Littérature générale

  • "Coucou ! J'ai installé une carte du Monde sur le mur d'une des 2 salles, où chacun a pu mettre une étiquette autocollante à son nom et reliée à son pays, voire sa ville, d'origine."
    Automne 2016 : des Centres d'Accueil et d'Orientation s'ouvrent un peu partout en France, à la suite du démantèlement de la "jungle" de Calais. Les enfants vont bien commence là. Présidents de la République,
    ministres, textes de loi, presse régionale, animateurs du C.A.O, réseau d'aide... Tout le monde a quelque chose à dire des réfugiés, et c'est chaque parole, chaque phrase, de chacun, sur chaque page, que ce livre recueille.

  • Tomates

    Nathalie Quintane

    "En tant qu'enseignante, j'étais satisfaite. En tant qu'écrivain, je rechignais pour la forme. En tant que rien de spécial, je pensais pan dans les dents."

  • "Bergen, Berlin, Rio, Paris - et la province française. Des gens s'assemblent, discutent, écrivent sur des murs, certains tapent dans des vitrines.
    En échange, on leur tape dessus, on les convoque au tribunal et, à l'occasion, on leur ôte un oeil.
    C'est la vie démocratique.
    Alors, je me suis dit : Tiens, et si, pour une fois, je sortais un pavé ?"

  • Crâne chaud

    Nathalie Quintane

    La littérature pas plus que la philosophie ne sont déprofessionnalisées, pas plus que la connaissance sexuelle : si la connaissance sexuelle étaient enfin totalement déprofessionnalisée, Brigitte ne s'acharnerait pas deux heures par jour tous les jours sauf le week-end. Oui mais la littérature peut être lue par tous et non par un, et tous écoutent l'émission et comprennent.

    Crâne chaud parle d'amour, non au sens de j'aime les vacances ou j'aime mon chat, mais au sens plus précis de sentiment sexuel.

    Comme le genre n'est jamais simple à dire, on pourrait avancer que ce livre est une fantaisie, ou plutôt une fantaisie réaliste, ou encore une fantaisie réaliste critique.

  • Chaussure

    Nathalie Quintane

    Chaussure n'est pas un livre qui, sous couvert de chaussure, parle de bateaux, de boudin, de darwinisme, ou de nos amours enfantines. Chaussure parle vraiment de chaussure.
    Chaussure ne résulte pas d'un pari ; il ne présente aucune prouesse technique, ou rhétorique. Il n'est pas particulièrement pauvre, ni précisément riche, ni modeste, ni même banal. Ce n'était pas un projet, mais ce n'est pas un brouillon, mais il n'a pas encore trouvé sa fin.
    Chaussure s'est gorgé de tout ce qu'il a croisé sur son parcours : des patins, des chaussons d'escalade, un homme avançant en palmes sur la plage, Socrate nu-pieds dans Athènes, Caligula, Imelda Marcos (bien sûr), la Transcaucasie, l'invention de la chaussure, le squelette du pied, la terre qu'on foule etc, et il l'a rendu.
    Bref, c'est un livre de poésie pas spécialement poétique, de celle (la poésie) qui ne se force pas.

  • Des morts ont parlé.
    Dexcellents médiums ont rapporté leurs paroles.
    Ce livre prend leur relais.

  • Formage

    Nathalie Quintane

    Vous vous souvenez peut-être qu'Elvis, à la fin de sa vie, faillit mourir noyé dans un bol de soupe. Gladys morte, obèse et sans repères, il aurait eu besoin de «formage». En voici deux : Chien jaune, Roger, qui n'en manquèrent pas. Le premier, sportif assez doué (ski, escalade), le second, incarnant une bonne fois pour toutes le mot qui l'a choisi. Les phrases par lesquelles au fur et à mesure ils se construisent et offrent leur construction poussent, grassement nourries, puis se poussent.
    Formage est, à tous les sens du terme, un livre de formations. Ses trois parties pourraient s'annoncer ainsi :
    - la une, partie sportive, ou comment s'assimiler par l'écriture une qualité qu'on ne possède pas (bien au contraire), - la deux, partie politique, ou comment se faire un allié du lecteur en lui racontant un fait inhabituel, - la trois, partie polonaise, ou comment se transporter, personnages compris, dans un pays et à une époque qui ne semblent plus rien avoir en commun avec les nôtres.
    Ainsi fait, Formage est une vaste entreprise de conciliation.

