La maison du Bosphore

Traduction SIBEL KEREM  - Langue d'origine : TURC

À propos

À Yedikule, un des plus anciens quartiers d'Istanbul, quatre jeunes épris de liberté cherchent leur place dans une société figée depuis le coup d'État de septembre 1980. La condition des femmes et des minorités, les conventions sociales, l'oppression politique: tout leur pèse. Sema la rêveuse voudrait entrer à l'université. Salih l'apprenti menuisier cherche à perpétuer son art là où il a grandi tandis qu'Hasan le musicien aimerait faire vivre le sien sur les routes du monde. Seule Elif opte pour la voie périlleuse de la révolution. Quatre parcours, mais une même devise : Il nous reste un demi-espoir...Hommage à une ville et à ses communautés, réflexion sur l'appartenance, leçon d'humanité, ce premier roman de Pinar Selek est celui de toute une génération qui cherche sa voie entre la Turquie d'hier et celle de demain.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782867466724

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    320 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    419 Ko

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Diffuseur

    C.D.E.

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Pinar Selek

  • Naissance : 1-1-1971
  • Age : 50 ans
  • Pays : Turquie
  • Langue : Turc

Pinar Selek est née en 1971 à Istanbul dans une famille de gauche (son père fut
emprisonné cinq ans à la suite du coup d'État de 1980). Sociologue, ses travaux portent
sur les minorités opprimées par la République turque. En juillet 1998, débute pour elle
un invraisemblable cauchemar judiciaire. Elle est accusée d'avoir participé avec des
rebelles kurdes à un attentat terroriste ayant fait sept morts. Arrêtée, torturée, elle
est incarcérée pendant deux ans, jusqu'à ce que les rapports d'expertises concluent...
à une fuite de gaz. Malgré trois acquittements et l'annulation de la condamnation à
perpétuité en juin 2014, le procès sur le fond du dossier est toujours en cours. Son
comité de soutien compte près de 4500 personnes, dont les écrivains Orhan Pamuk et
Yachar Kemal.
Réfugiée politique en France, Pinar Selek a enseigné à l'université de Strasbourg et mène
actuellement des recherches sur l'espace militant turc et les mouvements arméniens
de la diaspora à l'ENS Lyon. Son premier roman, La Maison du Bosphore, a paru aux
éditions Liana Levi en avril 2013 (Piccolo février 2015).
Site de l'auteur : www.pinarselek.fr

empty