J'ai Lu

  • Alcools

    Guillaume Apollinaire

    «Écoutez-moi je suis le gosier de Paris
    Et je boirai encore s'il me plaît l'univers»

    Avec ce recueil paru en 1913, Guillaume Apollinaire porte l'étendard de la modernité et célèbre la naissance d'un siècle nouveau. Pourtant, en creux de cette ode au progrès, le poète a su ménager une place inattendue à l'inspiration mélancolique des ballades, des rondeaux et des mythes passés.

    Assumant un périlleux jeu d'équilibriste entre tradition et avant-garde littéraire, Alcools couvre tous les possibles de l'expression poétique.

    o Objet d'étude : Visions poétiques du monde
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Le mythe de la Lorelei.

    Classe de troisième.

  • Lorsque le très anglais Phileas Fogg parie avec ses amis du Reform-Club qu'il fera le tour du monde en quatre-vingts jours, ces derniers s'esclaffent. Comment pourra-t-il mener à bien une telle entreprise ? A-t-il perdu la tête ?
    Bien décidé à relever le défi , Mr. Fogg ne perd pas une minute. Le voilà qui, accompagné de Passepartout, son serviteur, saute dans le premier train pour la France. Commence alors la folle aventure : se déplaçant tantôt en paquebot, tantôt en train, les deux compagnons vont parcourir le monde et tenter d'échapper à l'inspecteur Fix, qui croit reconnaître en Fogg le célèbre voleur de la Banque d'Angleterre...


    Couverture : "Vous êtes bien Phileas Fogg ? Au nom de la reine, je vous arrête". Illustration d'Auguste Leroux (1871-1954) © Coll. Vaussenat / kharbine-Tapabor

  • « Condamné à mort. » Depuis que la sentence est tombée, son esprit s'épouvante à cette idée. De son nom et de son crime, le lecteur ignore tout. Il assiste en revanche, impuissant, aux dernières pensées et à l'affolement d'un individu qui crie son humanité et son désir de vivre. Et découvre les rouages implacables d'une institution aveugle, qui a pour nom « Justice ».
    Indigné par le spectacle d'une exécution à la guillotine, Victor Hugo écrit ce court roman comme un réquisitoire impitoyable contre la barbarie judiciaire doublé d'un véritable manifeste humaniste.

  • Cyrano de Bergerac

    Edmond Rostand

    Provoqué par un fâcheux, Cyrano se moque audacieusement de lui-même et de son nez, objet de sa disgrâce. Séduire Roxane ? Il n'ose y songer. Mais puisqu'elle aime Christian, un cadet de Gascogne qui brille plus par son apparence que par ses reparties, pourquoi ne pas tenter une expérience ?
    « Je serai ton esprit, tu seras ma beauté », dit Cyrano à son rival. « Tu marcheras, j'irai dans l'ombre à ton côté. »
    Christian ne s'y trompe pas ; à travers lui, la belle Roxane en aime en fait un autre. Et Cyrano, s'il entrevoit le bonheur un instant, ne peut oublier son physique ingrat... Un jeu étrange, et dangereux.

  • Dans la Vérone de la Renaissance, deux illustres familles - les Montagues et les Capulets - s'affrontent et couvrent la ville de sang. Un soir, lors d'un bal, les héritiers de ces clans ennemis, Roméo et Juliette, se voient et tombent instantanément amoureux l'un de l'autre.
    Mais comment s'aimer quand on est né pour se détester? Que faire afin d'échapper au poids des lois familiales ? Pour les deux amants, la fuite paraît la seule issue possible... Hélas, Roméo et Juliette apprendront à leurs dépens que leur innocente jeunesse est impuissante face à un destin qui les dépasse et que l'amour, comme la haine, peut conduire à la mort.
    Avec Roméo et Juliette, Shakespeare explore l'intensité des passions et met en scène le sacrifice d'un amour interdit.

