiblesses de l'Europe pour accroître sa puissance. Le président turc se sert de l'islam comme marqueur identitaire et politique.

    -> L'islam turc en France : les convergences du nationalisme islamiste par Dieter Arslan
    Dieter Arslan décrit l'évolution de l'islam turc en France, alimenté par différents courants nationalistes. Depuis l'arrivée d'Erdogan au pouvoir, son influence s'est renforcée grâce à un important réseau de mosquées et à une mobilisation de plus en plus forte des fidèles.

    -> Journal arménien par Jean-Christophe Buisson
    Jean-Christophe Buisson relate son dernier voyage dans le Haut-Karabagh en octobre et novembre 2020, quand la guerre faisait rage entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

    -> Tensions maritimes en Méditerranée orientale par Christophe Prazuck
    L'amiral Christophe Prazuck analyse les nombreux motifs de tensions entre la Turquie et la Grèce en mer Méditerranée. Certains sont séculaires, d'autres beaucoup plus récents, comme les enjeux économiques liés à des gisements gaziers.

    -> Le bras de fer France-Turquie par Renaud Girard
    Renaud Girard examine les velléités expansionnistes d'Erdogan sur terre comme sur mer. D'après le journaliste, le président turc souhaite reconstituer l'empire ottoman. Il manque néanmoins d'alliés et se heurte à bien des réticences notamment françaises.

    -> Le califat néo-ottoman et l'Europe par Tony Corn
    Le califat ottoman a été aboli en 1924. Nombreux sont ceux qui veulent le rétablir. En 1969 naît l'Organisation de la conférence islamique, un califat 2.0 pour Tony Corn. Celui-ci en détaille les objectifs et notamment la « mission civilisatrice » qui constitue pour l'Europe une nouvelle guerre froide.

    -> Et aussi Christian Makarian, Olivier Weber et Eryck de Rubercy.


    Littérature

    -> Inédit L'adolescence démasquée par Gaëlle Nohant
    L'auteure de la Femme révélée (Grasset, 2020) raconte comment une adolescente fait l'apprentissage de la liberté.


    Études, reportages et réflexions

    -> La musique est-elle raciste ? par Bruno Chaouat
    La cancel culture sévit aux États-Unis. Bruno Chaouat évoque une controverse liée au théoricien juif allemand Heinrich Schenker (1868-1935). La musique occidentale serait, nous explique-t-on, une vaste entreprise coloniale...

  • "On ne nait pas femme, on la devient."


    Telle est la phrase que Simone de -Beauvoir aurait écrite si, fille de l'école, elle n'avait assimilé les règles concoctées à partir du xviie siècle pour donner au "genre le plus noble" la place qu'il occupe aujourd'hui dans la langue française.


    Contestée dès l'origine, longtemps négligée, imposée pour finir par des -institutions puissantes, cette entreprise a commencé d'être démantelée dans les pays francophones depuis une quarantaine d'années. Petit à petit, d'une -controverse à l'autre - et elles sont particulièrement vives en France -, la démasculinisation du français a ainsi fait des progrès notables : les titres de "chancelière" ou de "présidente du conseil", les mots "pharmacienne", "autrice", "compositrice" ont à nouveau droit de cité dans la langue.


    Le travail se poursuit désormais plus largement avec le langage inclusif, qui intègre des exigences propres au temps présent, visant à réaliser l'égalité entre tous les êtres humains. Ce livre donne à la fois les bonnes raisons -d'approfondir cet effort, et les moyens simples qui sont à notre portée pour le soutenir.