  • Début

    Nathalie Quintane

    Début est l'autobiographie d'une enfance vue d'avion avec quelques piqués.
    Début a aimé multiplier les angles et les manières ? en phrases, en blocs, en vers, en discours, en récits, en photo, etc. ?, n'ayant pas l'intention de 'faire le point' sur une enfance singulière, ni de tâcher d'en ressaisir l'essence, ou d'en donner une représentation unique et linéaire, mais préférant la livrer en pièces, en faire un compte rendu partiel, changeant, brutal, pas fini.

  • Antonia va-t-elle réussir à diminuer ses triglys? à terminer le poème débile demandé par Madame? Jardine est-elle vraiment lesbienne? Que se passe-t-il de pas mystérieux dans les caves? Que signifie «C'est la gonflette/Tu mords, ça se dégonfle»? Luc va-t-il préférer la fumette au Coca? Combien de pavés jetés du haut du pont parviendront à défoncer le toit des voitures sachant que les voitures font des zig-zags? Isabelle et Antonia vont-elles trier des bouchons de bouteilles en plastique tout l'été? Mais qui est Sviadapok-Mursky?
    Entre éruptions de l'Etna et anesthésies totales, Antonia, Isabelle, Luc et Boulimi vivent leurs 12, 13, 14 et 8 ans.
    Antonia Bellivetti est un roman pour la jeunesse destiné aux adultes.

  • Cavale

    Nathalie Quintane

    Ayant tué à coup de boule de bowling un touriste russe, le narrateur décide de fuir à vélo les bords pollués du lac Salton... De la Californie du Sud à la Lost Coast, via... la forêt de Compiègne, il rencontre une série de personnages loghorréiques et plus ou moins affamés - le contre-rhétoriqueur paranoïaque, la jardinière égarée, le collectionneur de petits cyclistes, un pêcheur (curieusement silencieux), un dominicain vulgaire, un Canadien sympathique... et même Jeanne Hachette. En faisant irruption, ils viennent sans cesse trouer la cavale du héros - et la cavale du roman vers sa fin. Roman excentré, qui propose d'emblée au lecteur 21 manières de se commencer - 21 débuts qui seront la réserve théorique et pratique du livre -, Cavale est le devisement d'un monde flottant, fait à une époque «assez désagréable», par un narrateur douteux.

  • Grand ensemble

    Nathalie Quintane

    Un fantôme nous hante, insatisfait de sa commémoration (L'Année de l'Algérie, 2003), qui le célébra pour mieux l'effacer encore.
    Ce livre donne un corps à ce spectre.
    L'auteur y interroge sans relâche sa mémoire personnelle et plus que son souvenir : celui de cette génération d'avant, qui fit la guerre, ces phrases fameuses (On utilisera tous les moyens, On ne mettra pas les gants, etc.) que les démocraties s'autorisent parfois sans complexe, mais aussi la légèreté avec laquelle un pays tout entier met en scène son passé.
    Au pragmatisme policier (du grec politeia, organisation politique), Grand ensemble oppose une pratique de la langue, cruelle et drôle, pour qu'un peu les gorges se desserrent.