  • Une vie

    Guy de Maupassant

    Élevée dans un couvent jusqu'à ses 17 ans, Jeanne rêve de liberté, de voyages et d'amour. Lorsqu'elle retrouve la demeure familiale, la jeune femme est prête à embrasser son existence. C'est alors qu'elle croise le regard de Julien Lamare ; aux battements de son coeur, Jeanne croit reconnaître l'âme soeur. Le mariage se chargera vite de briser ses illusions...
    Retraçant la vie d'une femme "depuis l'heure où s'éveille son coeur jusqu'à sa mort", le premier roman de Maupassant saisit les élans, les espoirs, les déceptions ou les tragédies qui rythment une existence, dont il retranscrit ainsi "l'humble vérité".
    o Objet d'étude : La fiction pour interroger le réel
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Une vie de Stéphane Brizé (2016).
    Classe de quatrième.

  • Féministe avant la lettre, Olympe de Gouges (1748-1793) revendique l'égalité des sexes devant l'Assemblée. Jouant un rôle très actif pendant la Révolution française, elle devient une figure incontournable de l'émancipation féminine en adressant à Marie-Antoinette, en 1791, la déclaration de 1789 réécrite au féminin : la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.
    Le combat d'Olympe de Gouges pour l'égalité est sans limites, comme le montre la pièce de théâtre Zamore et Mirza, profondément anti-esclavagiste.

    · Objet d'étude : La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle
    · Dossier pédagogique spécial bac, parcours « Écrire et combattre pour l'égalité »
    · Prolongement : L'égalité en question (corpus de textes).

  • Vous avez tort mais refusez de l'admettre ? Avec humour et perspicacité, ce petit précis recense et analyse les stratagèmes et les ruses pour sortir vainqueur de tout débat, dispute ou joute verbale. Schopenhauer se livre à une savoureuse réflexion sur le langage et la dialectique, pour le plus grand plaisir des amoureux de la contradiction.
    Ces conseils, aussi précieux que sarcastiques, sont suivis de deux essais incisifs sur la pensée et la lecture : les livres nourrissent-ils notre réflexion, ou nous empêchent-ils de penser par nous-mêmes ?

  • Le tartuffe

    Molière

    Tartuffe est un habile hypocrite. Pour gagner la confiance d'Orgon et de Mme Pernelle, il joue le rôle du parfait dévot et s'immisce dans la vie familiale au point de devenir l'héritier et le directeur de conscience d'Orgon. Mais lorsque celui-ci lui accorde sa fille en mariage, alors que c'est sa femme que Tartuffe convoite, la vérité éclate...
    Applaudie à la Cour puis interdite à la demande de l'archevêché de Paris, la pièce a été remaniée et réécrite avant d'être de nouveau autorisée à la représentation et à la publication en 1669. Cette oeuvre provocatrice sur l'hypocrisie et la religion a laissé à la postérité le terme courant de « tartufe ».

    Couverture : Illustration de Brissart en frontispice de l'édition de 1682 : Tartuffe, le faux devot, courtise Elmire sans savoir que le mari de cette dernière, Orgon, est caché sous la table. © Gusman / Leemage

    © E.J.L., 2014 pour le supplément

  • Colonel dans l'armée napoléonienne, Hyacinthe Chabert est mort en donnant la charge durant la bataille d'Eylau. Du moins, c'est ce que son entourage pense. Sa veuve Rose Chapotel, ancienne fille de joie remariée avec le comte Ferraud, a revendu tous les biens de son ancien époux. Lorsqu'un homme revient à Paris dix ans plus tard en affirmant qu'il est son premier mari, elle l'accuse d'imposture. Au comble du désespoir, le colonel Chabert demande l'aide de maître Derville, avocat, pour retrouver son rang et son honneur. Mais il ignore encore jusqu'où la bassesse de ses proches peut aller...

    o Objet d'étude : Individu et société : confrontation de valeurs?
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Étude d'images et corpus de textes réalistes.

    Classe de quatrième.