  • Dossier 1 : Défendre la République
    -> Entretien - Régis Debray : « La République peut être orgueilleuse mais pas méprisante » Pour Régis Debray, les fondements de la République laïque ne reposent pas sur des idées libertaires. Sans renoncer à ce que nous sommes, il faut de la compréhension et de la pédagogie pour transmettre nos valeurs et ne pas heurter inutilement des sensibilités.
    -> « République », le régime qui nous divise le plus ? par Jacques de Saint Victor Jacques de Saint Victor compare la situation de 2020 à celle de 1789 lorsque les élites ne soutenaient plus les grands principes du pouvoir en place. Le modèle républicain est aujourd'hui attaqué par les partisans d'une « laïcité ouverte » qui sert le prosélytisme religieux et les questions identitaires.
    -> Entretien - Catherine Kintzler : « La laïcité est le contraire d'un intégrisme » Signataire de la tribune « Profs, ne capitulons pas ! » (Nouvel Obs, 1989), Catherine Kintzler dresse le bilan trente ans plus tard et déplore les multiples renonciations de l'Éducation nationale face aux pressions religieuses et communautaires.
    -> Et aussi Michel Onfray, Sébastien Lapaque et Marin de Viry
    Dossier 2 : La crise de 1929, ruptures et rebonds
    -> Entretien - Jean-Claude Trichet : « Préparer l'économie et la société aux défis de demain » Jean-Claude Trichet analyse les trois crises économiques qui ont ébranlé l'Occident (1929, 2008 et 2020) et détaille les politiques mises en place pour y remédier.
    -> La crise de 1929 aux États-Unis : un nouveau monde ? par Bertrand Van Ruymbeke Bertrand Van Ruymbeke décrit les mesures prises par les présidents Hoover et Roosevelt pour répondre au krach boursier de 1929.
    -> Les années trente en France par Éric Roussel
    En plus de provoquer du chômage, la crise de 1929 remit en cause les institutions et la démocratie en France. Ces bousculements ne sont pas étrangers à l'avènement de la Seconde Guerre mondiale selon Éric Roussel.
    -> « Le fascisme ne passera pas » par Michel Winock
    Michel Winock explique pourquoi la France échappa à la vague antidémocratique et fasciste que connurent d'autres pays européens dans les années trente.
    -> La couture ne connaît pas la crise par Sophie Kurkdjian
    L'industrie de la mode fit preuve de créativité face à 1929. Elle modifia ses méthodes de production, changea les conditions de travail et se démocratisa.
    -> Et aussi Jacques Mény, Jean-Pierre Naugrette, Marc Cerisuelo, Jean-Claude Milner et Sébastien Lapaque.
    Littérature
    -> Inédit Mon pays, c'est l'écriture par Faïza Guène
    Née en 1985 à Bobigny de parents algériens, Faïza Guène a décidé de tracer ses propres frontières.


    Revue des
    Deux Mondes
    Février 2021
    ISBN 9782356502391 Directrice :
    Valérie Toranian
    En kiosque : 22 janvier En librairie : 3 février

  • On connaît le George Orwell de 1984 et de La Ferme des animaux, on connaît moins le George Orwell reporter qui vécut l'impérialisme britannique en Birmanie, s'engagea dans la guerre d'Espagne en 1936, couvrit la Libération de la France pour l'Observer en 1945. Notre numéro revient sur ses engagements et sur la fameuse notion de common decency.
    Le sommaire complet est en pièce jointe.


    Dossier : Orwell plus actuel que jamais

    -> Entretien avec Julian Barnes : « En 2020, Orwell ne manquerait pas de sujet d'inspiration »
    Excellent connaisseur de George Orwell, Julian Barnes explique en quoi les prédictions de l'écrivain résonnent chaque jour davantage (puissance de l'État, post-vérité, exploitation de l'homme...).

    -> « Faire de l'écriture politique un art véritable » par Sébastien Lapaque
    Orwell fut largement mal compris voire méconnu en France. En cause, explique Sébastien Lapaque, ses engagements politiques, ses luttes pour les classes défavorisées, son style journalistique, les mauvaises traductions de ses écrits.

    -> Se battre au nom de la common decency par Lucien d'Azay
    Lucien d'Azay voit en Orwell un François d'Assise des temps modernes. Toujours tourné vers les plus démunis, ce « saint laïc » pense et agit selon les principes de la common decency, soit de « l'honnêteté commune ».

    -> Entretien avec Florence Aubenas - Une leçon de journalisme
    À l'instar d'Orwell, Florence Aubenas pratique le journalisme d'immersion. L'auteure du Quai de Ouistreham revient sur son expérience avec les femmes de ménage et évoque les valeurs morales des « gens ordinaires ». L'uberisation du travail risque de changer la donne.

    -> Orwell et la common decency. Une courte mise au point par Bruce Bégout
    Rien de plus difficile que d'appréhender la notion de common decency. Bruce Bégout relève le défi.

