Editions de l'Aube

  • "L'hyperville comme interface locale connectée aux plates­-formes n'est pas la « ville automatique » promise par le marketing hyperindustriel sous le nom de « smart city ». C'est un territoire apprenant d'innovation sociétale et de design territorial s'appropriant les potentialités de ce qui, en premier lieu à travers la norme http et avec la technologie du world wide web, hypertextualise les cartographies territoriales et urbaines en archipels." Bernard Stiegler

    Franck Cormerais est professeur à l'université Bordeaux-Montaigne, et cofondateur de la revue Études Digitales.

  • Que veulent les habitants ? Qu'attendent-ils de leur quartier, de leur ville ? Comment connaître les préférences d'habitants encore absents ? Ces questions s'imposent aux promoteurs quand ils deviennent « opérateurs urbains », pilotant de grandes opérations de longue durée, sous le regard des collectivités locales. L'enquête sociologique dont on fait ici le récit tente d'y répondre. Elle s'est focalisée sur les métropoles et couvre le « milieu » de la société française, hors les plus riches et les plus pauvres.

    Alain Bourdin, professeur des universités, est sociologue et urbaniste.Pauline Silvestre, membre de l'atelier PPLV, est docteure en urbanisme.

  • "Yves Laffoucrière et Nicolas Binet ont pour eux la diversité de leurs formations et de leurs origines. Tous deux spécialistes reconnus des problématiques liées au logement et à l'aménagement des villes, ils ont pu, lors de la décennie passée, observer et vivre la rénovation urbaine d'un belvédère particulier: soit au sein d'un même espace urbain, soit dans la diversité des situations locales. Plus qu'à un récit monographique, c'est à une découverte de la complexité du sujet que nous convient ces deux experts à travers leur témoignage, là où dimensions spatiales et sociales trouvent leur convergence, dans une quête d'adaptation sans fin vécue par des cohortes successives d'habitants aux caractéristiques et aux modes de vie toujours en cours de transformation." Gilbert Emont

    Nicolas Binet est geographe et urbaniste.Yves Laffoucriere est ingenieur civil des Ponts et architecte.

  • La question du logement se pose aujourd'hui avec une acuité nouvelle dans de nombreux pays. Cet ouvrage aborde les difficultés relatives à l'accès et au maintien dans l'habitat en croisant des enquêtes conduites dans des villes des hémisphères Nord et Sud. Interrogeant la notion de « vulnérabilité résidentielle », les auteurs identifient les risques associés au mal-logement, au non logement et à l'expulsion, ainsi qu'aux déplacements contraints ou forcés. Ils décrivent les inégalités structurant les rapports sociaux résidentiels, mais aussi les ressources individuelles ou collectives permettant aux habitants de « rebondir. Il s'agit ainsi d'objectiver la complexité des vulnérabilités résidentielles contemporaines, marquées par un regain de ségrégations et de mécanismes spéculatifs.

    Cet ouvrage est dirigé par Florence Bouillon (socio-anthropologue), Agnès Deboulet (sociologue), Pascale Dietrich-Ragon (sociologue) et Yankel Fijalkow (sociologue et urbaniste).
    Il rassemble les contributions de nombreux intervenants (démographes, politistes, architectes, géographes).

  • La récente crise des Gilets jaunes a remis en avant la question des fractures territoriales et l'opposition entre des Villes centres qui iraient bien et une France périurbaine qui irait mal. Il faut toutefois penser la ville dans sa globalité et combiner des approches géographiques, sociologiques et juridiques du sujet métropolitain. Comment mieux relier la Ville à sa périphérie, comment faire de la Ville un acteur de l'action sociale efficient pour qu'une vraie solidarité s'exerce dans les territoires, comment garantir à tous un droit à la métropole ? Sans surjouer les oppositions, en déjouant quelques idées reçues, en observant rigoureusement les initiatives locales qui pullulent, il est possible de l'affirmer : le bonheur est dans la métropole.

    Xavier Matharan, magistrat, conseiller juridique des Ministres de l'Environnement (1992-1993) et de l'Aménagement du territoire (1997-1999) puis associé de grands cabinets français, décide de créer sa propre structure dédiée au droit public des affaires en 1998.