  • Le 9 mars 1762, le protestant Jean Calas est roué de coups sur la place publique de Toulouse, puis exécuté. Il est accusé sans preuves d'avoir tué son fils qui s'était converti au catholicisme. Niant depuis le début et clamant son innocence jusqu'à son dernier souffle, Calas n'est pas entendu. Mais bientôt, l'affaire gagne la capitale... Indigné, Voltaire s'empare de cette injustice. Devant l'incohérence du procès, il demande la réhabilitation du père Calas.
    Dénonciation du fanatisme et de la superstition, ce traité publié en 1763 est un vibrant appel à la tolérance et à la liberté de pensée.

  • Pensees libres

    Simone Veil

    « Nous vous aimons, Madame », déclarait l'écrivain Jean d'Ormesson dans son discours de réception à l'Académie française, tant il est vrai que Simone Veil bénéficie d'une place bien particulière dans le coeur et l'histoire des Français. Que ce soit son discours de 1974 à l'Assemblée nationale en faveur de la dépénalisation de l'avortement, ou encore celui prononcé à l'occasion des soixante ans de la libération d'Auschwitz, ses mots résonnent encore puissamment aujourd'hui.

    Cet ouvrage rassemble les plus belles, les plus instructives et les plus inspirantes citations de Simone Veil, afin de faire entendre la voix ferme et douce de cette figure majeure du XX siècle et d'éprouver la singulière trajectoire qui fut la sienne.

  • Macbeth

    William Shakespeare

    À la suite d'une bataille victorieuse, le valeureux Macbeth fait la rencontre de trois sorcières. Celles-ci lui prédisent un destin exceptionnel qui le mènera jusqu'au trône d'Écosse. Poussé par son épouse, Macbeth tue le roi pour prendre sa place, réalisant ainsi la prédiction des sorcières. Mais cet assassinat précipite le héros dans une spirale infernale de meurtres qui l'entraîneront dans les abîmes de la folie... Inspirée des Chroniques d'Holinshed, Macbeth est l'une des tragédies les plus populaires de Shakespeare.

  • Ravie aux Grecs par le fougueux Pâris, Hélène menace d'emmener la guerre aux portes de Troie. Pour laver son honneur, celui de son épouse et celui de sa nation, Ménélas a déjà pris la mer, soutenu par tous ses généraux. Une seule issue pour Andromaque, Hécube, Cassandre et leur champion Hector : remettre la jeune femme aux assaillants qui la réclament. Mais c'est compter sans la présence de tiers, dont les interventions ne cessent de compromettre leurs efforts pacifiques... Composée dans l'entre-deux-guerres, alors que les tensions n'ont cessé de croître depuis la crise de 1929, cette pièce réinvestit le tragique antique dans des figures qui portent en elles aussi bien l'imminence du conflit que la vanité des hommes.

  • Chaque année, à l'automne, le baron des Ravots reçoit ses amis. Aux journées de chasse succèdent les dîners, couronnés par la traditionnelle cérémonie du "conte de la Bécasse". Réunis par les plaisirs de la table et du récit, les convives échangent des histoires, tableaux d'une France campagnarde où s'entremêlent humour tendre, mesquinerie et cruauté.
    Ironiques, pessimistes, et toujours remarquablement réalistes, les Contes de la bécasse renouent avec la prédilection de Maupassant pour les drames paysans acides et volontiers railleurs.
    Ce recueil rassemble La Bécasse, Ce cochon de Morin, La Folle, Pierrot, Menuet, La Peur, Farce normande, Les Sabots, La Rempailleuse, En mer, Un Normand, Le Testament, Aux champs, Un coq chanta, Un fils, Saint-Antoine et L'Aventure de Walter Schnaffs.
    o Objet d'étude : La fiction pour interroger le réel
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Misères et hypocrisies sociales.
    Classe de quatrième.

