Charles Gellman

  • La sexologie malgré d'illustres précédents (Freud, Reich, Kinsey) est une science jeune (le premier congrès mondial de sexologie n'a eu lieu qu'en 1974) et comme telle sujette à la témérité, à des incohérences, à des fourvoiements théoriques ou thérapeutiques. Un certain nombre d'écoles se disputent le terrain : courant médical, courant psychothérapique dérivé de la psychanalyse freudienne, courant dit humaniste californien, courant rééducatif et comportementaliste, courant communicationnel, sans compter leurs variantes et leurs associations. Beaucoup croient détenir la vérité, et manifestent cette certitude avec intolérance alors qu'à l'évidence l'extrême complexité des faits concernant la sexualité humaine impose une approche pluri-disciplinaire dégagée de tout dogmatisme. Dans ce bouillonnement juvénile, les maladresses, l'amateurisme voyant, l'exploitation commerciale n'ont pas manqué de provoquer les indignations vertueuses d'une certaine presse et l'apparition d'une antisexologie (toute espèce suscite son prédateur, c'est une loi de l'écologie).

  • Le monde du sommeil est à la fois familier et étrange. On commence seulement à l'explorer scientifiquement au laboratoire, et à comprendre les origines du mauvais sommeil qui frappe des millions de personnes. L'insomnie doit donner à réfléchir ; le plus souvent, on se contente d'absorber automatiquement des médicaments, sans se demander quelles sont les raisons médicales - ou psychologiques - de ce signal d'alerte. Car l'insomnie est le modèle du symptôme psychosomatique. Elle indique un désordre corporel, un conflit dans l'esprit, un problème dans le couple, une inadaptation dans la société. Ensuite, au fil des années, s'installe une nouvelle maladie : la dépendance envers les somnifères. Sur tout ce processus, le docteur Charles Gellman, neurologue, psychiatre, psychanalyste, nous renseigne de façon claire et documentée. Pour les insomniaques décidés à se prendre en charge, il propose une alternative à l'absorption quotidienne des médicaments : le sevrage progressif mais radical, suivi d'une rééducation assistée permettant - en quelques semaines - de retrouver un sommeil libéré physiologique et, du même coup, un nouvel équilibre psychique.

  • À quoi reconnaît-on la dépression ? Comment la distingue-t-on d'une petite « déprime » passagère ? En quoi est-elle une maladie de civilisation ? Peut-on s'en sortir seul ? À ces questions, et à bien d'autres, le Dr Charles Gellman, neuro-psychiatre et psychanalyste, apporte des réponses. Dans cet ouvrage remarquablement documenté, il fait le point sur les statistiques les plus récentes, et les traitements les plus actifs. Le Dr Gellman nous démontre comment la dépression renferme le germe de sa propre guérison, et comment le mécanisme dépressif peut être utilisé comme un levier, forçant le dépressif à se comprendre, afin de donner une meilleure orientation à sa vie. La dépression a la fonction d'une crise salutaire, qui permet d'arrêter l'agitation incohérente de notre itinéraire existentiel, de poser - pour soi-même - les questions fondamentales, de retrouver ses racines, de renouer enfin le fil rompu avec les enthousiasmes et les joies de l'enfance. Le bon sens est souvent absent des écrits psychiatriques actuels, dont le terrorisme intellectuel et la langue surcodée évoquent le monde des « Précieuses ridicules ». Loin de ces affectations, et au plus près des réalités psychologiques quotidiennes, ce livre rendra service à bien des personnes et à leurs familles éprouvées par le cataclysme dépressif.


  • Méthode de psychothérapie mise au point par le psychanalyste allemand Fritz Péris, la Gestalt-Thérapie repose sur une approche globale de l'individu selon ses 5 dimensions (physique, émotionnelle, mentale, sociale, spirituelle). Il s'agit d'une ap

empty