Xavier Gélinas

  • Le 5 juin 1966, l'Union nationale est reportée au pouvoir. Pour les libéraux de Jean Lesage, la défaite est amère. Plusieurs croient que l'élan de la Révolution tranquille risque de se briser sur le récif d'un conservatisme rétrograde. Parmi ceux qui broient du noir durant l'été 1966, le fougueux René Lévesque, 43 ans, réélu député de Laurier. La défaite de son parti le prend de court. Malgré des réalisations importantes en tant que ministre des Ressources naturelles et de la Famille et du Bien-être social, il a l'impression de laisser de grandes réformes en plan. Il y avait encore tant à faire pour mettre fin à l'infériorité économique des Canadiens français, assurer à chacun un minimum vital, offrir à tous des chances égales!

    Pour les révolutionnaires tranquilles, cette défaite force la réflexion. Les années 1960 sont marquées par une sorte de révolution culturelle. Les guerres de décolonisation, la colère des Afro-Américains, les révoltes estudiantines, Vatican II, la critique radicale de la famille et de l'école traditionnelles, tout concourait à l'éclipse des repères anciens. René Lévesque allait être un témoin et un acteur privilégié de ces transformations. Le 11 septembre 1966, il publie sa première chronique. Pour ce communicateur d'expérience, c'est une nouvelle aventure qui commence. Elle se poursuivra presque sans interruption pendant dix ans. Dans ce premier tome, sont reproduites ses chroniques du Dimanche-Matin et du Clairon de Saint-Hyacinthe. Ces textes des années 1966 à 1970 sont présentés avec le souci scrupuleux de respecter leur état d'origine. De nombreuses notes de bas de page visent à éclairer des personnalités, des événements, des allusions.

  • Le 7 septembre 1959, Maurice ­Duplessis, député de Trois-Rivières et premier ministre du Québec, mourait dans l'exercice de ses fonctions. Son règne à la tête de l'Union nationale laissera un goût amer à plusieurs, marquant la mémoire collective du sceau de la Grande Noirceur. Cinquante ans plus tard, des chercheurs de plusieurs disciplines, de diverses sensibilités et de toutes les générations ont voulu poser un regard neuf sur l'homme politique qu'il a été, sa contribution à l'évolution du Québec et le souvenir qu'il a laissé.
    Identité nationale, représentations, fédéralisme, administration publique, développement régional, droits et libertés, moeurs politiques... autant de thèmes et de controverses qui ont marqué les années Duplessis et demeurent d'actualité dans le Québec d'aujourd'hui.
    Ont collaboré à cet ouvrage : Éric Bédard, Gaston Bernier, Mathieu Bock-Côté, Frédéric Boily, Roch Bolduc, Ivan Carel, Suzanne Clavette, Charles-Philippe Courtois, Gaston Deschênes, Lucia Ferretti, Xavier Gélinas, Dominique Labbé, Pierre Louis Lapointe, Frédéric Lemieux, Yves Lever, Denis Monière, Louis O'Neill, Pierre Pagé, Jean-Charles Panneton, Martin Pâquet, Sébastien Parent, Martin Pelletier, Jean-Claude Racine, Maélie Richard, Marc-André Robert, François Rocher, Jocelyn Saint-Pierre, Michel Sarra-Bournet, Stéphane Savard, Jean-Noël Tremblay, Alexandre Turgeon et Denis Vaugeois.

empty