  • "Des hommes, d'abord, des lieux ensuite, des pouvoirs enfin, et non pas l'inverse ! C'est ce que nous appelons la République des territoires. La « République des territoires » surprendra peut-être par sa formule. N'est-elle pas en apparence un oxymore ? La République ne s'est-elle pas construite historiquement contre les pouvoirs régionaux et locaux dans leurs particularismes ? Nous tenterons de prouver le contraire. La diversité est une force. Les territoires sont une richesse. Leurs citoyens et leurs représentants sont là pour faire vivre la République. Ils ont vocation à en être les alliés indéfectibles."

    Philippe Estèbe est urbaniste, ancien directeur de l'Institut des hautes études d'aménagement et de développement des territoires en Europe (IHEDATE) et professeur associé au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
    André Rossinot fut député, ministre, président du Parti radical et maire de Nancy. Il est actuellement président de la Métropole du Grand Nancy.
    Pierre Stussi est directeur général des services de la métropole du Grand Nancy.

  • Aujourd'hui, plus de la moitié de la population mondiale vit en ville et le taux d'urbanisation atteindra 68 % en 2050. Les pays émergents joueront un rôle majeur dans ce futur d'une urbanisation généralisée mais c'est l'Inde qui contribuera le plus à cette croissance, devant la Chine et le Nigeria. À cette date, le nombre d'habitants dans les villes indiennes sera de 800 millions, contre 377 millions en 2011, soit une fois et demie la population totale de l'Europe. Ces chiffres sont vertigineux et rendent nécessaire une appréhension fine de ce qu'est la transition urbaine de l'Inde. Trois grandes lignes de force structurent cet ouvrage : la nature du processus d'urbanisation, les effets de libéralisation économique sur les villes indiennes et la persistance de très fortes inégalités.

    Marie-Hélène Zérah est directrice de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), membre du CESSMA (Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques) et en affectation au Centre for Policy Research (New Delhi, Inde).

  • La gauche traverse aujourd'hui une crise existentielle. L'ouvrage collectif La gauche du réel - pour une refondation idéologique du progressisme rassemble des contributions individuelles représentant une diversité d'opinions, d'approches et de thèmes, autour de deux convictions communes : la nécessité que continue à exister, en France et en Europe, une gauche réformiste ou social-démocrate
    prête à gouverner; et l'importance que ce courant se dote, pour convaincre à nouveau et réussir une fois au pouvoir, d'une assise idéologique solide.

    Les auteurs des contributions individuelles contenues dans cet ouvrage ont tous entre 30 et 40 ans. Ils sont chercheurs, cadres dans le secteur privé ou hauts fonctionnaires, mais écrivent à titre personnel.
    Parfois engagés, ils ne sont pas des « professionnels de la politique » mais avant tout des citoyens inquiets des évolutions politiques actuelles et souhaitant redonner vigueur à un courant politique aujourd'hui en grande difficulté, la gauche réformiste.

  • Le monde ne cesse d'être bousculé par la montée en puissance des sociétés civiles qui se révoltent contre les injus¬tices, les puissants, la manière de gouverner, mais aussi pour davantage de libertés, de démocratie et de considération vis-à-vis de notre planète. C'est à la relecture des bouleversements tunisien, marocain, puis plus récemment algérien, que nous convient les auteurs, qui interrogent et observent les faces «?cachées?» de l'expression citoyenne.
    «?Ce travail d'enquête et de recherche est remarquable. Il a eu l'intelligence de s'intéresser à un secteur de la société maghrébine peu connu ou plus exactement peu reconnu.?»
    Tahar Ben Jelloun
    «?Les auteurs de ce grand travail ont eu le courage de porter un regard qui sort des sentiers battus, des problématiques touchant traditionnellement à l'économie ou au politique.?»
    Benjamin Stora
    Emmanuel Matteudi, professeur des univer¬sités en urbanisme, Fatima Chahid, juriste spécialisée dans la gouvernance locale au Maroc, Martin Péricard, chef de projet à l'Agence française de développement (AFD), ont dirigé cet ouvrage.
    Avec la collaboration d'Arab Izarouken, Stéphanie Matteudi et Étienne Corbarieu.