  • En abordant le personnage de Jeanne d'Arc, Nathalie Quintane avait tenté, en une série de textes courts, de substituer aux multiples charges - historique, politique, religieuse, romanesque... - encadrant le mythe, un seul «vêtement» : celui d'une écriture plane, soucieuse du détail négligé (parce que négligeable ou perçu tel), cherchant en Jeanne le plus petit plutôt que le sublime.
    Avec Saint-Tropez - Une Américaine, Nathalie Quintane radicalise sa démarche, en l'appliquant à deux «lieux», tout aussi occupés, voire parasités, qui pourraient a priori sembler gâchés - et violemment rétifs au genre de recherche qu'elle entreprend, tant ils sont pris, et depuis longtemps, dans des argumentaires essentiellement touristiques, politiques, médiatiques, dans des clichés de tous ordres (lexicaux, iconiques). Au moins deux techniques sont ici identifiables. Reconstitution en partant de mots-types ou de phrases-types dans lesquels les mythes se sont cristallisés, puis en se servant de documents écrits (guides, biographies, articles, récits plus ou moins littéraires) ou de témoignages oraux, ou encore d'images. Remaniement (par isolement, ou court-circuit, arrachement ou rapprochement) et enfin tentative de «désenclavement»...
    Saint-Tropez - Une Américaine est en fait constitué de deux textes indépendants. Cependant, comme le dit l'auteur, des poussières de l'un entrent dans l'oeil de l'autre - et réciproquement : ce sont deux vues gênées sur le monde. Mais de cette gêne, Nathalie Quintane fait un instrument de réflexion et, pour commencer, une machine à littérature très efficace puisqu'elle s'agrège, comme procède toute la poésie contemporaine la plus passionnante, des éléments en principe hétérogènes à toute littérature, à toute poésie. Et aussi parce que le brouillage dont il est habilement joué, en faussant les perspectives, en rapprochant ce qui est loin, en éloignant ce qui est proche, provoque un trouble qui ne cesse d'épaissir et d'enrichir, tout en l'élucidant, ce qui est paradoxal, la matière qu'il confond.

  • Disparition Première : les Quasi-Monténégrins Les Quasi-Monténégrins ont disparu. Parce qu'ils ne sont plus que 354, mais aussi parce qu'ils ont victorieusement résisté à Pierre Ier Pétrovic il y a quelques siècles, mais surtout parce que l'un d'entre eux (peut-être deux) parle une langue rare dont il ne reste que deux enregistrements et que la Communauté a programmé l'archivage et la conservation de toutes les langues avec ou sans locuteur, on envoie un médiateur au-dessus de tout soupçon à leur recherche : il devra recueillir des informations sur leur «disparition» sans modifier en quoi que ce soit l'équilibre naturel et culturel de la région...

    Disparition 2 : Deux frères «- Mes fils aîné et cadet de 34 et 32 ans ont disparu dimanche 15 août à 19 heures de leur domicile et du mien à Saint-Nazaire contactez-moi au plus vite si vous pensez les avoir vus une maman bouleversée» : c'est par l'apposition de cet avis de recherche sur la vitrine d'une boulangerie compatissante que commence Deux frères. Le fils premier parviendra-t-il à échapper à la confusion? le fils second lui sera-t-il de quelque secours? Plus encore : le mécanicien réussira-t-il à éduquer la boulangère? La pochette de disque imposera-t-elle son point de vue? Une scène de maïeutique mécanique, le concours de Molière mais aussi de Pierre Boulez et de Billie Holliday, permettront-ils de «clarifier» la situation? C'est sous le signe de Musset et de Diderot, pour les Anciens (sauts de registre, humour), de Jean-François Bory et de Hubert Lucot, pour les Modernes (la «quête identitaire» piégée, les courts-circuits de l'écriture), que se place cette courte fiction.

  • Jeanne Darc

    Nathalie Quintane

    Jeanne Darc a les yeux au ciel, et elle porte un costume de bergère. C'est une fille trop inquiète et trop rude pour s'y tenir. Mais que faire, quand il faut qu'il se passe quelque chose?
    Ce pourrait être le récit bref d'une vie violente, ou l'histoire brutale d'une vie brève, c'est la coupe en règle de tout ce qu'on sait, de ce qu'on a un jour vu ou lu sur Jeanne Darc. Ici, sa vie est repassée, il n'y manque pas un pli ; et voilà que Jeanne parle et qu'elle agit, presque comme on l'attendait.

empty