    -> Et aussi Jean-Pierre Naugrette, Frédéric Verger, Marin de Viry, Céline Laurens et Julie Élisa.


    Littérature

    -> Inédit : L'Europe capable de tout par Gilles Boyer
    L'ex-conseiller auprès du Premier ministre Édouard Philippe, député européen et auteur du Maître d'hôtel de Matignon (JC Lattès, 2019), rend hommage à une Europe aussi miraculeuse que désespérante.


    Études, reportages et réflexions

    -> Pourquoi les islamistes s'en prennent à l'école de la République. La stratégie de l'Isesco par Florence Bergeaud-Blacker
    L'anthropologue Florence Bergeaud-Blacker décrit l'idéologie des islamistes, ses origines, ses actions et son principal objectif : détruire les valeurs démocratiques.

    -> De l'antisémitisme au sionisme : Pierre Boutang par Gilles Banderier
    Gilles Banderier retrace le parcours de Pierre Boutang, une figure longtemps controversée.

  • Le long effort des grammairiens pour masculiniser le français a suscité de vives résistances chez celles et ceux qui, longtemps, ont parlé et écrit cette langue sans appliquer des règles contraires à sa logique. Initiée au XVIIe siècle, la domination du masculin s'est imposée à la fin du XIXe siècle. Depuis, on apprend à l'école que "le masculin l'emporte sur le féminin"...

    Ce livre retrace l'histoire d'une entreprise à la misogynie affirmée ou honteuse, selon les époques. Il nous convie à un parcours plein de surprises où l'on en apprend de belles sur la "virilisation" des noms de métier, sur les usages en matière d'accords, sur l'utilisation des pronoms ou sur les mutations "trans" subies par certains mots en vertu de la "loi du genre".

  • Décrocher

    un éditeur, un vrai, celui qui nous choisit, matérialise notre livre et surtout, le diffuse, le promeut et le distribue est le rêve de tout autrice et auteur.



    Ce guide s'adresse à celles et ceux qui ont l'am­bition d'être publiés. Même s'il est tout aussi louable d'écrire pour soi, la démarche d'édition, ou d'autoédition, implique une réflexion sur le temps à y consacrer, la prépara­tion du manuscrit, les coûts... Elle suppose une ambition de visibilité, de reconnaissance et/ou de notoriété et n'est pas antino­mique avec un objectif économique.



    Étant publiée dans plusieurs genres, je souhaite faciliter la démarche qui mène réellement à l'édition ou à l'autopublication. Les conseils pratiques, les astuces, les outils, les exemples et les anecdotes de ce livre sont fondés sur mon expérience d'autrice, sans réseau initial dans le milieu.



    Nous allons voir dans ce livre les conditions à réunir pour écrire sereinement, présenter son manuscrit à des éditeurs choi­sis, et, en cas d'échec, les différentes formules d'autopubli­cation, avec une mise en exergue des plateformes en ligne. En conclusion, je vous proposerai des idées et modèles pour tirer des revenus d'activités autour de l'écriture.



    Bonne lecture et bonne chance !



    Gaëlle Audéon

  • Après un bref historique et le rappel des différentes fonctions des bibliothèques selon leur environnement administratif, social et culturel, expose les aspects fondamentaux du métier de bibliothécaire : accueil et information du public, recherche documentaire, acquisition, conservation... Une large place est faite aux outils et aux techniques actuelles de traitement et de gestion des documents.

  • Nous vous proposons de passer l'été en compagnie de La Fontaine, Diderot, Sade et d'autres auteurs sulfureux de la littérature française.
    Vous aurez aussi le plaisir de comprendre la passion de Mona Ozouf pour 1789.

  • « Une nation fatiguée de longs débats consent volontiers qu'on la dupe, pourvu qu'on la repose », Tocqueville.
    Dans son numéro de rentrée, la Revue des Deux Mondes revient sur la crise sanitaire et sur les dysfonctionnements de notre système (politique, administratif, sanitaire...).



    Grand entretien - François Sureau : « Ce qui nous manque »


    Ancien membre du Conseil d'État, aujourd'hui avocat et écrivain, François Sureau analyse ce qui manque aux Français : l'amour du pays, un assentiment aux institutions, une autorité politique déléguée et responsable.