    Emmanuel MATTEUDI est professeur des universités à l'Institut d'Urbanisme et d'Aménagement Régional d'Aix-Marseille.
    Martin PERICARD est spécialiste des questions d'éducation, de formation professionnelle et de jeunesse en France et à l'international.
    Fatima CHAHID-LAPEZE spécialiste des politique publiques, développement institutionnel et gouvernance locale pour le compte d'administrations centrales, collectivités locales et bureaux d'étude nationaux et internationaux.

  • Ce livre est un dialogue entre Jean-Paul Alduy, sénateur-maire de Perpignan, ville des records nationaux de pauvreté, de chômage, de criminalité, de diversités culturelles, et le sociologue Alain Tarrius, qui étudie les formes et destinées de la mosaïque cosmopolite de cette ville. La ville de Perpignan est abordée sous toutes ses coutures, "par le haut" (réseaux culturels mondialisés, développement culturel, transformations urbaines...) et "par le bas" (économies souterraines, trafics de drogues...)
    Un livre passionnant pour comprendre les enjeux de cette ville du Sud, mais aussi pour s'interroger de façon plus large sur l'ensemble des sujets évoqués et leur impact sur un certain nombre de communes européennes.

    Jean-Paul Alduy est polytechnicien, architecte ENSBA, ingénieur Général des Ponts et Chaussées, ancien Sénateur-Maire de Perpignan et Président de la Communauté d'Agglomération.

    Alain Tarrius est professeur émérite de l'Université de Toulouse Jean Jaurès, membre des laboratoires CNRS Migrinter et LISST, spécialiste des migrations et de la ville.

  • Contrairement à l'idée dominante, Jean Carassus pense que l'État n'est pas l'acteur essentiel pour piloter le changement des conditions d'habitat, de transport, d'alimentation, de consommation et d'utilisation des infrastructures de la population. L'action est dans les territoires, qui sont à la fois lieux d'expression de modes de vie et espaces de relations entre acteurs mobilisant énergies, compétences et désirs. L'action doit concerner en priorité le coeur du système, la dizaine de grandes régions urbaines mondiales leaders de la ­troisième révolution industrielle, et le mode de vie des bénéficiaires de cette révolution, les groupes sociaux aisés et les couches moyennes supérieures.

    Jean Carassus est docteur en économie. Il enseigne et mène une activité d'expert en immobilier et bâtiment durables.

  • Le défi est clair, que Pierre Sallenave résume ainsi : "il n'y a qu'une seule voie : il faut réussir la mutation urbaine". Toutes les autres évolutions sont contingentes, en particulier l'accélération démographique ou la nécessité d'un développement durable : la recherche de la ville dense s'impose comme une loi incontournable de cette prise de conscience. Dans son riche parcours à travers les villes de la Société des Urbains, Pierre Sallenave nous invite à quitter la technicité et la compétition que se livrent les grandes métropoles entre elles, pour retrouver et ressentir la vie qu'elles abritent et, avec optimisme, rechercher inlassablement les moyens de la rendre plus belle.

    Pierre Sallenave est diplômé de l'Ecole Polytechnique, ingénieur au corps des ponts et chaussées et docteur en mathématiques. Il fut notamment le Directeur général de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) entre 2008 et 2014. Il créa ensuite la société de conseil Magellan, dont il est Directeur Général et qui intervient dans le domaine des transports et notamment dans le secteur maritime.

  • Ce texte témoigne de la transformation de Bordeaux entamée en 1995. De la rénovation du centre historique à la mise en oeuvre du tramway, de la reconquête piétonne au développement du vélo, de la démocratie participative à l'urbanisme négocié, de l'embellissement de la ville - désormais classée UNESCO- à la création d'écoquartiers, c'est un projet urbain qui s'est réalisé. Précurseur à bien des égards, cohérent et global .Ce livre vise à transmettre des expérimentations, des savoir-faire, propices à des évolutions, des solutions. Il raconte les freins et les accélérateurs d'un changement qui a donné à Bordeaux sa qualité de vie, faisant d'elle, la ville la plus attractive du monde -en 2016- et la moins stressante de France. Un ensemble de chantiers physiques et comportementaux, menés de front, au service d'une révolution culturelle et urbaine pour réveiller la « Belle endormie ».Écrit par un élu local, ce récit place le lecteur au coeur du pouvoir et réhabilite une fonction aujourd'hui très décriée, la politique. Il appelle humblement à un sursaut supplémentaire pour répondre par de nouvelles pratiques au défi climatique.