  • Dans la rue, au travail, en famille... les femmes font fréquemment l'objet de remarques sexistes. Difficile parfois de comprendre d'où vient le malaise, encore plus de savoir le faire sentir à son interlocuteur ou d'avoir la repartie adéquate !
    Dix-huit personnalités féministes, venues d'horizons divers, s'emparent de ces « petites phrases » et proposent leur analyse ou leurs conseils pour se défendre, répliquer et lutter ainsi avec impertinence contre le sexisme ordinaire.

    Sommaire
    o C'est un truc de fille, par Eve Cambreleng
    o Hé, mademoiselle !, par Alizée Vincent
    o T'as des poils, c'est sale !, par Klaire fait Grr
    o T'as tes règles ou quoi ?, par Élise Thiébaut
    o Fais pas ta prude !, par Lauren Malka
    o Laissez-moi vous aider à porter vos affaires, par Marie Kirschen
    o Attends, je vais t'expliquer..., par Pauline Harmange
    o Mal-baisée !, par Ovidie
    o Tu dois être une panthère au lit !, par Kiyémis
    o Vous, c'est sûr, vous avez l'instinct maternel, par Amandine Dhée
    o On n'est pas vraiment femme avant d'être mère, par Fiona Schmidt
    o Tu connais la différence entre une femme et..., par Camille et Justine
    o Hystérique !, par Mathilde Larrère
    o On ne peut plus prendre l'ascenseur avec une femme, par Valérie Rey-Robert
    o Féminazies !, par Paul B. Preciado
    o Mais qu'est-ce qu'elles veulent, à la fin ?, par Marie Sauvion
    o Entre elles, les femmes sont toutes des garces, par Rebecca Amsellem
    o On sait qui porte la culotte, par Élodie Shanta.

  • Oedipe roi

    Sophocle

    Averti par un oracle qu'il tuerait son père et épouserait sa mère, OEdipe fuit les lieux de son enfance, espérant ainsi préserver Polype et Mérope, ses parents présumés. Que ne lui a-t-on dit, hélas, qu'il était en réalité le fils de Laïos ! Cette cruauté du sort l'amène à commettre à son insu un acte criminel.
    Ignorant du drame qui se joue, aveuglé par le hasard, OEdipe court à sa perte. Il tue un voyageur qui lui barre la route, libère Thèbes de l'emprise de la Sphinx et épouse, en récompense de sa bravoure, la reine de la cité : son terrible destin s'accomplit inéluctablement.


    Illustration de couverture : OEdipus Solves the Riddle of the Sphinx © Akg-images

  • Tout les oppose. Alors que Jean est blond, calme, doux, de caractère égal, Pierre est noir, emporté, rancunier, exalté. Tant que rien n'ébranle l'équilibre familial, les deux frères mènent une vie apparemment paisible. Mais lorsqu'un ami de la famille lègue toute sa fortune à Jean, la jalousie que Pierre nourrit pour son frère cadet éclate au grand jour. Il enquête alors pour découvrir les raisons de cet incompréhensible héritage, au risque de sacrifier son bonheur...
    Célèbre tant pour son récit que pour sa préface conçue comme une réflexion sur le genre romanesque, ce roman naturaliste est une pièce maîtresse de l'oeuvre de Maupassant.

    o Objet d'étude : La fiction pour interroger le réel
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    /> o Prolongement : Pour aller plus loin à l'oral

    Classe de quatrième.

  • L'école des femmes

    Molière

    «Une femme d'esprit est un diable en intrigue.»

    Enfermée dans la maison d'un tuteur qui la convoite, élevée à l'écart des garçons de son âge, Agnès ne peut détourner son regard de l'homme qui se promène sous son balcon pour lui parler si tendrement. Mais comment déjouer la surveillance jalouse du vieil Arnolphe quand on ignore tout du monde? En comptant sur l'amour, capable d'instruire même la plus parfaite ingénue...