    Dossier : L'épuisement français

    />
    -> Peut-on comparer 1940 et 2020 ? Par Éric Roussel
    Éric Roussel met en parallèle deux épisodes qui ont entraîné la paralysie quasi complète de la France : la défaite de 1940 et la crise sanitaire liée au Covid-19.

    -> Laboratoire P4 : de la folie marchande à la faillite morale collective par Vincent Hein
    Vincent Hein raconte l'histoire du laboratoire P4 de Wuhan, berceau de l'épidémie, qui fut financé par une France fort peu soucieuse des risques encourus.

    -> Entretien avec Bernard Debré : « Depuis que l'administration a pris le pouvoir, l'hôpital est en crise »
    Ancien ministre et député de Paris, le médecin Bernard Debré juge sévèrement la gestion de la crise sanitaire en France. Au-delà de la pandémie, il s'inquiète de la dégradation de l'hôpital, où l'administratif a pris la main, et dénonce la connivence entre laboratoires, médecins et administration.

    -> La santé est politique par Philippe Douste-Blazy
    L'ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy explique pourquoi nous n'avons pas su gérer la crise alors que des stratégies sanitaires avaient été étudiées dès 2004, lors de la grippe aviaire.

    -> L'Allemagne complexante par Marion Van Renterghem
    L'Allemagne reste supérieure à la France. La journaliste Marion Van Renterghem en donne les raisons : un exécutif plus faible, un fédéralisme qui offre de la souplesse dans les prises de décision, un climat de confiance et une fluidité de fonctionnement entre les différents acteurs de la société.

    -> Préparer l'État à affronter l'incertitude par Annick Steta
    Annick Steta pointe l'absence quasi totale de culture scientifique dans l'administration et la classe politique, due notamment aux conditions de recrutement des hauts fonctionnaires.

    -> Et aussi Alain Minc, Pierre Vermeren, Maryvonne de Saint Pulgent, Jacques de Saint Victor, Yannick Bertélémi, Anne-Marie Le Pourhiet et Marin de Viry



    Littérature


    -> Inédit : Dépôt de bilan par Éric Neuhoff
    L'auteur de (Très) cher cinéma français (Albin Michel, 2019) dresse le bilan désenchanté de ses 60 ans.

  • Conçu par des bibliothécaires, documentalistes et médiateurs, cet ouvrage s'adresse aux professionnels en charge d'un fonds de bande dessinée et présente des stratégies pour les aider à le mettre en place et à le faire vivre en bibliothèque publique. Quatre parties traitent de l'historique de ce secteur, de son panorama, des aspects techniques comme la classification et des questions de médiation.

  • Après un bref historique et le rappel des différentes fonctions des bibliothèques selon leur environnement administratif, social et culturel, expose les aspects fondamentaux du métier de bibliothécaire : accueil et information du public, recherche documentaire, acquisition, conservation... Une large place est faite aux outils et aux techniques actuelles de traitement et de gestion des documents.

  • Présentation d'une des facettes du métier de libraire : le financement et la rentabilité des stocks. Les lois de l'offre et de la demande, l'assortiment, l'achat, le transport et la réception des marchandises, ainsi que l'inventaire sont notamment détaillés.

  • Dans un paysage où l'information est en constante mutation, ces contributions abordent les métiers des bibliothèques, des archives et des centres de documentation selon quelques axes majeurs : les relations des personnels avec les usagers, les savoirs, les collections, les services, le numérique, l'oeuvre, etc.

  • Les bibliothèques sont aujourd'hui sommées de prouver leur utilité, de montrer leur aptitude à être des vecteurs d'informations, de connaissances et de culture. Des bibliothécaires, économistes, sociologues, responsables associatifs et élus donnent les outils pour y parvenir et les méthodes pour communiquer, convaincre et démontrer la richesse et la variété de leur rôle.


  • Quarante ans après sa création, le langage documentaire Rameau subit une réforme en lien avec la transition bibliographique. L'évolution de cette indexation, pour une exploitation améliorée dans les systèmes de gestion, les catalogues et sur le web, mène à une transformation des missions des professionnels des bibliothèques qu'il est nécessaire d'appréhender au mieux.