    Michel Duchène est aujourd'hui vice-président de Bordeaux Métropole.

  • Cet ouvrage, nourri par de nombreuses recherches et interventions dans les grands ensembles d'habitat social, révèle la diversité de ces quartiers et des modes d'habiter de leurs occupants. Il montre l'importance que représente l'habitat pour ces personnes, et le rôle décisif qu'il joue dans leur inscription dans la société. Dépassant les vaines oppositions entre urbain et social, conditions de vie et cadre de vie, il met en évidence les interactions entre les situations socio-économiques des habitants, la conception des espaces urbains et leur gestion, ainsi que les politiques publiques qui contribuent à façonner modes d'habiter et situations habitantes.
    Cette analyse réinterroge les fondements de la politique de la ville et propose une nouvelle conception de l'action.

    Barbara Allen et Michel Bonetti sont chercheurs consultants au Sens Urbain après avoir été directeurs de recherche dans un laboratoire d'analyse des situations socio-urbaines au CSTB. Pendant une trentaine d'années, ils y ont réalisé des travaux de recherche et d'évaluation et conduit de nombreuses missions de conseil auprès des villes et des organismes de logements sociaux.

  • Cet ouvrage éclaire et met en perspective les débats sur l'enracinement des inégalités sociales et territoriales qui caractérisent la transformation des métropoles. L'expression « Banlieues populaires » a pris une connotation négative, désignant des lieux abandonnés par les pouvoirs publics, des lieux de « non droit », habités par des populations désaffiliées, si ce n'est « dangereuses ». Tout un imaginaire s'est ainsi cristallisé autour de cette expression. Ce livre revisite les idées reçues ou les fausses évidences en démontrant que les banlieues ne forment pas des territoires homogènes. Éclairant l'histoire des banlieues populaires et singulièrement celle de la Seine Saint-Denis, ses auteurs interrogent le présent et les futurs possibles des banlieues populaires.

    Cet ouvrage est dirigé par Marie-Hélène Bacqué, professeure en études urbaines, Emmanuel Bellanger, historien, chercheur au CNRS et par Henri Rey, politiste, directeur de recherche à Sciences Po.

  • Partout dans le monde surgissent des projets urbains qui réfèrent aux « territoires intelligents » : simple effet de mode ou signe d'une mutation profonde dans la manière d'articuler sobriété énergétique, mobilités innovantes, pratiques participatives ? En croisant les approches de spécialistes venus des horizons les plus variés (sciences et techniques, sciences humaines et sociales, communication, responsables territoriaux), cet ouvrage vise à interroger le sens de ces transformations émergentes. Comment passe-t-on du démonstrateur à la transformation des écosystèmes territoriaux ? Comment intègre-t-on les intérêts spécifiques et souvent divergents des entreprises, des acteurs politiques et des habitants ? Comment dépasse-t-on les modèles « clés en main » pour prendre en compte les besoins des populations ? A quelles conditions les nouveaux projets peuvent-ils être acceptés versus rejetés par ceux auxquels ils sont censés être destinés ? Voici quelques-unes des questions que cet ouvrage se propose d'aborder, en décryptant les enjeux soulevés par cette nouvelle utopie.

  • Dans cet ouvrage, Jean-Pierre Charbonneau relate, sans fioritures ni faux-semblants, les moments qui ont jalonné sa vie professionnelle. Cherchant à transmettre son expérience et à décrire sa méthode de travail, son approche participative de la concertation et son souci de faire beaucoup avec peu, il mêle analyses fouillées, comptes rendus de situations, escapades conceptuelles et agacements. Par le biais de ce rassemblement de textes d'intervention parfois très polémiques, d'articles de fond et d'éléments plus personnels, il propose un livre ­original, cohérent avec son approche atypique du métier d'urbaniste, approche qu'il explique par la diversité des enjeux et des niveaux de compréhension et d'action.