    Mêlant les ressorts de la farce et l'exigence de la comédie en vers, L'École des femmes provoqua les foudres d'une querelle qui porte son nom et l'engouement du public, qui lui réserva un accueil retentissant. Révolutionnant le comique de caractère, Molière assura à sa pièce un succès jamais démenti.

    o Objet d'étude : La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Les femmes au XVIIe siècle (étude de textes)

    Classe de seconde.

  • Accusé d'impiété et de corrompre les jeunes gens, Socrate est condamné à mort en 399 avant J.-C. Lors de son procès, qui mobilise toute la cité d'Athènes, il choisit de se défendre avec l'arme qu'il manie le mieux : le langage. Chérissant la justice au point de ne vouloir s'y soustraire, Socrate refuse de prendre la fuite comme l'en prie Criton, et s'empoisonne à la ciguë.
    Dans l'Euthyphron, Socrate interroge et redéfinit la notion de piété, et dans le Criton, celle de devoir. Ces deux textes sont considérés comme des appendices à l'Apologie de Socrate, permettant de comprendre sa condamnation à mort par la république athénienne.

  • Lorsque son mari lui annonce qu'ils sont invités à un bal, Mathilde Loisel se désole : elle n'a ni bijoux ni robe pour l'occasion. Une amie vient à sa rescousse et lui prête un collier. Mathilde oublie, le temps d'une soirée, sa vie morne de femme d'employé. Mais de retour chez elle, la parure n'est plus à son cou. Pour remplacer le bijou égaré, les Loisel contractent une dette qu'ils mettront une vie entière à rembourser. Jusqu'au jour où Mathilde, rendue méconnaissable par les difficultés, croise son amie...

    La Parure est suivie de Aux champs, Le Papa de Simon, À cheval, Une famille, Mon oncle Jules, Le Donneur d'eau bénite, Adieu et La Rempailleuse.

  • Ubu Roi

    Alfred Jarry

    Poussé par son ignoble épouse, le Père Ubu renverse le roi Vanceslas, son bienfaiteur, avant de massacrer sa famille et les nobles du royaume. Désormais roi de Pologne et d'Aragon, «Maître des Phynances» et futur «docteur en pataphysique» (Ubu enchaîné), il étale la couardise, l'avidité et la vulgarité qui feront de lui le modèle de l'usurpateur totalitaire. Les grossièretés de cet étrange souverain, terrifiant et ridicule, invitent au rire, tandis que ses travers, reflets de ceux de notre humanité, nous font tressaillir.

    o Objet d'étude : Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIe siècle à nos jours
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Étude d'une image et d'une adaptation télévisée

    Classe de seconde.

  • Candide ou l'optimisme

    Voltaire

    Chassé du château de son enfance, son « paradis terrestre », Candide est entraîné bien malgré lui dans une succession d'aventures calamiteuses. Il s'étonne, s'offusque, se lamente... L'humanité serait-elle foncièrement mauvaise ? Le jeune garçon assiste, impuissant, à la mort de son rêve : celui d'un monde parfait. Perdant sa naïveté et son « optimisme », peu à peu il se résigne.
    La verve et l'ironie mordante de Voltaire se conjuguent à merveille dans Candide pour évoquer, sous des airs de légèreté, des sujets essentiels.

  • L'avare

    Molière

    «Hélas! mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami!»

    Vieillard irascible et méprisable, Harpagon s'est laissé consumer par l'appât du gain au point que l'avarice conduit toutes ses relations : c'est un tyran, un égoïste, un paranoïaque sans
    scrupules, prêt à vendre sa fille et à désargenter son fils pour protéger sa fortune. Quant à sa prétendue attirance pour Mariane, elle ne résistera pas à sa fascination pour l'or...

    Comédie de caractère inspirée de la pièce La Marmite (Plaute, IIIe siècle av. J.-C.), L'Avare met en scène le pouvoir de l'argent, tout autant capable de dévorer un homme que de détruire les liens familiaux et sociaux.

    o Objet d'étude : Avec autrui : familles, amis, réseaux
    /> o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Molière, inspirant et inspiré

    Classe de cinquième.

empty