  • En février, la Revue des Deux Mondes s'intéresse à l'enfant, à son histoire, à son destin : est-il aujourd'hui devenu le nouveau maître du monde ? Outre Greta Thunberg sont évoqués des figures symboliques telles que Jeanne d'Arc, Peter Pan... et des porte-paroles de l'enfant comme Rousseau, Victor Hugo... (le sommaire est en pièce jointe).



    Grand entretien - Ian Kershaw « Les populistes actuels ne veulent pas entrer en conflit avec la démocratie »


    Le grand historien anglais Ian Kershaw évoque certains points clés de sa magistrale histoire de l'Europe dont le second tome vient de paraître (l'Âge global. Europe de 1950 à nos jours, Grasset) : l'entrée du continent européen dans l'ère nucléaire, la fin de son hégémonie, la décolonisation, le boom économique et son effondrement, le consumérisme et la vague populiste.



    Dossier : Histoire et destin de l'enfant


    -> Entretien - Boris Cyrulnik : « L'enfant a évolué de la mort probable au triomphe malheureux »
    Boris Cyrulnik retrace l'évolution du statut de l'enfant au fil des siècles et décrit les récentes découvertes des neurosciences sur les traumatismes infantiles. Le neuro-psychiatre interroge notre société qui n'a jamais autant fétichisé l'enfant.

    -> L'époque dont le prince est un enfant par Philibert Humm
    Philibert Humm revient sur le combat de Greta Thunberg et résume les propos de ses partisans et de ses détracteurs.

    -> Rousseau et le nouvel âge de l'enfance par Christophe Martin
    C'est avec Rousseau que la représentation de l'enfance change profondément. En introduisant la notion d'innocence, le philosophe écarte l'idée du péché originel.

    -> Victor Hugo et le droit de l'enfant par Jean-Marc Hovasse
    Porte-parole des enfants, Victor Hugo s'oppose à leur travail et plaide pour une instruction publique obligatoire. Sans angélisme ni dogmatisme, il place au coeur de ses romans des garçons et des filles à la fois bourreaux et victimes.

    -> L'enfant dans les régimes totalitaires par Bernard Bruneteau
    Les régimes totalitaires ont mobilisé et instrumentalisé la jeunesse. Bernard Bruneteau analyse leur idéologie éducative.

    -> Jeunesse militante : vive la formation continue par Gaultier Bès
    Gaultier Bès se réjouit du militantisme de la jeunesse. Pour ce professeur de philosophie, les adolescents ont besoin de modèles et de symboles. Greta Thunberg en incarne un.

    -> Les enfants ont-ils un pouvoir économique ? par Annick Steta
    Les entreprises ciblent de plus en plus la clientèle enfantine et développent des politiques commerciales.Annick Steta expose leur tactique.

    -> Et aussi Stéphane Ratti, Jean Maurice, Jean-Pierre Naugrette, Eryck de Rubercy, Gaultier Bès et Damien Le Guay.



    Littérature


    -> Inédit L'autoroute par Bruno Masi
    Bruno Masi raconte sa jeunesse hantée par une passerelle surplombant une autoroute.


    En kiosques le vendredi 24 janvier
    En librairies le mercredi 5 février


  • Ces trente dernières années, l'organisation administrative française a fait l'objet de nombreuses transformations, tant au niveau des compétences que de la reconfiguration des territoires. Présentation de cas d'organisation ainsi que de formules de coopération des bibliothèques publiques, universitaires et nationales, adaptant leurs offres de services ainsi que leurs pratiques professionnelles.

  • L'Art de LIRE

    Emile Faguet


    Émile Faguet, grand écrivain et critique français, s'est attaqué dans cet ouvrage à la question importante de la lecture, de sa nécessité jusqu'au plaisir qu'elle procure. Il nous aide à comprendre à quel point LIRE est un moyen d'épanouissement et de développement personnel tout en étant également essentiel aux rapports que nous entretenons avec les autres. Il insiste notamment sur la notion de lire lentement et de choisir ses lectures.


    Dans nos sociétés modernes, où le temps manque, où tout s'accélère, il est plus que nécessaire de réhabiliter cette saine activité dont les effets bénéfiques sur l'homme ne cessent d'être démontrés par de nombreuses études scientifiques.