    Jean-Pierre Charbonneau est urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles. Il est actuellement conseiller des Métropoles de Bordeaux et de Montpellier et de la Ville de Périgueux.

  • Alors que le pays avait su établir un consensus républicain, faisant des HLM le patrimoine de la Nation, l'incertitude s'installe sur le devenir de ce pilier des territoires, à la mission cruciale pour les plus modestes. Frédéric Paul décrit de l'intérieur cette déstabilisation alors que le Mouvement HLM était devenu l'égal des grands services publics, en dépit de contradictions et de fragilités propres à son organisation. Surtout, il propose des pistes concrètes pour redéfinir ses missions et sauvegarder un cap essentiel, celui de la solidarité. Comme l'écrit dans sa préface Cécile Duflot, ancienne Ministre du Logement, « (il) formule des propositions qui doivent alimenter l'indispensable débat, tant politique national qu'interne aux institutions HLM. »

    Frédéric Paul est Normalien et économiste. Il est Délégué général entre 2013 et 2018 de l'Union sociale pour l'habitat (Mouvement HLM), au terme d'une carrière entière dans le secteur, notamment comme directeur des Offices de l'Orne et de Nantes.

  • « La mer, les collines, le rivage - plages et calanques. Marseille, en somme. Puis, avec la révolution industrielle, le train arrivant du Nord chercha le contact direct avec les bateaux. Ce fut la construction du port de la Joliette, à partir de 1844, des Docks à partir de 1858. Or aujourd'hui, à nouveau les Docks font l'événement. Comme en 1860 et comme en 1992 lors de leur première restauration. Inauguré - donc pour la troisième fois - le 4 décembre 2015, l'ancien entrepôt principal du port de Marseille est maintenant un lieu de vie, central dans la ville et la métropole. Situé juste en face des terrasses du port, à quelques pas du MuCem et du Vieux-Port, en plein coeur d'Euroméditerranée, les Docks assument une nouvelle jeunesse. Lieu de vie, de courses et de sorties, lieu de travail avec plus de 3500 emplois, les Docks sont le bateau amiral du nouveau quartier. Ce petit livre écrit par mon ami Hugues Serraf, à la demande de Marc Pietri qui porta la nouvelle transformation, est le récit de cette vie qui se perpétue au travers des époques. » Jean Viard Hugues Serraf est journaliste, essayiste et romancier.

  • À l'heure où le « marketing urbain » n'est plus considéré comme d'actualité, voire même décrié par certains, cet ouvrage propose de rappeler un certain nombre de principes, à la fois théoriques et opérationnels, qui fondent la solidité de ce concept. Écrit sous la forme d'un essai plutôt que d'un manuel didactique, il démontre combien la triple transition écologique, numérique et sociale à l'oeuvre aujourd'hui dans les territoires en rétablit toute l'acuité, au service du management public local.

    Franck Vallérugo et Patrice Noisette sont docteurs en urbanisme. Ils enseignent à l'Essec Business School.

  • La crise que nous traversons signe l'échec du profit à court terme, de la paresse et du chacun pour soi. Quelles sont aujourd'hui les conditions du sursaut ? Il ne pourra y avoir de redressement sans effort. Pas d'effort sans perspective d'un destin collectif et individuel. Pas de perspective d'un destin collectif et individuel sans redressement. Autrement dit, tout se tient.
    Au cours des siècles passés, le progrès des libertés et des conditions sociales a été prodigieux. Mais il s'est fait au prix d'un épuisement de la Terre. À l'heure où nous devons écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire, l'enjeu est de trouver un équilibre, où l'impératif et le souhait de vie en harmonie avec notre environnement préserve nos libertés et conforte le progrès social.

    Nourri par l'expérience du terrain, vingt-cinq ans en collectivités, au sein d'un territoire - l'Essonne - qui peut à bien des égards s'enorgueillir d'être un concentré de France, François Durovray propose à travers cet ouvrage des recettes éprouvées et des solutions originales pour aider son pays à relever les défis qu'il rencontre.

empty