Johann Zarca

  • Chems Nouv.

    Chems

    Johann Zarca

    • Grasset
    • 17 Février 2021

    «  Le chemsex. J'en avais vaguement entendu parler dans les médias. Contraction de Chemical Sex, il désigne l'utilisation par certains de substances psychoactives pour pimenter leurs partouzes. La consommation de stimulants et de drogues de synthèse leur permettrait de rendre l'acte sexuel plus intense et d'être plus performants. Le fléau des pédés donc, selon Dumont.  »
    Quand Zède, le narrateur, journaliste connu pour ses papiers sur le milieu underground parisien, décide d'écrire un article sur Jérôme Dumont, artiste homosexuel ayant connu son heure de gloire dans les années 80, il n'imagine pas que ce portrait risque de lui coûter la vie. Car en plus de son passé, Dumont lui fait découvrir le chemsex, l'initie, et le fait basculer dans la spirale de l'addiction au sexe sous drogues. Dès sa première soirée, le compte à rebours est lancé, sa vie peut voler en éclats. L'extase qu'il atteint dans les vapeurs de substances aux noms étranges (3MMC, GHB) et le manque qui suit le privent progressivement de sa liberté et le transforment, sous ses yeux, en animal traquant son plaisir et les soirées pour l'assouvir. Il sort plus et plus tard, multiplie les plans et rentre chez lui à l'aube sous le regard ahuri de sa copine, enceinte de leur deuxième enfant et celui, apeuré, de son fils. Ses parents s'inquiètent de le voir maigre et gris lors des repas dominicaux. Ses amis s'écartent quand ils le voient rôder, drogué, dans les fêtes parisiennes, pour proposer des plans douteux à des femmes qu'il connait à peine. Isolement, manque, rechute, dégoût, reprise, plans à trois, quatre et plus, bienvenue dans l'enfer du chemsex.
    De sa première soirée à la dernière, on le suit dans sa chute rapide et brutale. Ecrit à la première personne dans une langue orale, argotique et rugueuse, Chems se lit comme le récit d'un condamné à mourir pour jouir, le carnet de bord d'un trentenaire branché qui, pour une partie fine, va risquer sa famille et sa vie, mais aussi une enquête sur un fléau moderne et encore méconnu, menée par le plus underground des auteurs, Johann Zarca.

  • Un roman truculent et jouissif.
    " Braquer les frères Perez ! Il faut vraiment avoir de la chorba dans le cerveau pour imaginer ce plan. C'est une pure idée ! À la clef, des milliers de dolls à palper. Un braquo torché en cinq minutes pour une life sous le soleil de Miami, entouré de bombasses siliconées, un accès illimité sur la poudre et de quoi se payer des grecs sauce samouraï à tous les repas, jusqu'à la fin de sa vie. Putain, je suis trop chaud ! "
    Pour Le Mec de l'Underground et ses pieds nickelés, Mayo Kid et Lakhdar, capables de manger la viande du kebab avec la broche, c'est enfin le plan rêvé pour une nouvelle vie. Mais un braquage demande du sang-froid et un minimum de jugeote...

  • Phi prob

    Johann Zarca

    À mille lieues des visions paradisiaques de cartes postales, l'histoire de Phi Prob prend place à Sukhumvit, quartier chaud de Bangkok et zone privilégiée par les expatriés noctambules avides de chair et de substances illicites. Après deux années passées dans la région de l'Isan, Jeff, membre de la communauté des Farangs, expats installés en Thaïlande, vient de quitter précipitamment la province pour rejoindre ses vieux amis de la capitale : Alex l'alcoolique en perdition, Tonton René, Léo le vieux Chinois, Gérard le handicapé et Duncan l'Irlandais bodybuildé. Une nouvelle vie nocturne, rythmée par la gnôle et les néons, les courtisanes et les gogos, les salons de massage et les blowjob bars.Cependant Jeff porte un lourd fardeau. Il a fui la campagne thaïlandaise, terrifié par Tai-Thung-Klom, l'esprit hideux de sa défunte épouse, morte en couches. Surtout, Jeff est à son tour infecté par Prob, un parasite redouté dans la province siamoise et connu pour s'approprier les êtres humains, ronger leurs entrailles, empoisonner leur conscience, jusqu'à la boulimie, le sadisme et le cannibalisme.Au cours de son errance meurtrière, Jeff croise le chemin de Phi Noy, la jalousie incarnée dans le corps d'une jeune fille, célèbre en Thaïlande sous le nom de Phi Tani et réputée pour décapiter les « butterfly » - les hommes volages.Un périple urbain et mystique, entre les Red-light districts de la cité des Anges et les rues sulfureuses de Pattaya City, la Sodome et Gomorrhe du Siam.

  • Anna, célibataire de 31 ans, s'ennuie. Elle ne connaît ni l'amour, ni l'amitié, ne rend jamais visite à son grand-père. Professeure de français dans un collège de banlieue, elle n'aime pas son travail, n'apprécie pas ses collègues, déteste ses élèves, ne parvient pas à écrire le roman qu'elle rêve de publier.

    Puis un jour, Anna découvre la drogue.

    S'ensuit une ascension fulgurante dans laquelle chaque substance permet à la jeune femme de s'épanouir, de grandir et de retrouver son humanité. L'alcool pour s'affranchir de la pression sociale, le cannabis pour se détendre, la MDMA pour accroitre son empathie, la cocaïne pour travailler davantage, le LSD pour améliorer sa créativité.

    Repéré grâce à son blog Le Mec de L'underground, Johann Zarca a publié aux éditions Don
    Quichotte ses premiers romans, Le Boss de Boulogne et Phi Prob. En 2017 est paru Paname Underground (Éditions Goutte d'Or), avec lequel il obtient le Prix de Flore.

    Romain Ternaux est né en 1987. Il s'est enfermé plusieurs années chez lui pour écrire des romans dont Spartacus (Aux forges de Vulcain). Success Story est le 4e roman qu'il publie. Une quinzaine d'autres devraient suivre, si tout se passe bien.

empty