    Ce livre, par la profondeur et la clarté de ses idées, l'heureuse abondance de ses formules et la parfaite sincérité de ses conclusions, nous invite donc à LIRE.



    EXTRAIT : « On lit très peu, disait Voltaire, et, parmi ceux qui veulent s'instruire, la plupart lisent très mal. De même un épigrammatiste inconnu, du moins de moi, disait, au commencement, je crois, du XIX

    e


    siècle :




    Le sort des hommes est ceci :




    Beaucoup d'appelés, peu d'élus ;




    Le sort des livres, le voici :




    Beaucoup d'épelés, peu de lus.




    Savoir lire, on le sent, est donc un art et il y a un art de lire. C'est à quoi songeait Sainte-Beuve quand il disait : « Le critique n'est qu'un homme qui sait lire et qui apprend à lire aux autres. »




    Mais en quoi cet art consiste-t-il ? Je crois que nous voilà tous embarrassés.





    Un art se définissant d'après le but qu'il se propose, nous avons sans doute à nous demander pourquoi nous lisons. Est-ce pour nous instruire ? Est-ce pour juger des ouvrages ? Est-ce pour en jouir ? Si c'est pour nous instruire, nous devons lire très lentement, en notant plume en main tout ce que le livre nous apprend, tout ce qu'il contient d'inconnu pour nous - et puis, nous devons relire, très lentement, tout ce que nous avons écrit. C'est un travail très sérieux, très grave et où il n'y a aucun plaisir, si ce n'est celui de se sentir plus instruit de moment en moment.





    »

  • Les bibliothèques intègrent de nombreuses transformations, tant du point de vue de leur gestion qui se rapprochent de celle des entreprises, que de leurs outils de travail, technologies numériques et réseaux, ou de la prise en compte des risques psychosociaux. Le livre fait le point sur l'apport des sciences humaines à la compréhension des mécanismes à l'oeuvre dans ces organisations.

  • Ecrire avec un clavier, publier un livre numérique, lire sur l'écran : comment le numérique oblige-t-il à repenser les usages fondamentaux de la chaîne du livre ? L'ouvrage présente différentes expériences du texte qui peuvent se lire en termes d'innovation sociale et comme éléments de recherche en design et en sciences de l'information.

  • Décrit la fonction documentaire dans sa diversité et ses évolutions : les techniques documentaires, le droit de l'information, la gouvernance de l'information, le Web social, l'open data, la curation, les systèmes de recommandation, les modalités de la veille et de l'intelligence économique ainsi que du record et du knowledge management, etc.

  • Pour faire évoluer les catalogues selon les nouveaux modes de recherche des lecteurs sur le web, les bibliothécaires qui rédigent des notices ou les récupèrent vont changer leurs pratiques. Des experts en normalisation et membres du programme Transition bibliographique proposent un accompagnement pour la mise en oeuvre du code de catalogage RDA-FR concernant les oeuvres, expressions et personnes.

  • Dans cet essai bref et amène, Juan Villoro parle de la douleur et du plaisir des écrivains à travers son expérience et celle de ses pairs anciens et actuels, de ces « détectives sauvages » comme son ami Roberto Bolaño les a justement nommés et décrits. Et il illustre parfaitement parmi les nombreuses citations qui jalonnent le livre, celle d'Oscar Wilde : « Donnez un masque à un homme et il dira la vérité ».
    En este ensayo breve y ameno, Juan Villoro habla del dolor y del placer del escritor a través de su propia experiencia y de las de sus pares del pasado y de hoy, de aquellos "detectives salvajes" como bien supo nombrar y describirles su amigo Roberto Bolaño. Y también ilustra perfectamente entre las numerosas citaciones que recorren el libro, la de Oscar Wilde : "Denle una máscara a un hombre y dirá la verdad".

  • Permet de percevoir la diversité de la production éditoriale et rend compte de la complémentarité des métiers et des compétences qui prennent part à la vie du livre : les pratiques rédactionnelles, le traitement de l'image, les techniques de fabrication en évolution rapide avec l'arrivée du numérique, les méthodes commerciales, la distribution, les échanges de droits, etc.

empty